Source ID:; App Source:

Verdun: des sols contaminés passés sous silence

Un amoncellement de terre en bordure du Saint-Laurent,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Un amoncellement de terre en bordure du Saint-Laurent, à Verdun, est contaminé au créosote, un produit hautement cancérigène.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

L'arrondissement de Verdun a passé sous silence la présence de sols contaminés à des inspecteurs du ministère de l'Environnement qui avaient observé cet hiver la présence d'un amoncellement de terre en bordure du fleuve Saint-Laurent. Une enquête a officiellement été ouverte hier et pourrait déboucher sur une deuxième amende en quelques mois pour utilisation illégale de ce site.

Le 7 janvier dernier, des inspecteurs du ministère de l'Environnement se sont rendus à l'ancien dépôt à neige de Verdun après avoir été informés que des camions de déneigement y déposaient leur cargaison. L'entreposage est pourtant interdit à cet endroit, considéré comme un parc, en raison de sa proximité du fleuve et des risques de contamination.

Lors de leur visite, les inspecteurs ont constaté la présence d'un amoncellement de terre. Quand ils se sont renseignés sur sa nature, des responsables de l'arrondissement de Verdun leur ont indiqué qu'il s'agissait de remblais provenant du chantier voisin, sur le boulevard LaSalle. Ils n'ont toutefois pas précisé que les terres étaient contaminées au créosote, un produit hautement cancérigène. «On n'a reçu aucune donnée comme quoi il y avait des sols contaminés», indique Luc St-Martin, directeur régional du Centre de contrôle environnemental.

Problème connu

Verdun connaissait pourtant depuis l'automne l'étendue de la contamination après avoir reçu une analyse d'une firme. Un document de la Ville précise en effet que c'est «à la lumière des conclusions du rapport qu'il a été décidé d'autoriser l'entrepreneur à reprendre les travaux et mettre en pile les sols contaminés provenant des excavations dans l'ancien dépôt à neige de Verdun». Or, c'est seulement à la suite des révélations de La Presse, mardi, que le Ministère a appris que l'amoncellement en bordure du fleuve était composé de sols contaminés.

Le dossier a officiellement été transféré aux enquêtes du ministère de l'Environnement, qui compte entreprendre des «poursuites pénales» contre l'arrondissement. En clair, Verdun s'expose à une amende pour avoir disposé pendant six mois des sols contaminés en bordure du fleuve.

Le règlement sur le stockage et les centres de transfert de sols contaminés prévoit en effet une amende de 7500$ pour quiconque «stocke des sols contaminés ailleurs que sur le terrain d'origine ou les achemine ailleurs que dans un lieu légalement autorisé à les recevoir».

Ce serait la deuxième amende en peu de temps pour Verdun. L'arrondissement vient tout juste d'en recevoir une de 5000$ pour avoir utilisé ce site l'hiver dernier pour y déposer de la neige. «Ce n'est clairement pas un lieu d'entreposage. Ce n'est pas un site acceptable tant pour de la neige que pour des sols contaminés», a indiqué Luc St-Martin.

L'actuel maire de Verdun, Jean-François Parenteau, s'est engagé à «nettoyer et restaurer» le lieu, une fois les sols contaminés déplacés. L'arrondissement a fait recouvrir les sols contaminés d'une nouvelle membrane étanche afin d'éviter la dispersion de la terre par le vent, la toile installée l'automne dernier n'ayant pas résisté à l'hiver. Une clôture a aussi été ajoutée pour ceinturer l'amoncellement afin d'éviter que des gens montent dessus.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer