Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a entrepris des vérifications ciblant son propre patron, soit le directeur général de la Ville, Guy Hébert. La réplique a été cinglante: un bras de fer s'est enclenché et a remonté jusqu'au gouvernement du Québec afin de tenter d'obtenir la tête du chef de police, Marc Parent, a appris La Presse.

Mis à jour le 15 mars 2013
Kathleen Lévesque, Fabrice De Pierrebourg et Vincent Larouche LA PRESSE

Selon les informations recueillies, l'épreuve de force remonte à l'attribution, en juin dernier, d'un important contrat de renforcement des communications opérationnelles en matière de sécurité publique sur le territoire de Montréal. L'entreprise Motorola Solutions s'est plainte par écrit auprès de Guy Hébert du rejet de sa soumission. Selon Motorola, le processus aurait été entaché de favoritisme. Selon nos sources, Guy Hébert ne serait pas étranger à la question d'éthique soulevée.

Alerté, le chef du SPVM, Marc Parent, a rencontré le contrôleur général de la Ville, Alain Bond. Le face à face a eu lieu l'automne dernier. Il s'agissait alors d'attirer l'attention de l'Administration municipale sur des irrégularités potentielles entourant le processus d'attribution de ce contrat de plus de 42 millions.

L'événement a immédiatement mis le feu aux poudres. Le contrôleur général aurait prévenu le directeur général qui aurait cherché à savoir s'il faisait l'objet d'une enquête. «À partir de là, Hébert a commencé à monter un dossier contre Parent», a expliqué une source bien au fait du dossier.

Tout y est passé: les manifestations étudiantes du printemps dernier, la gestion administrative de la violence d'intervention de l'agente de police matricule 728, le cafouillage lors de la soirée électorale au Métropolis qui s'est soldé par la mort d'un technicien, et plus généralement, un problème de redditions de comptes.

Comme le soutient une personne au sein de la haute hiérarchie montréalaise, le directeur général accepte mal la résistance chez ses subordonnés en général, et celle de la police, en particulier, qu'il perçoit comme «l'État dans l'État». «Les policiers n'ont pas tendance à penser qu'ils sont aussi des employés de la Ville et que, de ce fait, ils n'ont pas à se rapporter à leur supérieur», raconte cette source.

Guy Hébert s'est alors adressé au ministère de la Sécurité publique pour demander la tête de Marc Parent. Selon des sources policières et politiques, il y aurait eu discussion entre M. Hébert et le sous-ministre de la Sécurité publique, Martin Prud'homme. Les doléances du grand patron de la fonction publique montréalaise, alors qu'il est lui-même dans la ligne de mire de la police, ont été rejetées.

«Hébert voulait avoir le pouvoir de congédier Marc Parent et cela lui a été refusé. Pour réussir à le faire, il faut qu'il y ait malversation ou que l'on démontre l'incompétence», souligne une source politique bien au fait du dossier.

En vertu de l'article 87 de la Loi sur la police, la destitution d'un chef de police nécessite que le conseil municipal adopte une résolution à la majorité absolue. Par ailleurs, la Loi sur les cités et villes prévoit, à l'article 113, que le directeur général de la Ville a autorité sur tous les fonctionnaires sauf le vérificateur général.

L'histoire a toutefois pris une tournure inattendue compte tenu des traditionnelles rivalités entre le SPVM et la Sûreté du Québec (SQ). Selon nos sources, il y aurait eu contact entre le sous-ministre Prud'homme et le directeur général de la SQ, Mario Laprise,  pour demander l'avis de ce dernier sur la requête inusitée de Guy Hébert. Les deux hommes se connaissent bien, ayant travaillé côte à côte à la SQ. En substance, le chef de la SQ aurait conseillé sans détour de ne pas céder à la demande de l'administration Applebaum, elle-même l'objet d'une enquête par les policiers de Marteau (UPAC).

«Je ne suis pas surpris de cette demande, compte tenu de tout ce qui se passe à l'hôtel de ville. Mais, malgré nos différends d'ordre professionnel, je n'ai aucun doute sur l'intégrité de Marc Parent», a indiqué Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal.

Selon plusieurs sources, il y aurait du mécontentement à l'intérieur du SPVM et chez les cadres, entre autres à cause du problème des horaires des policiers. Il n'y aurait toutefois aucun plan pour un «putsch anti-Parent».

Une éthique rigide

Après les controverses autour de l'ancien directeur du SPVM, Yvan Delorme, Marc Parent a imposé une rigidité presque jamais vue au sujet des questions d'éthique, selon une source. La section des affaires internes a les coudées franches pour traquer les inconduites, les notes de frais ont été resserrées; même le chef de cabinet de M. Parent a été sélectionné au terme d'un lourd processus conduit par une firme externe de recrutement, pour éviter les apparences de copinage. «Il n'avait pas besoin de faire ça, tout le monde peut nommer le bras droit de son choix comme chef de cabinet, mais lui, il est extrêmement by the book, au point d'énerver beaucoup de monde», a expliqué l'un de ses subalternes.

La guerre de pouvoir entre MM. Hébert et Parent est désormais un secret de polichinelle dans les rangs policiers. La nouvelle s'est répandue comme une trainée de poudre. Du coup, la crise de confiance est majeure entre l'Administration municipale et son corps de police.

Hier, l'hôtel de ville était sur la défensive. L'attaché de presse du maire, Darren Becker, a indiqué que M. Applebaum et son collègue du comité exécutif, Christian Dubois, responsable du dossier de la Sécurité publique, réitèrent leur pleine confiance en Marc Parent.

En janvier dernier, le maire Michael Applebaum a annoncé avec Marc Parent la mise sur pied de l'Escouade de protection de l'intégrité municipale (EPIM) sous la responsabilité du SPVM. Créée en moins de cinq jours, l'EPIM bénéficie d'un budget de 3 millions. Son vaste mandat touche les activités de la ville centre, des arrondissements et des sociétés paramunicipales. Les fournisseurs de services, l'attribution des contrats, les fonctionnaires et les élus sont également dans la ligne de mire de l'ÉPIM.

«Ingérence politique»

Malgré l'apparent front commun entre le politique et la police pour contrer les dérapages qui s'accumulent depuis des années à l'hôtel de ville de Montréal, il semble que dès la mise en place de l'équipe Applebaum-Hébert, des tensions sont apparues. Au quartier général du SPVM, certains constatent une détérioration des rapports avec l'administration municipale en raison de ce que des policiers qualifient «d'ingérence politique» dans la gestion du service de police.

«C'est clair qu'il y en a qui ont peur qu'on dérange et qu'on nuise à leurs affaires. Ils savent qu'avec le boss qu'on a, on ne va jamais lâcher une enquête pour des raisons politiques», explique un policier.

Marc Parent a d'ailleurs promis que l'EPIM jouira d'une indépendance totale et pourra, au besoin, enquêter sans entrave sur des personnes à l'hôtel de ville. Son attitude rigide et intransigeante aurait même surpris le maire Applebaum.

Outre le contrat qui a échappé à la firme Motorola, d'autres informations litigieuses, qui concernent Guy Hébert avant qu'il ne soit directeur général de Montréal, auraient été portées à l'attention du SPVM Il occupe cette fonction depuis janvier 2012. M. Hébert est en vacances à l'étranger. Il sera de retour la semaine prochaine.

Pour ce qui est du dossier Motorola, la Ville a confirmé hier que le contrôleur général avait procédé à des vérifications à la suite de la plainte de l'entreprise. Il a conclu à la conformité du processus.

Photo: André Pichette, La Presse

Le chef de police de la Ville de Montréal, Marc Parent.