Source ID:; App Source:

Troisième départ à Vision Montréal

Benoit Labonté, chef de Vision Montréal... (Photo: La Presse)

Agrandir

Benoit Labonté, chef de Vision Montréal

Photo: La Presse

Le parti Vision Montréal est en plein marasme. Après la démission, le 28 novembre, de la leader de l'opposition, Claire Saint-Arnaud, et de l'ex-directeur général, Robert Laramée, Pierre Mainville, conseiller d'arrondissement de Ville-Marie a démissionné du parti, hier. Son chef, Benoit Labonté, dit que ces départs surviennent après qu'il ait demandé une vérification de la gestion du parti avant qu'il n'arrive à sa tête.

«Ce n'est pas un homme d'équipe.» Comme ses deux collègues démissionnaires, M. Mainville a évoqué un manque d'esprit d'équipe pour justifier son départ. Et si d'aventure, Benoit Labonté démissionne un jour de son poste de chef, M. Mainville dit qu'il reviendra au sein du parti.

 

Il restera indépendant jusqu'à nouvel ordre et a indiqué, hier, à deux reprises comment il entendait jouir de sa liberté qui lui donne droit de vie ou de mort sur des résolutions puisqu'il y a maintenant deux conseillers Union Montréal, deux Vision Montréal et un indépendant dans Ville-Marie.

En annonçant sa démission, Pierre Mainville a glissé une feuille contenant des chiffres sur les «factures» payées par Vision Montréal lors de la campagne à la direction de M. Labonté en mai. On y apprend que l'attachée de presse aurait coûté 10 000$ pour un mois, le site internet, 6000$, que les dépenses totales étaient de 101 500$, et qu'il restait 77 000$ dans les caisses du parti le 11 juillet. M. Mainville a dit vouloir savoir «si Benoit Labonté a levé (sic) de l'argent» pendant sa campagne, «où est cet argent»?

M. Labonté a répondu que le parti allait «démêler tout ça» et qu'il avait décidé en octobre de procéder à une vérification du mode de gestion des finances au sein du parti avant qu'il ne succède à François Purcell, soit du 1er janvier 2007 au 25 mai 2008.

C'est quand cette décision a été prise que «ça a commencé à brasser», a-t-il dit. «À la suite de ça, Mme Saint-Arnaud a démissionné, M. Laramée a démissionné et là M. Mainville démissionne, alors il y a une drôle de coïncidence», a dit M. Labonté, ajoutant que «Pierre Mainville était très lié à Robert Laramée et à Mme Saint-Arnaud».

Robert Laramée a réagi en disant à La Presse, hier: «On a toujours été limpide et transparent, a-t-il dit. On n'a jamais autant caché les chiffres que lui l'a fait depuis six mois. S'il veut poser des questions, qu'il les pose à François Purcell. Je pense plutôt qu'il vous amène sur quelque chose qui ne mènera à rien.»

Le rapport de vérification interne sera terminé à la fin de l'année.

 




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer