Source ID:; App Source:

Dans l'après-Tremblay, Montréal serait dirigé par Jane Cowell-Poitras

Jane Cowell-Poitras, d'Union Montréal, conseillère municipale à Lachine.... (Photo fournie par Union Montréal)

Agrandir

Jane Cowell-Poitras, d'Union Montréal, conseillère municipale à Lachine.

Photo fournie par Union Montréal

S'il veut éviter une élection partielle à la mairie, Gérald Tremblay doit attendre minuit, le soir du vendredi 2 novembre, pour démissionner, soit 12 mois avant le prochain scrutin général, prévu le 3 novembre 2013.

Les Montréalais se retrouveraient alors techniquement dirigés par une conseillère de Lachine peu connue, Jane Cowell-Poitras, qui a été désignée mairesse suppléante lors de la séance du conseil municipal de septembre dernier. En politique municipale depuis 1998, elle est conseillère associée au développement social, à la famille et aux aînés. Il a été impossible de lui parler hier.

La Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités décrit dans les mindres détails le processus pour remplacer un maire démissionnaire. Ce sont les articles 335 et 336, en particulier, qui font office de bible en cas de départ du maire.

On y apprend que Mme Cowell-Poitras ne serait probablement pas longtemps en poste. Le conseil municipal doit, au maximum 30 jours après que le greffier a été informé du départ du maire, tenir un scrutin secret. Les conseillers sont alors appelés à élire un des leurs - il est impossible de porter à la mairie quelqu'un de l'extérieur. Ce vote pourrait avoir lieu dès le 13 novembre prochain, car une assemblée extraordinaire a été convoquée hier pour adopter le budget 2013.

Le conseiller élu proviendrait selon toute vraisemblance du parti de Gérald Tremblay, Union Montréal, qui détiendrait alors 34 des 64 sièges. En cas d'égalité, ce serait le président du conseil, Harout Chitilian, élu sous la bannière d'Union Montréal, qui serait appelé à trancher.

Le conseil municipal peut également décréter la tenue d'une élection partielle. Cette décision devra alors être prise dans les 15 jours suivant l'avis de vacance.

L'autre mécanisme de destitution, bien connu notamment des citoyens de Mascouche, prend effet lorsque le maire s'est absenté des débats du conseil pendant plus de 90 jours. Comme le maire Tremblay a assisté à la séance du conseil le 30 octobre dernier, il devrait alors se présenter à l'assemblée prévue après le 28 janvier 2013.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Gérald Tremblay au repos jusqu'à lundi

    Politique

    Gérald Tremblay au repos jusqu'à lundi

    Soumis à une pression de plus en plus forte pour qu'il renonce à ses fonctions de maire de Montréal en raison des allégations de financement ... »

  • Michèle Ouimet | Un homme et son parti

    Michèle Ouimet

    Un homme et son parti

    Le maire Gérald Tremblay se repose jusqu'à lundi. Hier, son bras droit, Michael Applebaum, a dit: «C'est normal, il n'y a rien là.» »

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer