Emboîtant le pas à plusieurs municipalités canadiennes et groupes écologistes, Montréal a adopté lundi soir une motion s'opposant au transport des déchets radioactifs liquides de la centrale de Chalk River. 

Karim Benessaieh LA PRESSE

Le transfert prévu de plus de 23 000 litres de liquide hautement radioactif de la centrale nucléaire ontarienne vers la Caroline-du-Sud par voie terrestre fait craindre le pire en cas d'accident. Les camions-citernes utilisés devraient traverser des affluents du fleuve Saint-Laurent.

Les opposants à ce transfert demandent que les déchets radioactifs soient traités et solidifiés sur le site de Chalk River. «La quantité de déchets liquides hautement radioactifs contenue dans une seule cargaison suffit amplement à contaminer l'eau potable d'une ville entière», a précisé la présidente du comité exécutif, Josée Duplessis, qui a lu la déclaration au conseil municipal. Elle a été adoptée à l'unanimité par les conseillers.