Des membres de la communauté juive de Montréal se sont dits «extrêmement déçus» par le rejet du projet d'agrandissement de la synagogue de la rue Hutchison. Les élus du secteur croient tout de même que cette expérience a permis un rapprochement entre les hassidim et leurs voisins.

Catherine Handfield LA PRESSE

Dimanche soir, des citoyens du Mile End et d'Outremont ont rejeté à 53% le projet de rénovation de la synagogue du 5363, rue Hutchison.

La congrégation Gate David souhaitait l'agrandir d'environ 37 mètres carrés par l'arrière pour y ajouter un vestibule et une salle de bains.

«C'est un bien triste jour pour la rue Hutchison», a dit le porte-parole de la congrégation, Mayer Feig. Il attribue les résultats du référendum à une campagne de haine et de désinformation menée par un petit groupe de citoyens.

Les opposants redoutaient l'augmentation du va-et-vient et du stationnement illégal dans le secteur.

Ils déplorent en outre que d'autres synagogues du quartier contreviennent à la réglementation municipale en vigueur.

«Il y avait là, pour les citoyens d'Outremont, une occasion de se rapprocher des communautés hassidiques, a dit Joseph Gabay, membre du conseil d'administration du Congrès juif québécois. À la place, on a peut-être un peu creusé le fossé, et c'est dommage.»

Joseph Gabay ne croit pas que le résultat du vote soit représentatif. Il a souligné que seulement 38% des gens aptes à voter ont exercé leur droit (455 sur 1201).

Mayer Feig a pour sa part salué la soixantaine de résidants non juifs qui ont voté pour le projet.

Un côté positif

Le député fédéral d'Outremont, Thomas Mulcair, «partage la déception» de la communauté. Il a souligné que la congrégation avait respecté toutes les règles dans l'élaboration de son projet.

«J'y vois quand même un aspect qui, à long terme, va faire du bien, a-t-il dit. Des gens de différents horizons sont en train de réaliser qu'une meilleure communication va faire du bien dans l'avenir.»

Thomas Mulcair a donné l'exemple de la journée portes ouvertes organisée à la synagogue, le 5 juin.

Le conseiller municipal du district du Mile End, Alex Norris, croit lui aussi que le processus a permis à la communauté et aux résidants de créer «de nouveaux liens».

En février, l'administration du maire Luc Ferrandez avait donné son aval au projet d'agrandissement en accordant une dérogation à la congrégation. Quatre élus ont voté pour et trois, contre. Des citoyens opposés au projet ont cependant amassé près de 200 signatures, ce qui a conduit les élus à tenir un référendum sur la question.

«Nous demeurons convaincus que le projet représentait un compromis honorable entre les besoins de la petite communauté hassidique et les préoccupations exprimées par certains résidants», a dit Alex Norris, qui «prend acte» du résultat.

La congrégation Gate David prévoit rencontrer l'arrondissement la semaine prochaine pour discuter des rénovations qu'il sera possible de faire sans dérogation.