Le feu fait des ravages en Australie. Difficile d’avoir exemple plus éloquent du réchauffement climatique. Le pays brûle, misère.

Francis Vailles Francis Vailles
La Presse

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Retour à la maison sur l’autoroute 40, en décembre 2017

Et quel est l’un des principaux responsables du réchauffement ? L’auto. Et qu’est-ce qui a multiplié l’utilisation de l’auto ces dernières années ? L’étalement urbain1.

Je résume, bien sûr, mais demandez à n’importe quel expert, il vous dira que la réduction des gaz à effet de serre (GES) passe nécessairement par un réaménagement de nos villes, par une densification de l’habitation. La densité permet de raccourcir les déplacements et favorise les transports en commun.

Or, le gouvernement du Québec fait exactement l’inverse : il autorise des aménagements en banlieue lointaine qui favorisent l’étalement urbain et amplifient la congestion routière. Bref, il nourrit le réchauffement.

Vous ne me croyez pas ? Voici les faits.

Depuis trois ans, six des sept schémas d’aménagement dans la très lointaine banlieue de Montréal ont reçu des avis défavorables de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). La raison ? Le manque de consolidation des pôles de développement ou, autrement dit, la part trop belle faite aux bungalows et à l’étalement.

Dans ces villes éloignées, faut-il savoir, la plupart des gens vont travailler à Laval, à Montréal ou dans une autre ville centre, et 94 % du temps, ils le font en voiture, inondant les autoroutes.

Des exemples ? À Saint-Lin–Laurentides, 49,6 % des travailleurs se déplacent en voiture vers une ville centre. C’est pire à L’Épiphanie (62,9 %), à Saint-Marc-sur-Richelieu (59,5 %) et à Saint-Roch-de-l’Achigan (51,2 %).

Résultat : chaque jour, 100 000 voitures de ces pourtours éloignés s’ajoutent aux navetteurs qui envahissent nos autoroutes vers le centre, soit 20 % de plus qu’il y a 10 ans.

Malgré ces faits incontournables, malgré le réchauffement, malgré le feu, malgré les inondations, que fait le gouvernement ? Dans six cas sur sept, il a plutôt accepté les schémas dans ces régions favorisant le bungalow, allant à l’encontre des avis défavorables de la CMM et des orientations en aménagement.

Le dernier cas est éloquent. En octobre, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a accepté le plan d’aménagement de la municipalité régionale de comté (MRC) de Montcalm, dans Lanaudière. Du coup, Québec a accordé à la MRC 336 hectares de développement, soit l’équivalent de 650 terrains de football. Le tiers de ces terrains de Montcalm sont situés en zone agricole.

Le préfet de la MRC de Montcalm, soit dit en passant, a longtemps été Louis-Charles Thouin.

Le politicien est devenu en octobre 2018 député caquiste et adjoint parlementaire de la ministre Andrée Laforest, celle-là même qui a autorisé le schéma de Montcalm. Bref, encore une fois, la politique l’a emporté sur le réchauffement climatique.

En décembre, le nouveau préfet de la MRC, Pierre La Salle, a dit à mon collègue André Dubuc qu’il n’y avait pas eu de passe-droit. « Le processus de modification du schéma a duré sept ans avec au moins cinq versions. Chaque fois, le nombre d’avis de non-conformité émis par le gouvernement baissait jusqu’à l’acceptation du 31 octobre », lui a-t-il dit.

Son propos ne change rien à l’absurdité de la décision. Et avant longtemps, on peut s’attendre à ce que le gouvernement caquiste donne également son aval au schéma d’aménagement de la MRC de Joliette, qui a aussi reçu un avis défavorable de la CMM, en décembre.

Je comprends que les petites familles préfèrent les bungalows de banlieue, avec de grands terrains, de faibles taxes et la tranquillité. Mais à grande échelle, ce modèle du passé, qui nourrit l’étalement urbain, n’est plus viable pour notre planète. C’est sans compter les pertes de temps de la congestion et ses désagréments, qu’il s’agisse d’un déplacement retardé vers l’hôpital ou d’un rendez-vous manqué avec un client.

Selon moi, pour inverser la tendance, des schémas d’aménagement restrictifs ne sont pas suffisants. Il faut en plus imposer un péage salé sur les autoroutes en fonction de la distance parcourue.

Vous choisissez d’acheter une maison pas chère en banlieue et de faire 100 kilomètres aller-retour par jour pour le travail ? Fort bien. Mais vous devriez alors payer 10 $ par jour de péage. En ajoutant l’essence, l’usure du véhicule et le temps perdu, il faudrait alors ajouter de 200 à 300 $ par mois aux 1000 $ de mensualités hypothécaires, ce qui rendrait inintéressant l’achat d’un bungalow pour la plupart.

La réduction des GES nécessite des mesures coercitives et ne se réglera pas selon le bon vouloir des particuliers et des entreprises. Le gouvernement doit agir, misère, la planète brûle.

1. Oui, oui, je sais, on ne peut directement lier les incendies en Australie au réchauffement, comme on ne peut le faire pour aucune catastrophe. En revanche, on sait que le réchauffement intensifie les incendies de forêt. Et il se trouve que les incendies australiens sont beaucoup plus importants que ceux d’Amazonie, eux-mêmes bien plus gros que celui de Fort McMurray, en Alberta. On vogue de record en record.