Source ID:; App Source:

Le Café des Chats ouvre ses portes à Montréal

Ansa Mao, de Toronto, serre la patte de... (PHOTO GRAHAM HUGUES, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Ansa Mao, de Toronto, serre la patte de l'un des huit chats vivant dans le nouvel établissement installé à Montréal depuis samedi.

PHOTO GRAHAM HUGUES, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Benjamin Shingler
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Prendrez-vous un chat avec votre café? Un nouveau café montréalais espère que les clients seront nombreux à répondre par l'affirmative. Le Café des Chats, qui a ouvert ses portes samedi, a tout d'un établissement traditionnel - à l'exception des huit chats qui y vivent. En plus des tables et des chaises destinées à la clientèle humaine, l'endroit est rempli de poteaux à gratter, de jouets en peluche, et d'un perchoir spécial à plusieurs étages devant la fenêtre pour les félins.

Nadine Spencer, qui a aidé à mettre le commerce sur pied, précise que le concept fonctionne très bien en Asie, en plus de gagner en popularité en Europe.

«Nous nous sommes dit, ''pourquoi ne pas importer cela à Montréal?''. Je crois que c'est une ville qui pourrait certainement en profiter», a-t-elle déclaré dimanche. «Il y a beaucoup d'endroits qui n'acceptent pas les chats, ces jours-ci, et il y a de nombreux étudiants qui sont ici de façon temporaire. En plus, cela a un bon effet thérapeutique.»

Selon Mme Spencer, le café est le premier du genre en Amérique du Nord. Mais cela pourrait bientôt changer: d'autres cafés avec chats doivent ouvrir dans plusieurs villes, dont Toronto et Vancouver. La concurrence va même s'installer à Montréal, à quelques pâtés de maisons du Café des Chats.

La foule se pressant dimanche dans l'établissement de Mme Spencer porte à croire que la demande est au rendez-vous.

Michelle Lau est d'ailleurs descendue de Toronto pour la fin de semaine d'ouverture. «Nous aimons beaucoup les chats, et j'ai bien hâte qu'un café du genre ouvre dans notre ville», indique la jeune femme de 24 ans, avant d'expliquer qu'elle possède un chien chez elle et qu'elle hésite à introduire un chat dans le lot.

«Je pense que l'environnement est très bien. Vous vous asseyez, vous prenez un café, et vous jouez avec les chats.»

Une partie de l'objectif était de donner une deuxième chance à quelques chats. Tous les animaux ont été adoptés à la SPCA, et se sont déjà installés dans leur nouvelle maison, mentionne Mme Spencer. Les félins ont leurs quartiers à l'arrière de la boutique, lorsqu'ils veulent être tranquilles ou utiliser la litière. «Des personnalités se dégagent déjà», souligne la cofondatrice.

«Il y a définitivement le Parrain, qui supervise un peu tout. Il y a ensuite le Patron, et les trois garnements, comme j'aime les appeler. Je crois qu'ils seront éventuellement aux commandes.»




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer