(Paris) Les autorités françaises et européennes enquêtent après qu’un gros chalutier eut jeté des dizaines de milliers de poissons morts dans l’océan Atlantique.

Publié le 5 février
Associated Press

Un groupe environnemental avait diffusé des vidéos et des photos de l’évènement.

Les images diffusées par le groupe Sea Shepherd montrent des merlans bleus morts flottant à la surface du golfe de Gascogne, au large des côtes du sud-ouest de la France. Le groupe estimait le nombre de poissons morts à 100 000.

PHOTO SEA SHEPHERD VIA A ASSOCIATED PRESS

Ébranlée par ces « images choquantes », la ministre française de la Mer, Annick Girardin a demandé au Centre national de surveillance des pêches « de faire la lumière sur ce sujet afin d’identifier les causes de ces rejets importants de poissons ».

Le commissaire européen à l’Environnement, aux Océans et aux Pêches, Virginijus Sinkevičius, a lui aussi annoncé l’ouverture d’une enquête.

Dans un communiqué l’Association Pelagic Freezer-Trawler, qui représente le chalutier lituanien fautif, le Margiris, a expliqué que « le chalut contenant des merlans bleus s’était brisé accidentellement, relâchant ainsi de manière involontaire des poissons en mer ».

« Cette rupture de chalut s’explique notamment par la densité substantielle et inhabituelle dans cette zone, du banc de poissons ciblé », écrit l’association.

Le navire a mis en place des mesures draconiennes pour éviter que cela ne se reproduise, a-t-elle ajouté.

Sea Shepherd se demande s’il s’agit d’un simple accident ou d’un rejet volontaire de poissons non désirés. Le groupe réclame une plus grande surveillance des navires-usines afin de protéger la vie dans les mers et océans.