Source ID:; App Source:

La peur des immigrants, une tendance au 450?

Les francophones vivant à Montréal seraient moins inquiets... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Les francophones vivant à Montréal seraient moins inquiets culturellement face aux immigrants que les francophones des banlieues.

Archives Le Soleil

La crise des accommodements raisonnables, la commission Bouchard-Taylor et plus récemment le débat sur la Charte des valeurs. Il n'y a pas à dire, l'immigration a soulevé les passions ces dernières années au Québec.

On entend parfois que ceux qui habitent en régions éloignées sont plus susceptibles de se sentir culturellement menacés par l'arrivée de nouveaux arrivants. Mais est-ce le cas? Une nouvelle étude publiée dans la prochaine édition de la Revue canadienne de science politique, obtenue par La Presse, démontre que la méfiance envers les immigrants aurait plutôt comme adresse... les banlieues de Montréal. Voici quatre mots pour comprendre.

MENACE

L'immigration est associée à plusieurs enjeux aux quatre coins du monde. Parfois, les immigrants sont erronément perçus comme une menace économique: des «voleurs de jobs». Au Québec, constate toutefois le professeur en science politique à l'Université Concordia, Antoine Bilodeau, l'insécurité face à «l'autre» est plutôt un sentiment de menace culturelle. «Nous avons remarqué [avec cette étude] que la méfiance est plus significative dans les banlieues de la métropole qu'à Montréal ou en régions éloignées», explique le coauteur de l'étude, qui a analysé les données d'un sondage réalisé au printemps 2011 auprès de 30 000 Québécois francophones.

HALO

Avoir des contacts réguliers et de qualité avec les communautés immigrantes atténuerait le sentiment de menace culturelle, ont constaté les auteurs de l'étude. Or, si ces contacts sont fréquents et superficiels, l'effet peut s'inverser. «Selon la théorie du contact, côtoyer des immigrants permet de rencontrer "l'autre réel" et non "l'autre imaginé, ou stéréotypé". Mais si le contact est superficiel, comme pour un citoyen de banlieue qui ne fait que travailler à Montréal, voit des immigrants sans les côtoyer, ça ne fait qu'attiser l'image de "l'autre imaginé"», explique M. Bilodeau. Cela expliquerait en partie pourquoi les citoyens des banlieues se sentent plus culturellement menacés par l'immigration que les Montréalais ou les citoyens des régions éloignées, d'où un effet «halo».

ENFANCE

C'est à l'enfance et à l'adolescence que les valeurs et les sentiments envers la diversité culturelle se cristallisent, explique Antoine Bilodeau. Cela expliquerait pourquoi la méfiance envers les immigrants s'est atténuée au fil du temps à Montréal parmi les francophones, les enfants nés après l'adoption de la loi 101 - qui oblige notamment les enfants d'immigrants à fréquenter l'école française - ayant côtoyé une grande diversité en bas âge. Pour la génération née après 1970, l'écart s'est même creusé entre Montréal et sa banlieue, constatent les auteurs de l'étude, alors que l'insécurité culturelle se normalise entre les régions du Québec chez les plus âgés. «Ça démontre l'importance d'avoir des politiques qui favorisent le vivre ensemble dès la jeunesse», suggère le politicologue.

RÉGIONS

Ainsi, les francophones vivant à Montréal seraient moins inquiets culturellement face aux immigrants que les francophones des banlieues. Mais comment expliquer que ceux qui vivent en région, où la diversité est moins importante, semblent plus à l'aise avec celle-ci que les habitants du 450? «Contrairement à des épisodes spectaculaires comme à Hérouxville, ce n'est pas les régions qui sont les plus sensibles face à la diversité. En fait, l'enjeu est souvent inexistant. «"L'autre imaginé ou stéréotypé" en région est presque complètement absent, contrairement aux banlieues des grandes villes», constate M. Bilodeau. Difficile toutefois à celui ou celle qui voudrait prédire l'avenir de cette tendance. Le portrait pourrait changer, alors que «la part de la population immigrée au Québec établie à Montréal a diminué au cours des dernières années, passant de 77% en 2006 à 73% en 2010», écrivent les auteurs.

Pourcentage des francophones qui se sentent culturellement menacés par les immigrants

Montréal 37 %

Couronne Nord 47 %

Rive-Sud 43 %

Régions éloignées 41 %

Source: Sondage Léger Marketing réalisé au printemps 2011 auprès de 30 000 Québécois francophones.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer