Deux ans après la marche historique où 500 000 personnes avaient accompagné Greta Thunberg dans les rues de Montréal, des étudiants, des personnes âgées, des familles et même des animaux de compagnie ont convergé de toute la province pour exiger une plus grande justice climatique.

Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

« À qui la Terre ? À nous la Terre ! », ont scandé des milliers de personnes rassemblées à Montréal vendredi lors du mouvement mondial pour le climat Fridays for the Future, qui regroupe 1400 évènements dans 80 pays.

Le soleil était au rendez-vous pour accompagner de 10 000 à 15 000 personnes à travers les rues de Montréal vendredi, selon divers décomptes obtenus par La Presse. Les manifestants se sont d’abord rassemblés au pied du Monument à sir George-Étienne Cartier, parc du Mont-Royal, à 13 h. « Je crois que l’action collective a beaucoup plus de pouvoir que l’action individuelle », a remarqué Shirley Barnea. Âgée de 17 ans, elle est porte-parole de Pour le futur Montréal, organisation qui rassemble des jeunes du secondaire menant des actions climatiques à Montréal. Une grève pour le climat a été votée par 112 000 élèves partout à travers la province, selon la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES).

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

« Il serait temps qu’on commence à voir changer les choses dans la nature. Il n’est pas trop tard », a aussi dit à La Presse Benoît Thisselmagan, Innu de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean. Il était présent avec le collectif Mashk Assi, qui a aussi pris part à l’organisation de l’évènement.

Les manifestants réclamaient des objectifs climatiques plus ambitieux, comme l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2030, mais aussi d’autres enjeux liés à la justice climatique, comme la décolonisation, la souveraineté des peuples autochtones et la régularisation des personnes migrantes au Canada.

La marche s’est terminée devant les bureaux de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), avenue Dorchester, à Westmount. Le lieu a été choisi en signe de soutien aux protestataires de Fairy Creek, en Colombie-Britannique, qui réclament un moratoire sur les coupes forestières. En date du 23 septembre, 1089 personnes avaient été arrêtées à Fairy Creek par la GRC, ce qui en fait le plus grand mouvement de désobéissance civile de l’histoire du Canada.

Pandémie et élections municipales

Le port du masque était largement répandu dans la foule rassemblée à Montréal vendredi. Après avoir encouragé les manifestants à respecter les mesures sanitaires, Rosalie Thibault, porte-parole de la CEVES, a proposé aux politiciens sur place de retourner dans leurs bureaux pour mettre en place des politiques environnementales, qualifiant l’inaction politique d’« épidémie ». Les candidats à la mairie de Montréal Denis Coderre et Valérie Plante étaient tous les deux présents à ce moment-là.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Le candidat à la mairie et ex-maire de Montréal Denis Coderre a participé à la marche.

« On n’a pas à faire de la politique sur le dos de la planète », a affirmé Denis Coderre à La Presse pendant le rassemblement. Il a annoncé du même souffle le dévoilement prochain de sa plateforme électorale pour l’environnement. « C’est rendu transpartisan comme enjeu », a de son côté déclaré Emilia Tamko, coprésidente de la plateforme électorale d’Ensemble Montréal et candidate au poste de conseillère de la Ville dans Maisonneuve–Longue-Pointe.

« Aujourd’hui, cette foule nous rappelle pourquoi les politiciens doivent penser aux générations futures. Ça fait du bien et ça m’encourage à aller encore plus loin », a affirmé pour sa part Valérie Plante, mairesse sortante de Montréal.

Greta Thunberg et ONU

PHOTO MARKUS SCHREIBER, ASSOCIATED PRESS

Greta Thunberg

À Berlin, la militante écologiste Greta Thunberg a reproché vendredi aux partis politiques de « ne pas en faire assez » pour lutter contre le réchauffement, a rapporté l’Agence France-Presse.

À l’occasion du « Dialogue de haut niveau sur l’énergie » organisé en marge de l’Assemblée générale des Nations unies vendredi, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a exhorté les leaders mondiaux à investir massivement dans les énergies propres pour lutter contre les changements climatiques.

Avec La Presse Canadienne

Échantillon des pancartes

Veux-tu rester EN VIEronnement ?

Nous manquons nos leçons pour vous en donner une

Phoque le réchauffement climatique (avec une image de phoque)

Pour que le ski alpin ne devienne pas du ski aquatique

Run Forest run

Terrien : sans Terre T’es Rien.

La Presse Canadienne