Source ID:; App Source:

Le Parc olympique envisage la géothermie

Le Parc olympique de Montréal.... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Le Parc olympique de Montréal.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Ulysse Bergeron

Collaboration spéciale

La Presse

Les installations du quadrilatère olympique, dont le centre Pierre-Charbonneau et l'aréna Maurice-Richard, pourraient bientôt troquer leur système de chauffage énergivore pour de la géothermie, a appris La Presse. La Régie des installations olympiques (RIO) et la Ville de Montréal veulent réduire leurs factures énergétiques et leurs émissions de gaz à effet de serre.

Une étude sur la consommation et les besoins énergétiques du centre Pierre-Charbonneau et de l'aréna Maurice-Richard, réalisée par la firme Ecosystem, a récemment été effectuée pour le compte de la Ville.

Une des possibilités envisagées: un système de géothermie qui permettrait de puiser dans l'importante nappe phréatique qui se trouve à une vingtaine de mètres sous les installations.

Depuis près d'un demi-siècle, les deux installations s'alimentent en vapeur et en eaux refroidies auprès de la RIO. «Nous ne sommes pas satisfaits des tarifs que la RIO nous demande», explique Russell Copeman, élu responsable des immeubles à la Ville de Montréal.

En 2009, la RIO a haussé ses tarifs de plus de 25%, faisant passer les coûts annuels en énergie de l'aréna Maurice-Richard et du centre Pierre-Charbonneau de 537 000 à 734 000$.

«La Ville a alors demandé à discuter de ces augmentations [avec la RIO], car nous trouvions que ces augmentations étaient élevées. Il y a eu discussion, mais nous n'avons jamais eu d'entente formelle», explique-t-il, précisant que Montréal envisage sérieusement de s'affranchir de sa dépendance énergétique envers la Régie.

Au même moment, la RIO revoit de fond en comble son système d'approvisionnement en énergie. Cette décision n'a rien à voir avec la volonté de la Ville de gagner en autonomie, assure Maurice Landry, vice-président, Construction et entretien à la RIO. «Nos installations sont vieilles. Elles sont mûres pour être renouvelées.»

Économique et écologique

La géothermie fait partie des options. «Ça a un net avantage à la fois économique et écologique», note Maurice Landry. Mais avant, précise-t-il, la RIO doit évaluer ses besoins énergétiques et s'assurer des aspects légaux liés à l'exploitation de la nappe phréatique.

La RIO compte avoir transformé et amélioré ses systèmes de chauffage et d'approvisionnement en énergie d'ici 24 mois.

Le Biodôme s'alimente déjà au réservoir souterrain qui se trouve sous le site olympique. Grâce à un système géothermique à boucle ouverte, le musée vivant capte à des fins de chauffage une eau dont la température varie de 13 °C à 20 °C. Depuis un an, les surplus du Biodôme servent aussi à chauffer le Planétarium Rio Tinto Alcan.

La nappe phréatique ne serait toutefois pas en mesure d'assurer le chauffage d'édifices aussi énergivores que le Stade olympique. Actuellement, le ministère de l'Environnement permet au Biodôme d'y puiser jusqu'à 500 gallons par minute.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer