Source ID:; App Source:

Faubourg Contrecoeur: le feu permet de régler «en partie» un litige

Le violent brasier a nécessité l'intervention de plusieurs... (Robert Skinner La Presse)

Agrandir

Le violent brasier a nécessité l'intervention de plusieurs grues.

Robert Skinner La Presse

L'incendie dévastateur au Faubourg Contrecoeur, dans l'est de Montréal, aura permis de régler une «partie» du litige entre le promoteur et la Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM), a appris La Presse. Après deux jours de rencontres intensives, la direction du Groupe immobilier Frank Catania a annoncé que les travaux reprendront à plein régime, dès lundi. Le chantier était pratiquement paralysé depuis décembre.

Après une rencontre avec la SHDM, hier matin, (société qui a vendu le terrain à Catania), le groupe immobilier a convenu de demander un permis de démolition pour nettoyer les restes des 96 appartements rasés par les flammes, vendredi dernier. Les futurs propriétaires ne pourront pas emménager comme prévu, le 1er juillet. Catania espère d'abord obtenir le rapport des enquêteurs de la police de Montréal sur les origines de l'incendie, toujours considéré comme suspect, pour un début des travaux en juin.

 

En entrevue avec La Presse, le président du groupe, André Fortin, a tenu à souligner que, depuis mardi, il y a des travaux préparatoires sur les lieux afin de faire passer l'électricité et de préparer les rues. Des travaux commenceront par la suite pour construire 172 nouveaux appartements. La construction de 121 logements coopératifs en partenariat avec la Société d'habitation du Québec suivra en juin, pour un total de 400 nouveaux appartements livrés dans 12 mois, assure-t-on.

À la SHDM, la porte-parole, Stéphanie Gareau, a expliqué, sans pouvoir entrer dans les détails, «qu'avec le redémarrage du projet de construction, une partie du problème est réglé». Elle précise que la SHDM a obtenu les preuves que Catania a des assurances, donc que les acheteurs seront dédommagés.

«Il faut cependant attendre les conclusions de l'enquête du Vérificateur général de Montréal, le 27 avril», a-t-elle ajouté.

Cette enquête concerne notamment les millions qui ont été soustraits par Catania pour des frais d'infrastructures et de décontamination du terrain évalué à 31 millions, vendu 19 millions, mais qui aurait coûté 4,4 millions à Catania au final.

En ce qui concerne les causes de l'incendie, la direction de Catania a tenu à préciser que les flammes ont pris naissance dans «le bâtiment», situé le plus à l'est du terrain, dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

«Ça ne veut pas dire qu'il ne s'agit pas d'un incendie suspect, a dit M. Fortin, de Catania, mais il y avait de forts vents vendredi dernier, et il n'y avait pas de briques ou de revêtement sur l'immeuble. Les six immeubles ont donc pris en feu aussi vite qu'une allumette.»

Catania s'engage finalement à contacter aujourd'hui les propriétaires des habitations incendiées, pour leur faire part d'un programme de dédommagements. Ils sont une quarantaine à subir des retards dans la livraison de leur propriété.

À ce sujet, André Fortin a expliqué que l'entreprise s'affairait à ficeler les derniers détails du programme.

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Claude Dauphin, n'a pas rappelé La Presse hier pour commenter le litige entre Catania et la SHDM.

Selon des informations déjà obtenues, Catania réclamerait 7 millions à la SHDM pour différents travaux d'infrastructures.

 




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer