(Montréal) Le grand requin blanc Brunswick, qui a été repéré le 26 septembre dernier à quelques kilomètres à peine de Belledune, au Nouveau-Brunswick, a quitté la baie des Chaleurs et est revenu dans le golfe du Saint-Laurent.

La Presse canadienne

Une carte du golfe, des quatre provinces de l’Atlantique et de l’est du Québec illustrée mardi par l’organisme américain Ocearch montre que la dernière fois où il a été repéré, le 28 septembre, Brunswick était alors à quelques dizaines de kilomètres au sud-ouest de Newport dans la région de Bonaventure, au Québec.

Les déplacements du requin long de plus de 2,7 mètres sont suivis par Ocearch, car il est muni depuis février dernier d’une puce satellitaire.

L’été dernier, il a passé plusieurs jours tout près de l’archipel des Îles-de-la-Madeleine avant de s’approcher du nord-est de l’Île-du-Prince-Édouard. Le 17 septembre, il a commencé à nager vers le nord-ouest pour s’approcher tout près de Miscou, au Nouveau-Brunswick, avant de se déplacer près de Belledune.

Ocearch a signalé en juillet que c’était la première fois qu’un grand requin blanc était localisé si près de l’archipel madelinot et que de suivre son itinéraire était fascinant.

L’animal a été baptisé Brunswick car c’est au large d’une ville de ce nom de l’État américain de la Géorgie qu’il a d’abord été repéré et muni d’une puce, près de la frontière avec la Floride. À compter de février, il a longé la côte de l’Atlantique vers le nord.

La technologie de repérage permet à l’équipe de scientifiques de suivre les déplacements du grand prédateur marin et d’observer ses habitudes pour se nourrir, notamment.

En utilisant la technologie satellitaire, Ocearch suit les déplacements et comportements d’autres animaux tels des baleines, des tortues, des dauphins et des alligators.