La militante dans la lutte contre le changement climatique Greta Thunberg a réagi à la controverse entourant un autocollant affichant le logo d’une entreprise de services de l’industrie des hydrocarbures sous un dessin représentant ce qui semble être une agression sexuelle. La jeune Suédoise y voit un signe de désespoir.

La Presse canadienne

Plus tôt cette semaine, une femme de l’Alberta a porté plainte à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) contre la distribution de cet autocollant en noir et blanc, où l’on voit le dos nu d’une femme avec des mains qui tirent sur ses cheveux tressés.

Sous le dessin, on peut lire le nom « Greta » et le logo de X-Site Energy Services.

Greta Thunberg, âgée de 17 ans, a réagi à cette histoire sur son fil Twitter, déclarant « ils commencent à devenir de plus en plus désespérés », ajoutant que cela démontre que les militants de la lutte contre les changements climatiques sont en train de gagner.

La GRC du centre de l’Alberta a déterminé que l’autocollant ne constitue pas de la pornographie juvénile et ne représente pas « un acte non consensuel qui constituerait une menace directe pour la personne ».

« La GRC de l’Alberta ne croit pas que cela constitue une infraction criminelle, peut-on lire dans un communiqué publié vendredi par le corps de police. À ce titre, la GRC de l’Alberta ne commentera pas davantage cette enquête. »

Une vague d’indignation a déferlé sur les réseaux sociaux après que Michelle Narang, une femme de Rocky Mountain House, en Alberta, eut diffusé l’image mercredi soir. Elle a dit avoir pleuré en la voyant.

« L’image est choquante, a-t-elle commenté jeudi. Ça fait mal. Ça fait mal à bien des niveaux. »

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, la ministre de la Condition féminine, Leela Aheer, et des politiciens de toutes allégeances ont dénoncé l’autocollant.

Greta Thunberg a fait les manchettes autour du monde pour ses discours passionnés devant les leaders de la planète, les appelant à agir de manière concrète et radicale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’adolescente a inspiré la tenue de grandes marches pour le climat à travers le monde.

En octobre dernier, lors d’un voyage au Canada, elle s’est jointe à des milliers de personnes pour une marche au centre-ville d’Edmonton. Des partisans de l’industrie des énergies fossiles se sont aussi présentés, mais ils étaient largement minoritaires.