Le Parti québécois est revenu à la charge, jeudi à l'Assemblée nationale, pour réclamer l'aménagement de sorties de secours dans le tunnel ferroviaire du mont Royal, long de presque cinq kilomètres.

Bruno Bisson LA PRESSE

Mercredi, le président de l'Agence métropolitaine de transport, Joël Gauthier, a affirmé que ce tunnel est sûr, même s'il ne respecte pas les normes de protection incendie les plus élémentaires comme des sorties de secours, des amenées d'eau et un système de ventilation pour chasser la fumée.

L'AMT n'est pas obligée de respecter ces normes, car elles n'étaient pas en vigueur lorsque le tunnel a été construit, de 1916 à 1918, a dit M. Gauthier.

«Depuis quand, en matière de sécurité, on a des droits acquis à la négligence? a demandé le député péquiste Nicolas Girard. Est-ce qu'on permettrait à un cinéma d'accueillir 1000 personnes, sans sortie de secours, parce qu'au moment où le cinéma a été construit, les sorties de secours n'étaient pas obligatoires? La réponse, c'est non. La responsabilité du ministre [des Transports], c'est d'assurer la sécurité des passagers. Est-ce que le ministre va exiger de l'AMT l'installation de sorties de secours dans le tunnel du mont Royal?»

Le ministre Pierre Moreau a répondu que des interventions seraient réalisées avant que les locomotives bimodes de Bombardier n'empruntent le tunnel. Ces locomotives rouleront au diesel sur leur parcours, puis passeront à l'électricité avant d'arriver au tunnel. Elles pourront contenir jusqu'à 6800 litres de diesel dans leurs réservoirs, mais ceux-ci ont été conçus pour assurer la sécurité, a ajouté M. Moreau.

«Le dernier ministre libéral qui nous a dit que tout était sécuritaire, c'était le député de Louis-Hébert [Sam Hamad, prédécesseur de M. Moreau aux Transports], alors qu'il y avait une poutre de 25 tonnes qui était tombée du tunnel Ville-Marie derrière lui», a répliqué M. Girard.

«Si c'est si sécuritaire, pourquoi l'AMT a-t-elle refusé de divulguer le résultat de [son] analyse de risques?»

«Ce n'est pas seulement l'AMT qui dit que c'est sécuritaire, a répondu M. Moreau. C'est le Service de sécurité incendie de Montréal, le Service de police de Montréal, Transports Canada, le Canadien National [propriétaire du tunnel].»

En cas d'incendie au milieu du tunnel, et en l'absence d'issues de secours, les passagers devront marcher 2,5 km pour sortir, distance qu'ils pourraient mettre de 30 à 90 minutes à franchir, a souligné M. Girard. Le député a rappelé l'incendie survenu en 1999 dans le tunnel du Mont-Blanc, entre la France et l'Italie: 42 personnes ont perdu la vie.

L'AMT veut faire passer 12 millions de personnes dans le tunnel du mont Royal chaque année, notamment pour son futur train de l'Est. Le ministre Pierre Moreau donne son plein appui à M. Gauthier, président de l'Agence; malgré l'absence d'issues de secours, «le tunnel est sécuritaire et les passagers peuvent utiliser ça en toute sécurité», a-t-il affirmé.