Dix-sept inspecteurs de l'arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie ont investi un bâtiment commercial qui aurait été converti sans autorisation en immeuble à logements pour vérifier dans quelles conditions vivent les locataires. Le maire François Croteau souhaite forcer le propriétaire à apporter des correctifs pour assurer la salubrité des lieux.

Pierre-André Normandin LA PRESSE

«On fait cette opération pour protéger les locataires contre un propriétaire qui néglige l'entretien minimal de son bâtiment. On ne veut pas mettre personne à la rue, au contraire. On veut les maintenir sur place, mais dans des lieux salubres et conformes», a indiqué le maire de Rosemont, ce matin.

Six inspecteurs en bâtiment, six pompiers et cinq policiers se sont présentés tôt ce matin au 5455 d'Iberville pour inspecter les 31 logements. L'arrondissement permet seulement un usage commercial, soit la présence d'ateliers d'artistes, mais plusieurs locataires y habiteraient de façon permanente. L'inspection cherche donc à déterminer si le bâtiment sert bel et bien d'immeuble à logements. «Si c'est le cas, nous allons demander à la lumière de cette inspection de mettre ses bâtiments conformes», indique François Croteau.

Le maire de Rosemont dit vouloir «envoyer un message à tous les propriétaires qui voudraient imiter Sam Fattal (le propriétaire du bâtiment visé) et ne pas respecter leurs locataires en les maintenant dans des lieux impropres à l'habitation. Dans Rosemont-La Petite-Patrie, c'est terminé.»