(Vancouver) Des spécialistes des incendies de forêt estiment que la Colombie-Britannique doit déclencher beaucoup plus de brûlages dirigés, à l’instar de la façon dont les communautés autochtones ont géré les forêts, pour atténuer le risque d’énormes incendies.

Brenna Owen La Presse Canadienne

« Nous ne brûlons pas autant que nous le devrions », a déclaré Bob Gray, un écologiste du feu, basé à Chilliwack, en Colombie-Britannique, qui est consultant pour les gouvernements locaux, provinciaux, étatiques et tribaux du Canada et des États-Unis.

La Colombie-Britannique devrait brûler des dizaines de milliers d’hectares chaque année pour réduire les forêts denses dont les sols sont parsemés de branches et de feuilles mortes, a déclaré M. Gray, tandis que le ministère des Forêts a indiqué qu’il brûlait en moyenne 5000 hectares par an de 2010 à 2019.

En tant que membre d’une équipe de recherche du service forestier américain dans l’État de Washington, Bob Gray a étudié à quoi ressemblaient les forêts et le comportement des incendies de forêt lorsque le brûlage autochtone était répandu, a-t-il affirmé en entrevue.

En discutant avec les aînés autochtones du moment et de l’endroit où ils ont pratiqué des brûlages, en examinant les premières photographies aériennes et en comparant ces informations avec des signes physiques d’incendies sur les arbres, on a découvert une « mosaïque » sur le paysage avec des zones brûlées plus petites, des prairies, des arbres plus grands et plus espacés et une végétation variée, a-t-il dit.

M. Gray a comparé les incendies de forêt à une contagion qui peut être atténuée par l’inoculation.

Il y avait tellement de brûlages et cela a entraîné toutes sortes de types de végétation différents, et beaucoup d’entre eux ne supportaient tout simplement pas très bien le feu. Et donc ce paysage historique a été essentiellement vacciné contre les incendies à grande échelle.

Bob Gray, un écologiste du feu

L’incendie de forêt qui a détruit la majeure partie de Lytton, en Colombie-Britannique, le mois dernier a mis en lumière les stratégies du gouvernement pour prévenir et gérer les incendies de forêt de plus en plus intenses qui, selon M. Gray, ne feront qu’empirer avec les changements climatiques.

Amy Cardinal Christianson, une chercheuse sur les incendies au Service canadien des forêts, a soutenu que la réduction de la végétation était un « avantage » du brûlage autochtone, mais qu’elle était motivée par des objectifs culturels – souvent pour améliorer les conditions de récolte ou de chasse des baies.

Mettre le feu à une prairie au début du printemps pour brûler l’herbe morte, par exemple, pourrait produire une végétation saine qui attirerait des orignaux et d’autres animaux dans la région, a déclaré Mme Christianson, une Métisse du territoire visé par le Traité 8 dans le nord de l’Alberta.

Le brûlage culturel était une pratique familiale et, dans certaines communautés autochtones, était une expertise et un rôle spécifique transmis de génération en génération, a-t-elle déclaré.

Mme Christianson a expliqué que les gardiens du feu recherchent des indices, tels que des aiguilles dodues d’épinette ou des baies qui poussent au printemps, pour déterminer si le moment est venu d’allumer un feu.

Les colons ont apporté une mentalité européenne pour la gestion des terres qui a mis fin aux brûlages, permettant aux arbres et au carburant d’empiéter sur la « mosaïque », a poursuivi Mme Christianson, ajoutant que les anciens autochtones se souviennent que des personnes ont été condamnées à une amende ou emprisonnées pour avoir déclenché des brûlages culturels.

La fin des brûlages a suivi les colons vers l’ouest, a-t-elle dit, et des brûlages culturels réguliers se produisaient toujours dans des régions plus éloignées de la Colombie-Britannique, jusque dans les années 1950 et 1960.

Le processus d’approbation, un obstacle

Les communautés autochtones constatent toujours des obstacles au brûlage culturel, a noté Mme Christianson, soulignant les longs processus d’approbation et le manque de financement régulier pour soutenir la transmission des connaissances entre les anciens et une nouvelle génération de gardiens du feu.

« C’est là que réside une partie de la frustration, a-t-elle mentionné. Que nous devons ramener le brûlage culturel à une échelle beaucoup plus grande que vous savez : “brûlez ici, puis là”. »

Le brûlage culturel est basé sur une observation attentive et une connaissance du paysage, a-t-elle déclaré, et les retards d’approbation pourraient signifier de manquer une bonne occasion de brûler.

Certains gardiens du feu autochtones estiment qu’ils ne devraient pas avoir à obtenir l’approbation d’un « système colonial », a déclaré Mme Christianson. « Ils estiment qu’ils devraient pouvoir avoir leur propre certification au sein de leurs communautés, sur le brûlage. »

Russell Myers Ross a fait écho à ce sentiment. L’ancien chef élu du gouvernement Yunesit’in s’efforce à ce que reprennent les brûlages culturels après que des incendies dévastateurs ont balayé le territoire de la Première Nation Tsilhqot’in à l’ouest de Williams Lake, en Colombie-Britannique, en 2017.

« Je pense que la frustration est que tant que vous avez des gens qui connaissent très bien la terre et ont de l’expérience avec le feu, nous ne devrions pas nécessairement avoir à passer par tous ces cerceaux pour essayer d’obtenir les autorisations », a-t-il expliqué.

M. Gray croit pour sa part qu’il devrait y avoir un chemin différent dans le système d’approbation de la Colombie-Britannique pour les brûlages culturels à faible risque, comme ceux au printemps autour des zones riveraines ou à haute altitude, où il y a encore de l’humidité dans le sol.

La province a un « énorme problème de capacité » en ce qui concerne le financement et la gestion des brûlages dirigés, a ajouté M. Gray, soulignant le manque de responsable des travaux de brûlage qui sont certifiés.

La reprise des brûlages culturels est identifiée comme une priorité dans le projet de plan d’action de la Colombie-Britannique pour la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.