Un an après avoir reçu une contravention de 75$ pour avoir joué avec des enfants dans la rue, David Sasson peut crier victoire: un juge de la cour municipale a annulé la contravention et déclaré le règlement invalide. Le père de famille de Dollard-des-Ormeaux, dont la mésaventure avait suscité des réactions un peu partout au Canada l'an dernier, compte fêter de la plus belle des façons: «Dans un mois, nous allons organiser une bonne partie de hockey dans la rue», a-t-il déclaré.

Mis à jour le 18 mars 2011
Karim Benessaieh LA PRESSE

Le maire Ed Janiszewski, lui, n'en démord pas: «Si un voisin se plaint, on va leur demander de changer d'endroit. Peut-être qu'on ne leur redonnera pas une contravention. Mais je vais faire stationner le camion de sécurité en plein milieu de la rue où ils jouent. Ce n'est pas très sérieux, tout ça.»

La décision de la juge Nathalie Haccoun, bien étoffée, assimile le règlement de DDO à une interdiction pure et simple du hockey dans la rue, ce qui est «excessif». Pour que cette activité puisse être pratiquée, le conseil municipal doit décréter «rue de jeu» une partie de la chaussée. Or, tous les fonctionnaires venus témoigner dans cette cause ont avoué qu'un tel décret n'a jamais été voté, de mémoire.

La juge Haccoun estime que DDO devrait s'inspirer de Kingston, en Ontario, où le hockey est permis dans certaines rues peu passantes, quand l'éclairage est suffisant. Elle a estimé que, dans le cas de M. Sasson, le fait qu'une dizaine d'enfants et cinq adultes jouent au hockey dans un croissant de rue ne constitue en rien une menace à la sécurité. «Nous avons été chanceux de tomber sur une juge comme Mme Haccoun, qui a pris la cause au sérieux, estime M. Sasson. C'était 50-50 dans nos chances de gagner.»

Pour «15 minutes de gloire»

Adopté en 1978, le Règlement municipal 09-053 n'avait jamais été appliqué avant le 13 mars 2010. Ce jour-là, M. Sasson avait refusé de quitter les lieux quand un agent de la sécurité publique, appelé par une voisine excédée par le bruit, le lui avait ordonné. Il en a été quitte pour une amende de 75$, qu'il s'est fait un point d'honneur de contester. Sa croisade, à coups de pages Facebook et de manifestations devant l'hôtel de ville de Dollard-des-Ormeaux, avait mobilisé des milliers de personnes. «Ç'a fait jaser du Nouveau-Brunswick à Vancouver, c'était super, raconte le père de 43 ans. On a touché un point sensible: c'est notre sport national, on a tous fait ça quand on était petits.»

Le maire Janiszewski compte «changer quelques mots au règlement» pour se plier au jugement. «Il faut cependant qu'on protège les citoyens qui sont sérieusement dérangés», précise-t-il. Il maintient en outre que ce feuilleton aurait pu être évité si M. Sasson s'était montré raisonnable. «Nous avons des dizaines de jeunes qui jouent au hockey dans les rues et personne ne reçoit jamais de contravention. J'ai toujours invité le plaignant pour arranger les choses, mais ce monsieur voulait ses 15 minutes de gloire.»