«L'euro survivra et l'Europe n'explosera pas», a déclaré jeudi à Montréal l'ancien président français Nicolas Sarkozy, affirmant sa foi dans l'avenir de l'Union européenne lors d'une conférence payante devant environ 800 personnalités québécoises.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'Europe étant un continent qui s'est entre-déchiré dans le passé, l'Union européenne lui a apporté la paix, a-t-il expliqué en substance, selon un participant qui a accepté de rapporter ses déclarations à l'AFP sous couvert d'anonymat, la rencontre étant fermée aux médias.

L'ancien chef de l'État a ponctué son intervention de plusieurs formules chocs: «l'Europe c'est la paix», «l'euro est le coeur de l'Europe», «si l'euro échoue, l'Europe explose».

Interrogé, à l'issue de l'exposé, sur les conséquences d'une éventuelle sortie d'un pays de la zone euro, M. Sarkozy l'a jugée improbable, car elle ne serait pas dans l'intérêt du ou des pays en question.

«Leur dette est libellée en euros», donc la sortie de l'euro et la dévaluation de la monnaie nationale qui devrait suivre, rendraient la dette encore plus lourde, a-t-il expliqué.

Puis, «si on laisse tomber un pays, les marchés se demanderont quel est le suivant», a-t-il ajouté, avant de conclure: «l'euro est un tout, l'Europe est un tout».

M. Sarkozy a évoqué aussi la «maladie» de la gouvernance étatique de l'Europe, à savoir la nécessité d'avoir le consensus de 27 pays pour prendre une décision.

«Faire croire à 27 pays qu'ils ont tous les mêmes droits et les mêmes devoirs est un mensonge», a-t-il asséné, avant d'affirmer que l'Allemagne et la France «ont une responsabilité particulière car elles font 50% du PIB» européen.

Quant aux accords de libre-échange négociés entre l'UE d'une part, le Canada - avec d'importantes difficultés de dernière minute - et les États-Unis d'autre part, l'ancien président français «y croit», car tous ces pays «font partie de la même famille». Ce qui n'enlève rien, selon lui, au besoin de développer les relations avec la Chine.

Interrogé aussi sur le «terrorisme», Nicolas Sarkozy a jugé que «la seule position qui tienne est la position debout, la fermeté». «La France sait ce qu'elle doit faire», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l'ancien président, apparaissant en bonne forme, a dit qu'il lui fallait éviter deux écueils lors de son séjour au Québec: se mêler de la politique québécoise et canadienne et faire de la politique française. «Ce n'est pas que je n'en aie pas envie», a-t-il ajouté sur ce dernier point, dans un clin d'oeil à son auditoire.

Parmi les personnalités assistant à la conférence, combinée avec un repas, on remarquait la présence d'André Desmarais, représentant d'une puissante famille d'industriels et de financiers, connaissances de longue date de M. Sarkozy.

M. Sarkozy devait quitter Montréal en milieu d'après-midi pour s'entretenir vendredi à New York avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Cette conférence payante était organisée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et ne prévoyait pas d'accréditation pour la presse.

Les prix des billets allaient de 225 dollars pour les membres de la Chambre, à 795 dollars pour les non-membres souhaitant occuper l'une des 150 meilleures places et rapporter chez eux une photo individuelle avec M. Sarkozy.

Quelque 750 billets ont été vendus, a-t-on appris auprès des organisateurs.

Sur son site web, la Chambre invitait les intéressés à «rencontrer l'homme reconnu pour l'énergie avec laquelle il a dirigé la deuxième puissance économique européenne».