Devant la controverse soulevée par l'embauche par la Ville de Montréal de l'ex-chef de cabinet de Gérald Tremblay, le maire Michael Applebaum s'engage à interdire à son personnel politique de briguer un emploi dans l'administration montréalaise.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

La nomination d'Agop Evereklian comme directeur principal du Service des affaires institutionnelles a soulevé la controverse la semaine dernière. Projet Montréal y voyait une nomination politique destinée à remercier ce fidèle de l'ex-maire Tremblay.

Questionné lundi devant le conseil municipal, le maire a assuré que M. Evereklian avait été choisi par un comité de sélection formé par la Ville. Michael Applebaum a toutefois ajouté qu'une telle situation ne se reproduirait plus à Montréal puisqu'il compte demander à son prochain chef de cabinet ainsi qu'à ses attachés politiques de renoncer à décrocher un emploi dans l'administration municipale. Ceux-ci devront signer un document dans lequel ils s'engagent à ne pas postuler à la Ville.

«Je respecte la décision du comité de sélection, mais pour mon prochain chef de cabinet, je vais m'assurer qu'il signe un document pour qu'il n'entre pas dans la fonction publique de Montréal. Je vous assure, ça va être la dernière fois», a indiqué le maire.