«Nauséabond» en période de canicule, délabré et négligé depuis sa création il y a trois quarts de siècle, le lac aux Castors profitera d'une cure de rajeunissement à partir de juin prochain.

Karim Benessaieh LA PRESSE

La Ville de Montréal a lancé la semaine dernière un appel d'offres pour la restauration «majeure» du bassin, cet «équipement patrimonial qui est considéré comme le coeur du parc», selon les documents décisionnels. Cette première phase durera jusqu'en février 2013. On en profitera pour désembourber le fond, refaire l'alimentation en eau et reconstruire le muret de béton qui «montre de nombreux signes de vieillissement». «L'eau du bassin fuit, le fond est envasé, l'eau est trouble et de couleur brunâtre», peut-on lire dans les devis qui ont servi à un appel d'offres pour services professionnels lancé l'an dernier.

«Le moment était venu de donner une cure de rajeunissement à ce symbole très apprécié des Montréalais», dit Alan De Sousa, responsable de l'environnement et des parcs au comité exécutif.

On prévoit dans un deuxième temps s'attaquer aux abords du lac, dans le secteur ouest de la Clairière. Les deux phases devraient coûter 14 millions, selon les devis.

Depuis sept ans, le secteur a profité de plusieurs améliorations.