Source ID:; App Source:

Tremblay: «Mon dernier acte d'amour pour Montréal»

  • «Après 25 ans au service de la collectivité, je quitte la vie publique», a déclaré M. Tremblay. (Photo CHRISTINNE MUSCHI, Reuters)

    Plein écran

    «Après 25 ans au service de la collectivité, je quitte la vie publique», a déclaré M. Tremblay.

    Photo CHRISTINNE MUSCHI, Reuters

  • 1 / 9
  • Gérald Tremblay estime qu'on a trahi sa confiance, mais assure avoir agi chaque fois qu'il a été informé d'irrégularités. (Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Gérald Tremblay estime qu'on a trahi sa confiance, mais assure avoir agi chaque fois qu'il a été informé d'irrégularités.

    Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne

  • 2 / 9
  • Le maire lors de son arrivée à l'hôtel de ville, lundi après-midi. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le maire lors de son arrivée à l'hôtel de ville, lundi après-midi.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

  • 3 / 9
  • Pour son dernier discours, Gérald Tremblay a tenu à nier deux allégations. (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Pour son dernier discours, Gérald Tremblay a tenu à nier deux allégations.

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 4 / 9
  • Sa démission, il la présente comme« l'ultime sacrifice» (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Sa démission, il la présente comme« l'ultime sacrifice»

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 5 / 9
  • Louise Harel, chef de l'opposition a donné un point de presse lundi après-midi, puis s'est adressée aux médias après le discours du maire. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    Plein écran

    Louise Harel, chef de l'opposition a donné un point de presse lundi après-midi, puis s'est adressée aux médias après le discours du maire.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

  • 6 / 9
  • Richard Bergeron réagit après le départ du maire. (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Richard Bergeron réagit après le départ du maire.

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 7 / 9
  • Gérald Tremblay est réellement dans l'oeil de la tempête depuis le 1er octobre dernier. (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Gérald Tremblay est réellement dans l'oeil de la tempête depuis le 1er octobre dernier.

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 8 / 9
  • Avec ce départ, Gérald Tremblay laisse derrière lui de grands défis montréalais. (Phtoo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Avec ce départ, Gérald Tremblay laisse derrière lui de grands défis montréalais.

    Phtoo Graham Hughes, La Presse Canadienne

  • 9 / 9

(Montréal) Après un mois d'une tempête médiatique sans précédent, alors que son intégrité a été attaquée presque quotidiennement, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, lâche prise.

> Une démission inévitable? Réagissez dans notre section Débats

> Le discours intégral de Gérald Tremblay

Sobre, manifestement ému mais calme, il a annoncé sa démission en début de soirée à l'hôtel de ville.

«Après 25 ans au service de la collectivité, je quitte la vie publique», a-t-il déclaré. Il a décrit ses onze années au pouvoir comme «riches de moments inoubliables», au cours desquelles il assure s'être dédié entièrement à Montréal, fort de ses «valeurs judéo-chrétiennes d'entraide, de solidarité, d'intégrité, d'ouverture, de respect, de dignité humaine, de justice sociale et de paix.»

Mais cette période lui a aussi réservé des «moments très difficiles et ardus, un calvaire que je ne souhaite à personne.»

Vigilant mais mal informé

En 2001, dès son entrée en poste, il a été confronté aux rumeurs de corruption à la Ville de Montréal. C'est le directeur général lui-même qui l'en a informé. «Il m'a dit qu'il y avait des rumeurs à l'effet que des enveloppes brunes circulaient dans les services. Je lui ai demandé ce qu'il avait fait. Il m'a répondu qu'il avait exigé des preuves qu'on ne lui avait jamais données.»

Il assure avoir été «vigilant» pendant toutes ces années, mais n'a reçu les informations pertinentes «qu'après les faits». Il a eu cet aveu: «Avec cette information, je peux vous assurer qu'il n'y aurait jamais eu le projet Contrecoeur et le dossier des compteurs d'eau.»

Gérald Tremblay estime qu'on a trahi sa confiance, mais assure avoir agi chaque fois qu'il a été informé d'irrégularités. «Je souhaite ardemment qu'un jour, on reconnaisse que je me suis battu, très souvent seul, contre ce système, cette collusion et cette corruption qui pourtant, selon les révélations de la commission Charbonneau, existaient depuis au moins 1988.»

Deux allégations niées

Il regrette de ne pas avoir eu la possibilité de se défendre devant la commission, estimant ne pas «faire partie du plan de match à court terme.» En politique, «ce qui compte le plus, c'est la perception et non la vérité. La vérité, je l'ai transmise à la commission Charbonneau.»

Pour son dernier discours, il a cependant tenu à nier deux allégations qu'il n'a manifestement pas digérées, celles de Jacques Duchesneau et de son ex-organisateur politique Martin Dumont. «Je n'ai jamais été informé, le 2 juillet 2009, qu'il y avait quatre personnes douteuses dans mon entourage, a-t-il déclaré au sujet du premier. Un jour, l'agenda caché de certaines personnes sera dévoilé.»

Quant à la fameuse rencontre en 2004 où on lui aurait dévoilé la double comptabilité de son parti, il soutient n'y avoir jamais pris part.

«Je traverse présentement une période d'une injustice insupportable. Je n'ai jamais pensé que je vivrais un tel acharnement dans une société de droit. Mais un jour, justice sera rendue. »

Sa démission, il la présente comme« l'ultime sacrifice , [son] dernier acte d'amour dans l'intérêt supérieur de Montréal.»

Gérald Tremblay, lors de l'annonce de sa démission,... (La Presse Canadienne) - image 4.0

Agrandir

Gérald Tremblay, lors de l'annonce de sa démission, lundi soir

La Presse Canadienne

Il a quitté la scène sans répondre aux questions des journalistes, entouré d'une vingtaine d'élus de son caucus. Techniquement, le titre de maire appartient maintenant à celle qui a été nommée suppléante en septembre dernier, la conseillère de Lachine Jane Cowell-Poitras. Le conseil municipal a maintenant 30 jours pour lui désigner un successeur issu de ses rangs jusqu'au 3 novembre 2013. Les élus peuvent également décider, dans les 15 prochains jours, de déclencher une élection partielle à la mairie.

Un mois dévastateur

Malmené par les controverses depuis sa première élection, en novembre 2001, Gérald Tremblay est réellement dans l'oeil de la tempête depuis le 1er octobre dernier. L'ex-entrepreneur Lino Zambito a alors révélé à la commission Charbonneau que le parti du maire, Union Montréal, recevait 3% des contrats octroyés par la Ville. Il éclaboussera ensuite le directeur général de l'époque, Robert Abdallah, puis le président du comité exécutif, Frank Zampino.

Collusion, corruption et dépassements de coûts ont coûté des centaines de millions de dollars aux contribuables montréalais, selon ses estimations.

L'administration Tremblay annonce la même semaine la suspension de contrats «non urgents» d'une valeur de 75 millions de dollars.

Deux ingénieurs à la retraite, Luc Leclerc et Gilles Surprenant, viendront ensuite témoigner du climat généralisé de corruption au sein de la Ville, «un secret de polichinelle». Pour M. Surprenant, la «cote» de 3% allait plutôt au comité exécutif.

C'est toutefois le témoignage d'un ex-organisateur politique d'Union Montréal, Martin Dumont, qui entachera le plus la crédibilité du maire. Il raconte avoir vu un coffre-fort bourré d'argent dans la permanence du parti, au point où on n'arrivait plus à le fermer.

Pire, M. Dumont affirme qu'en 2004, en présence de Gérald Tremblay, il a soulevé des questions sur des dépenses électorales douteuses. Le maire se serait levé et a quitté la pièce, après avoir dit: «Moi, je n'ai pas à savoir ça.»

Mitraillé de questions par les journalistes lors du dépôt de son budget, la semaine dernière, le maire Tremblay a paru pour la première fois excédé. Il a annoncé qu'il ne répondrait plus aux questions sur son intégrité. Deux jours plus tard, il annonçait qu'il prenait «quelques jours de repos».




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer