Triste fin pour la baleine noire de l’Atlantique Nord trouvée morte la semaine dernière au large du New Jersey, qui a succombé à une collision avec un navire.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Ce baleineau né cette année a aussi été frappé une autre fois, selon la nécropsie achevée mardi.

La baleine, un mâle, présentait des lésions sérieuses à la tête et à la poitrine, indiquant deux collisions différentes. La seconde a eut des répercussions fatales.

La carcasse du mammifère marin a été repérée au large des États-Unis le 25 juin. Rappelons que la baleine noire de l’Atlantique Nord est une espèce en voie de disparition. On en compte environ 400 tout au plus. Depuis l’été 2017, une trentaine de ces immenses cétacés ont disparu.

Elles sont très vulnérables aux cordages utilisés pour la pêche et aux collisions avec les navires.

Par ailleurs, les navires ignorent la zone de ralentissement volontaire conçue pour protéger les baleines noires menacées dans le détroit de Cabot, passage essentiel pour ces bêtes, révélait une analyse d’Oceana Canada publiée à la mi-juin.

L’étude a démontré que ralentir la vitesse des navires dans les secteurs où les animaux marins peuvent être présents permet de réduire les collisions à 86 %

Cet évènement survient quelques semaines après qu’un jeune rorqual à bosse venu visiter Montréal soit mort dans des circonstances similaires.