Pourquoi abattre un sapin chaque Noël, alors qu’on pourrait réutiliser le même d’année en année ? C’est l’idée derrière Titi Sapin, qui offre à ses clients de prendre soin de leurs sapins en attendant les prochaines Fêtes.

Judith Lachapelle Judith Lachapelle
La Presse

Martin Éthier, producteur de houblon biologique à Franklin, à une heure au sud de Montréal, disposait d’un peu de temps libre une fois les récoltes terminées. Comment rentabiliser cette fin d’automne avec une activité écologique ? « C’est ainsi qu’on a pensé aux sapins de Noël. On a trouvé que ça s’insérait bien dans le calendrier. »

Mais plutôt que de se lancer dans la production traditionnelle d’arbres à récolter, Martin Éthier a développé un produit différent. « Pourquoi ne pas offrir un sapin vivant qui continuerait à grandir après les Fêtes ? »

Ainsi est né Titi Sapin, d’après le surnom de son fils Étienne, qui gambade justement entre les arbres disposés sur un trottoir en face de la Maison de l’environnement de Verdun, où père et fils sont venus livrer des sapins en cette fin de novembre.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Pour décorer la maison, Martin Éthier a imaginé un autre type d’arbre de Noël : des branches de sapin, de pin ou de feuillus plantées dans une bûche sculptée d’un dessin.

Les sapins sont vendus dans un pot au coût de 19,99 $, plus 20 $ de consigne pour l’arbre et le pot. Si le client rapporte son arbre en janvier, Titi Sapin lui rend son dépôt de 20 $, identifie le sapin au nom de son client, et le rapporte à Franklin. Au mois de novembre suivant, Martin Éthier rapportera l’arbre à son propriétaire, qui pourra le récupérer moyennant les mêmes frais.

Certains choisissent aussi de garder le sapin chez eux et le transplantent dans leur jardin. Martin Éthier remet alors 10 $ pour les pots qui lui sont rapportés.

De plus, pour chaque vente, Martin Éthier s’engage à planter un arbre — surtout des résineux — pour reboiser l’une de ses terres et offre à ses clients de choisir l’endroit où il sera planté. « On a commencé à créer un endroit qu’on veut appeler le Pays des Titi Sapins. Quand les arbres seront plus grands, on veut inviter les gens à visiter notre plantation. »

On essaie de donner deux utilisations à la même superficie. Par exemple, sur la terre qui sera reboisée, on prévoit prélever un peu d’aiguilles sur les résineux pour les faire sécher, pour servir à la production de bière ou d’autres produits.

Martin Éthier

Déjà, en plus du houblon, il a commencé à vendre des pousses de sapins bios séchées qui ont été utilisées par la brasserie Le Saint-Bock dans la fabrication d’une bière au sapin, et par la chocolaterie État de choc pour un chocolat au sapin.

« Comme ça, pour chaque sapin vendu, on sauve trois arbres : celui qui est adopté et qu’on va récupérer, celui qu’on va planter, et celui qui ne sera pas coupé parce qu’on a choisi un Titi Sapin. »

Dehors, le sapin

Sur le trottoir de la 1re Avenue, Lydie Séguin contemple les arbres à adopter. « Je viens d’emménager dans le quartier. J’ai vu l’annonce de Titi Sapin sur la page Facebook de la Maison de l’environnement. J’ai trouvé que c’était une bonne idée ! » Elle repartira avec un nouvel arbre, qu’elle compte rapporter en janvier pour qu’il continue à grandir chez Martin Éthier.

Les propriétaires qui souhaitent récupérer leur arbre d’année en année doivent cependant s’engager à respecter une contrainte majeure : le Titi Sapin doit absolument rester à l’extérieur de la maison. Pas question de le rentrer au chaud à la maison, pour éviter qu’il ne se dessèche et meure.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Étienne, 7 ans, pose pour le photographe devant l’une de ses œuvres, une bûche ornée d’une tête d’extraterrestre.

Pour décorer la maison, Martin Éthier a donc imaginé un autre type d’arbre de Noël : des branches de sapin, de pin ou de feuillus plantées dans une bûche sculptée d’un dessin réalisé par monsieur Titi lui-même, Étienne, 7 ans, qui pose pour le photographe devant l’une de ses œuvres, une bûche ornée d’une tête d’extraterrestre. Le dessin peut aussi être fourni par le propriétaire, et sera gravé à la scie à chaîne. « Qui fonctionne à l’huile biologique », tient à préciser le bûcheron écolo.

La bûche, évidemment, est réutilisable. « Il suffit de racheter des branches l’année suivante », dit M. Éthier.

Les premiers sapins testés en 2016 mesurent maintenant environ 1,5 m. Quelle hauteur maximale pourront-ils atteindre tout en restant dans un pot ? « J’ai l’impression que ça peut être surprenant. J’ai fait des études en foresterie, j’ai eu l’occasion de voir des arbres qui poussent là où il y a peu de sol, comme sur une paroi rocheuse. »

En 2017, Titi Sapin avait vendu une trentaine d’arbres. L’année suivante, 200 arbres avaient trouvé preneur. Et cette année, ce sont 400 arbres que Martin Éthier offrira à ses clients. La distribution, qui a débuté en novembre, se fait à plusieurs endroits des régions de Montréal et de Québec (un calendrier est affiché sur la page Facebook) et se poursuivra jusqu’à la mi-décembre.

Sur l’écran radar

Un traversier électrique à Toronto 

PHOTO FOURNIE PAR PORTSTORONTO

Le traversier qui dessert l’aéroport Billy-Bishop, au centre-ville de Toronto, sera converti à l’électricité.

Le traversier qui dessert l’aéroport Billy-Bishop, au centre-ville de Toronto, sera converti à l’électricité, a annoncé PortsToronto la semaine dernière. Le Marilyn Bell I deviendra ainsi le premier traversier entièrement électrique au Canada, affirme la société publique fédérale. Son système de propulsion sera assuré par un système de batterie au lithium-ion, qui sera lui-même entièrement alimenté par des énergies renouvelables. Cette conversion réduira ainsi à zéro les émissions de gaz à effets de serre du traversier, qui sont actuellement de 530 tonnes par année, affirme PortsToronto. Le Marilyn Bell I, qui doit son nom à la première personne à traverser le lac Ontario à la nage, transporte des cargaisons, du personnel et des passagers entre le continent et l’aéroport l’aéroport Billy-Bishop et permet l’accès des véhicules de la Ville aux îles de Toronto. Sa conversion, à laquelle participera l’entreprise Concept Naval, de Québec, coûtera 2,9 millions de dollars et devrait être terminée d’ici à la fin de l’année 2020.

— Jean-Thomas Léveillé, La Presse

Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter

PHOTO LOIC VENANCE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Les poissons-clowns n’ont pas la capacité génétique de s’adapter aux modifications de leur environnement, une découverte inquiétante.

Nemo et ses congénères poissons-clowns n’ont pas la capacité génétique de s’adapter aux modifications de leur environnement, une découverte inquiétante tant les récifs coralliens évoluent rapidement sous l’effet des changements climatiques et des activités humaines. Le héros du célèbre film Trouver Nemo, reconnaissable à son teint orange brillant et ses bandes blanches, vit « spécifiquement » dans les anémones des récifs coralliens. Or, les récifs coralliens sont menacés (20 % sont déjà détruits, 15 % risquent de l’être d’ici une dizaine d’années, 20 % sont menacés d’ici 40 ans) par le réchauffement climatique, la pollution, l’aménagement des côtes, la surpêche ou encore l’accroissement démographique. Après avoir suivi des individus des lagons de l’île de Kimbe en Papouasie–Nouvelle-Guinée pendant 10 ans, une équipe de chercheurs internationale a découvert que « les poissons-clowns n’avaient pas la capacité génétique de s’adapter » à ces changements environnementaux. « Le succès reproducteur dans une population, c’est le garant de son adaptation », souligne l’étude. Or, les chercheurs ont découvert que « le poisson-clown ne possédait pas de variante génétique qui lui permettrait de modifier sa reproduction ».

— Agence France-Presse

Il faut éviter de financer les énergies fossiles par l’aide au développement, dit l’OCDE

PHOTO DANIEL MUNOZ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, s’est insurgé mercredi contre l’utilisation de l’aide au développement pour le financement de « combustibles fossiles ».

Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, s’est insurgé mercredi contre l’utilisation de l’aide au développement pour le financement de « combustibles fossiles » et a appelé les pays donneurs à contribuer davantage aux objectifs climatiques. « Compte tenu de l’urgence climatique à laquelle nous faisons face, dont certains des impacts les plus lourds toucheront les pays en développement, rien ne peut justifier l’utilisation de l’aide étrangère pour subventionner les combustibles fossiles », a affirmé M. Gurria, à l’occasion de la publication d’un rapport de son institution. Selon ce document, seulement 20 % des ressources « versées chaque année au titre du financement du développement par les membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE entre 2013 et 2017 étaient ciblées, entre autres, sur le changement climatique ». « Nous devons poursuivre nos efforts jusqu’à la suppression totale des dotations aux combustibles fossiles et intensifier notre action visant à faire face au changement climatique », a estimé M. Gurria, cité dans un communiqué. Pour l’OCDE, qui constate toutefois une hausse du financement du développement des énergies renouvelables, « les ressources allouées aux nouveaux projets reposant sur les combustibles fossiles continuent de porter préjudice aux efforts dans ce domaine ».

— Agence France-Presse

Un cerf sauvage découvert mort avec l’estomac plein de plastiques en Thaïlande

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE

Des morceaux de sous-vêtements ont été découverts dans l’estomac d’un cerf sauvage trouvé mort en Thaïlande.

Un cerf sauvage a été découvert mort en Thaïlande avec dans l’estomac 7 kilogrammes de sacs en plastique et d’autres déchets, ont annoncé mardi les autorités en lançant une mise en garde contre le fait de jeter des ordures dans les eaux et les forêts du pays. La Thaïlande est le premier consommateur de plastiques au monde, les habitants de ce pays d’Asie du Sud-Est utilisant chacun jusqu’à 3000 sacs en plastique à usage unique par an pour envelopper des courses ou la nourriture achetée dans la rue. Des animaux marins comme les tortues et les dugongs (vaches marines) ont déjà été découverts morts en Thaïlande, l’estomac rempli de déchets en plastique. C’est dorénavant le tour d’animaux terrestres. Le cadavre du cerf, âgé de 10 ans, a été découvert dans un parc national de la province de Nan à quelque 630 km au nord de Bangkok, selon les autorités. Une autopsie a permis de découvrir « des sacs en plastique dans son estomac, ce qui constitue l’une des causes de sa mort », a expliqué Kriangsak Thanompun, directeur de la zone protégée du Parc national de Khun Sathan. Les sacs contenaient du marc de café, des emballages de nouilles instantanées, des sacs poubelle, des serviettes et même des sous-vêtements, selon des photos fournies par le parc.

— Agence France-Presse