(Lausanne) Le géant suisse de l’alimentation Nestlé étoffe ses objectifs environnementaux, visant à ne plus émettre de gaz à effets de serre d’ici 2050, a-t-il annoncé jeudi lors de l’inauguration de son nouveau centre de recherches sur les emballages à Lausanne.  

Agence France-Presse

Le groupe entend notamment accélérer la transformation de sa gamme de produits pour réduire leur empreinte carbone et privilégier les énergies renouvelables dans ses usines pour parvenir à une empreinte nette de zéro sur les gaz à effets de serre, a-t-il indiqué dans un communiqué.  

Nestlé s’était déjà fixé des objectifs ambitieux concernant les emballages à l’horizon 2025.

Il entend rendre 100 % de ses emballages recyclables ou réutilisables et augmenter jusqu’à 35 % la part de matière recyclée dans ses bouteilles en plastique.  

PHOTO DENIS BALIBOUSE, REUTERS

Une bouteille faite de plastique recyclé.

Au cours des derniers mois, le groupe propriétaire de plus de 2000 marques au niveau mondial a multiplié les annonces de nouveau conditionnement de produits phares, tels que la poudre chocolatée Nesquik ou ses barres de céréales Yes !, emballés dans des matières recyclables.

PHOTO DENIS BALIBOUSE, REUTERS

Il a également ouvert un nouveau centre de recherche sur les matériaux, inauguré jeudi.  

« Nous voulons un monde dans lequel aucun de nos emballages ne se retrouve dans l’environnement », a déclaré son directeur général, Ulf Mark Schneider, dans son discours d’inauguration, expliquant que ce centre doit permettre de « créer un solide portefeuille de solutions d’emballage durables ».  

Le géant suisse y présentait plusieurs nouveaux projets en cours, notamment un prototype de recharge de croquettes pour animaux de compagnie qui doit être testé prochainement en Suisse dans sa boutique Nestlé à Vevey.  

Le groupe propriétaire des marques d’eaux Perrier et S. Pellegrino y présentait également une machine ressemblant à un distributeur de boissons, actuellement testé dans plusieurs de ses bureaux, qui permet de recharger une gourde, plutôt que d’acheter une bouteille jetable en plastique.

PHOTO DENIS BALIBOUSE, REUTERS

Branchée sur l’alimentation en eau, la machine permet d’aromatiser l’eau, de personnaliser les saveurs, d’ajuster la taille des bulles. Le groupe espère pouvoir lancer ce nouveau type de machines en 2020, notamment dans les espaces de bureaux.

Depuis son arrivée aux commandes début 2017, M. Schneider s’est efforcé de relancer la croissance de groupe suisse avec un grand repositionnement du portefeuille de produits de Nestlé visant à mieux coller aux grandes tendances de consommation.  

« Le désir d’un monde sans plastique est largement lié aux consommateurs et va aller en accélérant », a souligné Rosemary Downey, analyste au sein du cabinet d’études Euromonitor, dans un courriel à l’AFP.