(Madrid) « Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps », car « des gens souffrent ou meurent en raison de l’urgence climatique », a martelé la jeune militante suédoise Greta Thunberg à Madrid avant une marche pour le climat à Madrid destinée à mettre la pression sur les pays réunis à la COP25.

Agence France-Presse

« J’espère sincèrement que la COP25 va aboutir à des choses concrètes », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse commune avec d’autres jeunes activistes.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de passer plus de jours sans que des mesures réelles soient prises », a ajouté la Suédoise de 16 ans devenue l’égérie de la défense de la planète depuis qu’elle a lancé en août 2018 des « grèves de l’école pour le climat ».

« Nous faisons grève depuis plus d’un an et globalement, rien n’a changé, la crise climatique est toujours ignorée par les gens au pouvoir », a-t-elle dénoncé.

« Ce n’est pas une solution durable que des enfants manquent l’école » pour protester, « nous ne voulons pas continuer, nous aimerions des actions de la part des gens au pouvoir », a-t-elle encore dit.

Arrivée vendredi matin à Madrid en train depuis Lisbonne après avoir traversé l’Atlantique en catamaran, Greta Thunberg doit participer à une manifestation à partir de midi (heure de Montréal) pour pousser les pays signataires de l’Accord de Paris, réunis à la COP25, à agir contre le réchauffement climatique.