Le parc René-Lévesque est bien connu des amateurs de vélo: il se trouve à l'extrême ouest de la piste cyclable du canal de Lachine. Les cyclistes fourbus, mais aussi les marcheurs et les joggeurs, s'y arrêtent pour profiter de la vue. La presqu'île plonge dans le Saint-Laurent et on peut y admirer plusieurs espèces d'oiseaux (hier, un héron se séchait au soleil).

Mis à jour le 13 juill. 2011
Gabriel Béland LA PRESSE

Mais les visiteurs se rendent aussi au parc René-Lévesque pour la collection d'art public qui s'y trouve. Le parc est en fait un véritable musée en plein air. Un symposium de sculptures tenu en 1988 a permis de monter une coquette collection de 22 sculptures. Certaines ont coûté plus de 150 000$ à la Ville.

Aujourd'hui, ces oeuvres forment l'un des plus grands jardins de sculptures en plein air du pays. Bombardier produits récréatifs (BRP) a choisi d'installer sa piste de véhicules tout-terrain dans ce jardin. Les VTT se promènent sur la piste sinueuse à quelques mètres des sculptures.

«Tout a été mis en place pour s'assurer de la sécurité des oeuvres, a insisté hier une porte-parole de l'arrondissement de Lachine, Lucie René. Le directeur du musée de Lachine ainsi que la direction des loisirs et des travaux publics ont travaillé en collaboration afin de définir et de mettre en place des périmètres de sécurité autour des sculptures.»

Aussi, BRP ne laissera aucun visiteur conduire un VTT en état d'ébriété, prévient la porte-parole de l'arrondissement. «Chaque participant doit passer avec succès un alcootest», dit-elle. Aucun risque, donc, qu'un participant éméché percute une sculpture.