(Windsor) La découverte dans la rivière Saint-François d’une moule zébrée vivante, une espèce exotique envahissante, est confirmée mercredi par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

La Presse canadienne

Elle a été localisée dans le secteur de Windsor, au nord de Sherbrooke. C’était la première mention de cette espèce dans cet écosystème.

La rivière Saint-François est l’un des plus importants affluents du fleuve Saint-Laurent.

En Estrie, la moule zébrée a d’abord été détectée dans le lac Memphrémagog en 2017. Depuis, elle a colonisé la partie nord et centre du lac Memphrémagog, puis, la rivière et le lac Magog situés en aval.

La présence de moules zébrées présente de nombreux inconvénients. Elles relâchent de grandes quantités de matière organique dissoute, ce qui augmente la probabilité de floraison d’algues bleues.

Ces petits mollusques d’eau douce peuvent aussi obstruer les canalisations d’eau, causer des dommages aux embarcations et aux structures qu’elles colonisent, notamment les quais et les barrages, et blesser les plaisanciers, notamment en leur causant des coupures aux pieds.

Le ministère signale qu’une fois implantée dans un milieu, la moule zébrée est pratiquement indélogeable. Cependant, des mesures de prévention peuvent être mises en place afin de diminuer les risques de dispersion.

Par exemple, les plaisanciers qui nettoient leurs embarcations peuvent ralentir la propagation des espèces envahissantes et éviter leur introduction.

Depuis la détection des moules zébrées en Estrie, un comité régional étudie leur répartition dans le bassin versant du lac Memphrémagog.

Selon le ministère, la présence de la moule zébrée en Amérique du Nord date de 1986. La première mention officielle a été faite en 1988 dans le lac Sainte-Claire, situé au nord-est de Detroit, et depuis, son expansion a été fulgurante.