Source ID:; App Source:

Paul Sauvé: la mafia disait pouvoir influencer la Ville

Chantier lors de la réfection de la toiture... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Chantier lors de la réfection de la toiture de l'hôtel de ville de Montréal.

Photo Archives La Presse

Convaincu qu'il fallait absolument être associé à un entrepreneur italien pour obtenir les gros contrats municipaux sous le règne de Gérald Tremblay, Paul Sauvé a détaillé devant la commission Charbonneau la façon dont il s'est rapproché de membres de la mafia et de leurs collaborateurs, qui disaient pouvoir influencer les instances de la Ville de Montréal.

Paul Sauvé... (Photothèque Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Paul Sauvé

Photothèque Le Soleil

C'est la première fois que Paul Sauvé donne autant de détails sur la saga de la réfection de la toiture de l'hôtel de ville de Montréal, une histoire sur laquelle La Presse avait levé le voile en 2009.

L'entreprise LM Sauvé avait remporté le prestigieux contrat d'une dizaine de millions, mais le processus s'était ensuite embourbé et l'homme d'affaires dit avoir compris que le projet «s'en allait au rancart».

Bien qu'il dise ne pas vouloir stigmatiser une communauté ayant beaucoup contribué à l'avancement du Québec, M. Sauvé affirme avoir eu la certitude que les entrepreneurs d'origine italienne étaient favorisés à Montréal.

«C'est méchant ce que je vais dire là, mais à cette époque-là, ça prenait... dans les appels d'offres de cette envergure, ça prenait un contenu italien, point à la ligne.»

Paul Sauvé

«C'est méchant ce que je vais dire là, mais à cette époque-là, ça prenait... dans les appels d'offres de cette envergure, ça prenait un contenu italien, point à la ligne. Il fallait être branché dans cette machine-là, dans cet appareil-là, puis il fallait travailler selon le sanctum du... le triumvirat des conseillers italophones, dans le protectorat de Frank Zampino, à l'oeil aveugle de Gérald Tremblay», a-t-il déclaré.

Sauvé s'est donc adressé à l'entrepreneur général Tony Renda, qui a organisé une réunion avec un autre homme d'affaires, Mike Argento, ainsi qu'avec Nick Rizzuto Jr, le fils du parrain Vito Rizzuto. Également présent: Giancarlo Bellini, de Toitures Trois Étoiles, un concurrent de Sauvé qui avait été disqualifié de l'appel d'offres.

On a demandé à M. Sauvé de donner une part du projet à Toitures Trois Étoiles, écartée injustement selon les interlocuteurs présents. On lui a aussi demandé de verser au groupe une quote-part de 500 000$, ce qu'il n'a pas fait. M. Sauvé a toutefois payé d'importants «frais de consultants» pendant plusieurs mois à Mike Argento.

Tony Renda lui aurait dit avoir un bon contact avec le président du Comité exécutif de Montréal, Frank Zampino, qui était toutefois à la veille de quitter son poste. Il aurait aussi prétendu avoir un contact avec le conseiller Sammy Forcillo, un autre vétéran du parti de Gérald Tremblay. [M. Forcillo a déjà nié toute implication dans cette affaire en 2009. Il affirme que son nom a été mentionné à tort.]

Renda disait pouvoir s'assurer que le projet revienne sur les rails et qu'il passe au conseil municipal, selon Sauvé. «Je réalise alors à quel point ces gens-là ont des pouvoirs réels d'influence au sein de l'appareil municipal», a-t-il raconté.

Il déclare s'être fait demander 40 000$ de plus un peu plus tard. Rizzuto et Renda disaient avoir des gens à payer. «Je pense que Rizzuto, à un moment donné, a fait allusion à des conseillers. «Beaucoup de bouches à nourrir, les conseillers.» Je pense avoir entendu ça. Mais je ne peux pas dire qu'il a mentionné un conseiller en particulier. Le seul qui l'a fait, c'est Renda, en nommant expressément Forcillo, et en nommant aussi Zampino au départ», a affirmé M. Sauvé.

Le projet est allé de l'avant, mais Paul Sauvé éprouvait d'autres problèmes, avec sa compagnie d'assurances cette fois, qui ont forcé son retrait du projet. C'est finalement Toitures Trois Étoiles qui a terminé les travaux.

Le président de la CCQ à genoux devant Jocelyn Dupuis

L'ancien président de la Commission de la construction du Québec, André Ménard, décrit comme une figure d'autorité importante nommée par le gouvernement pour chapeauter l'industrie, se serait littéralement agenouillé aux pieds du syndicaliste Jocelyn Dupuis pendant un souper regroupant plusieurs intervenants du milieu, a raconté l'entrepreneur Paul Sauvé à la commission Charbonneau.

Jocelyn Dupuis, qui était alors directeur général de la FTQ-Construction, était accompagné du Hells Angel Normand Marvin Casper Ouimet à cette soirée, a raconté M. Sauvé. Le motard et le syndicaliste se connaissaient visiblement bien, a constaté Paul Sauvé.

À un moment donné, devant la foule d'entrepreneurs et de fournisseurs, Ménard aurait traversé la salle. «Il a fait une diagonale dans la salle pour venir s'agenouiller entre moi et Jocelyn Dupuis, et il disait: «Ah, Jocelyn! Ah, monsieur Sauvé!» Je ne sais pas s'il avait pris un verre de trop ou s'il était simplement content de nous voir, mais il était à genoux devant Jocelyn Dupuis à mes côtés, donc ça m'avait frappé», a témoigné l'entrepreneur.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer