Source ID:; App Source:

Piétonniser la rue Sainte-Catherine: l'idée séduit Coderre

La Ville de Montréal dit vouloir profiter de... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

La Ville de Montréal dit vouloir profiter de la réfection complète de la rue Sainte-Catherine pour repenser son aménagement.

Photo André Pichette, archives La Presse

(Montréal) L'idée de piétonniser la rue Sainte-Catherine dans sa portion commerciale «séduit» le maire de Montréal. Denis Coderre entend faire de tout le réaménagement de la plus importante artère de la métropole l'un des principaux legs du 375e anniversaire de Montréal.

Les signes de vieillissement de la rue Sainte-Catherine ne trompent pas. En juin 2012, la Ville de Montréal découvrait un immense affaissement sous la chaussée qui ne tenait plus que grâce aux rails du défunt tramway, encore en place sous le bitume. En août dernier, le conducteur d'une rétrocaveuse n'a pas été aussi chanceux quand la rue a cédé sous le poids de son véhicule lourd, ouvrant un immense cratère au coeur de l'artère.

Chaque fois, le coupable était le même: un vieil égout pluvial datant de 1889.

Déterminée à remplacer la conduite de 125 ans, la Ville de Montréal dit vouloir saisir cette «occasion unique pour les décennies à venir» de complètement repenser l'aménagement de la rue Sainte-Catherine. «C'est une des artères les plus achalandées et importantes au Canada. Il faut renforcer ce segment commercial, dit Denis Coderre. Ça va être un legs important pour Montréal, qui va avoir impact jusqu'au 375e».

Une idée appuyée par Dinu Bumbaru, président d'Héritage Montréal. «Le 375e, il ne faut pas juste que ça se traduise par un festival de plus, mais par des legs pérennes. Refaire les égouts de Sainte-Catherine va être un sacrifice pour tout Montréal, alors il faut vraiment que le résultat soit remarquable.»

Un premier tronçon de 650 m entre les rues de Bleury et Mansfield (bref, des locaux de Musique Plus aux portes du magasin Simons) sera remplacé. À terme, c'est tout le secteur commercial, soit jusqu'à Atwater (soit l'ancien Forum), qui sera refait.

Appel d'offres

L'opération au coeur du principal secteur commercial s'annonce délicate. Pour l'aider dans sa réflexion, la Ville a lancé en décembre un appel d'offres pour trouver une firme responsable de planifier le concept d'aménagement à l'issue d'une vaste consultation. L'entreprise, dont le nom sera connu d'ici la fin du mois, aura jusqu'en septembre pour déposer son rapport.

Déjà, le maire Coderre reconnaît que la piétonnisation de la rue pourrait s'imposer. «Piétonniser, ça me séduit. J'y ai pensé: on le fait déjà de façon ponctuelle dans le Village. Il y a des impacts. Il ne faut pas que ce soit un menu à la carte, il y a la question des livraisons et de la sécurité. Je veux en discuter avec les Montréalais.»

Au-delà de la piétonnisation, les idées ne manquent pas. «La grande vision, ce serait d'avoir une voie piétonne avec des tramways au centre, dit David Hanna, professeur au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM. Ça me dépasse qu'il y ait des voitures, la rue est trop étroite et engorgée en permanence. Mais ça, c'est l'utopie. Ça n'arrivera pas.»

«Non, on n'a pas les moyens pour ça», réagit d'ailleurs Denis Coderre quand on lui avance l'idée d'un tramway sur Sainte-Catherine.

Priorité aux piétons

La dizaine de spécialistes, commerçants et élus consultés par La Presse s'entendent sur une chose: «La priorité, c'est vraiment de donner plus de place aux piétons, résume Christian Savard, directeur général de l'organisme Vivre en ville. Sur Sainte-Catherine, tu deviens rapidement un piéton, même quand tu y vas en auto.»

«En ce moment, Sainte-Catherine, c'est un combat piétons versus automobiles», se désole Sylvain Lefebvre, spécialiste en urbanisme à l'UQAM. La traversée des intersections est souvent périlleuse, les endroits pour se reposer quasi inexistants. «Sainte-Catherine est, en ce moment, essentiellement un endroit de consommation commerciale, pas un endroit où on a envie de se poser», poursuit M. Lefebvre. Il espère que le réaménagement rendra la rue agréable à vivre.

Alors que les commerçants et le milieu des affaires se réchauffent à l'idée de réduire, voire abolir, le stationnement de rue sur Sainte-Catherine, le maire Coderre dit aussi s'ouvrir à l'idée. «Il y a beaucoup de gens qui m'en parlent positivement, mais il faut redéfinir le stationnement en souterrain.»

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, propose quant à lui de prolonger jusqu'à Atwater l'aménagement réalisé sur Sainte-Catherine dans le Quarter des spectacles. «C'est tellement beau à l'est de la rue de Bleury que ça m'étonnerait que les gens ne veulent pas quelque chose de semblable.»

Bien penser la future rue Sainte-Catherine ne suffira pas, prévient toutefois Dinu Bumbaru: les travaux devront être bien réalisés. «Il faut éviter les immenses mares de "slush" qu'on voit présentement. Je marchais sur Sainte-Catherine cette semaine et c'était vraiment désagréable.»

À lui seul, le réaménagement ne pourra relancer la rue Sainte-Catherine, prévient Gérard Beaudet, de l'Institut d'urbanisme à l'Université de Montréal. Celui-ci rappelle que les difficultés proviennent beaucoup de la perte de son caractère exclusif avec la multiplication des centres commerciaux en périphérie, comme au Dix30, à Brossard. «C'est pas le moteur de la relance de la rue Sainte-Catherine: la dynamique est en arrière des vitrines, dans les commerces, et non pas sur les trottoirs. Mais c'est clair que la qualité des aménagements peut favoriser l'activité commerciale.»

Six idées pour réinventer Sainte-Catherine

1. Des trottoirs chauffants

L'hiver peut rendre périlleuse la vie des piétons. Et si on éliminait ce danger en chauffant les trottoirs? Le principe est (relativement) simple: on aménage sous les trottoirs des tuyaux dans lesquels circule de l'eau chaude pour faire fondre la neige en surface. 

2. Élargir les trottoirs

Toutes les personnes consultées par La Presse s'entendent sur un point: il faut élargir les trottoirs de Sainte-Catherine. Selon David Hanna, professeur au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM, les trottoirs devraient être au minimum 50 % plus larges que maintenant pour être adéquats.

3. Réduction du stationnement sur rue

Jugeant difficile de réduire le nombre de voies de circulation, le milieu des affaires se dit prêt à voir disparaître une partie du stationnement sur rue. L'association des commerçants, Destination Centre-ville, se dit favorable au retrait des cases d'un côté de l'artère, mais le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, croit qu'il faudra les retirer de part et d'autre.

4. Un tramway nommé Catherine

Certains suggèrent de ressusciter le tramway qui circulait sur la rue Sainte-Catherine. Les opposants soulignent que le secteur est déjà bien desservi par le réseau de métro. Les partisans croient toutefois qu'un tramway permettrait de soulager le réseau de métro présentement saturé dans ce secteur.

5. Piétonniser la rue

«La piétonnisation de Sainte-Catherine à moyen ou long terme est inévitable», dit l'ex-maire de Montréal, Laurent Blanchard. Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, propose pour sa part une piétonnisation saisonnière, soit l'été et durant les deux semaines de vacances des Fêtes. 

6. Des aires de repos

Impossible (ou presque) de trouver un banc public sur Sainte-Catherine pour se reposer. Pour améliorer le confort des piétons, plusieurs villes misent sur des aires de repos, souvent aménagées dans la voie des cases de stationnement.

L'ombre de Saint-Laurent

La meilleure façon aujourd'hui de donner des sueurs froides aux commerçants du centre-ville, c'est probablement de leur parler du vaste chantier à venir pour le réaménagement de la rue Sainte-Catherine. Mais c'est tout Montréal qui pourrait en pâtir si les travaux s'enlisent comme ce fut le cas boulevard Saint-Laurent, préviennent les spécialistes.

«On sait que le chantier sur Saint-Laurent a été une catastrophe totale. Ç'a été l'enfer pendant trois ans. On n'a pas le luxe de se permettre ça sur Sainte-Catherine, dit David Hanna, professeur au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM. Je ne pense pas qu'il y ait une rue plus importante. Il faut la traiter avec une grande sensibilité, même si ça va coûter plus cher. Ce n'est pas le moment de lésiner, parce que sinon, ça va nous saboter économiquement.»

Même son de cloche de la part du directeur général de Vivre en ville, Christian Savard. «Il ne faut pas faire la gaffe de Saint-Laurent et la refaire à peu près à l'identique en se disant que si les infrastructures sont neuves, que les trottoirs sont neufs et qu'il y a quelques arbres de plus, ça va fonctionner. On n'a pas repensé l'espace public sur Saint-Laurent, et ça ne lève pas parce que c'est relativement comme avant.»

Le maire Denis Coderre dit être conscient des appréhensions des commerçants et promet de les rencontrer afin de les rassurer. «On a toujours le mauvais exemple de Saint-Laurent en tête. Il ne faut pas revivre ça. On ne rouvrira pas la rue parce qu'on a oublié quelque chose.»

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain dit se réjouir que la métropole amorce dès maintenant la réflexion sur le chantier. «C'est tout à l'honneur de la Ville qu'on se pose la question à l'avance. Jusqu'ici, on a été pris avec des travaux souterrains et on a remis par-dessus à peu près ce qu'il y avait avant, comme sur Saint-Laurent. Ça crée d'énormes frustrations», dit Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Celui-ci estime que la proposition de réaménagement devra justifier les inconvénients entraînés.

Le hic, c'est que les commerçants du centre-ville disent quant à eux ne pas sentir pour le moment que la Ville a tiré des leçons de ses erreurs. «On sent simplement qu'on veut juste changer les tuyaux. C'est ça qui est inquiétant», dit André Poulin, président de Destination Centre-ville.

«Les chantiers à Montréal, c'est comme si on construisait une autoroute en plein champ: on ne se soucie pas de ceux qui sont autour», se désole André Poulin. Outre celui de Saint-Laurent, les commerçants citent le chantier de l'avenue du Parc pour justifier leur inquiétude. «Allez-y aujourd'hui, et il n'y a aucun signe que ç'a été refait il y a à peine cinq ans.»

Déroulement des chantiers

«Pendant les travaux, il faut qu'on s'améliore, dit Michel Leblanc. Il existe en Europe des mesures d'atténuation des impacts pour dire aux gens que les commerces restent ouverts, où se garer. Il y a même des villes où il y a des dédommagements pour les pertes de chiffres d'affaires. On n'a pas ça ici.»

Pour minimiser les impacts, David Hanna propose de revoir la façon de mener le chantier. Au lieu de faire tous les travaux en une seule phase, il suggère de faire progresser le chantier à raison d'un maximum de deux pâtés à la fois. Le premier segment envisagé, entre les rues De Bleury et Mansfield, se réaliserait ainsi en au moins trois étapes. «Il faut y aller délicatement, comme si on était dans le Vieux-Montréal et qu'on voulait préserver le patrimoine.»




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer