Environ une quarantaine de manifestants ont répondu à l’invitation d’Extinction Rebellion Québec, mercredi en fin d’après-midi, pour une action pour le climat.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Ils ont participé à un « swarm », qui consiste à s’arrêter devant les automobiles immobilisées au feu rouge en brandissant des pancartes, en plus de distribuer des dépliants aux passants, sans perturber la circulation.

Les manifestants, sous surveillance policière, ont protesté vêtus de pyjamas en traversant l’intersection de l’avenue du Parc et de l’avenue du Mont-Royal.

« On veut sensibiliser les gens au fait qu’il faut se réveiller et agir tout de suite », a expliqué l’organisatrice Zoyanne Côté.

L’action s’inscrit dans une semaine internationale de mobilisation pour le climat d’Extinction Rebellion.

Des automobilistes ont klaxonné en soutien aux manifestants.

« C’est très passif comme action », a dit Kelly Martin, 57 ans, qui a participé à plusieurs activités du même genre, organisées depuis environ deux mois par le groupe. Pour elle, il s’agissait aussi d’un moyen de s’exprimer avec un risque moins élevé d’arrestation ; les organisateurs ont d’ailleurs insisté auprès des participants sur l’importance de respecter la signalisation.

La veille, en matinée, trois personnes ont été arrêtées après avoir escaladé la structure du pont Jacques-Cartier. Mardi soir, une quarantaine de manifestants d’Extinction Rebellion ont été arrêtés après être restés plusieurs heures immobilisés au milieu du boulevard René-Lévesque.