Malgré la pression qui s’accentue, le gouvernement caquiste n’est pas encore prêt à bannir certains pesticides.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

Le premier ministre François Legault a affirmé jeudi que les conclusions d’une étude divulguée la veille étaient « graves », mais qu’il faut d’abord aller au fond du dossier.

Il n’exclut pas toutefois que son gouvernement en vienne à bannir certains produits.

Mercredi, une revue des études épidémiologiques révélait qu’une exposition aux pesticides est fortement associée au développement de la maladie de Parkinson.

Ce document de Parkinson Québec va jusqu’à évoquer un « lien de causalité » entre les pesticides et le Parkinson, ce qui signifierait qu’une exposition aux pesticides serait ensuite directement responsable de l’apparition de cette maladie neurodégénérative. Ce mémoire sera présenté à la fin de septembre devant une commission parlementaire portant sur les effets des pesticides.

« Moi aussi, j’ai des inquiétudes, c’est grave, c’est inquiétant », a fait savoir le premier ministre lors d’une conférence de presse jeudi à Québec.

Il était appelé notamment à commenter les conclusions de l’étude, mais aussi la décision de la Ville de Montréal de bannir le glyphosate de son territoire avant la fin de l’année.

Pour sa part, le premier ministre souhaite d’abord consulter les agriculteurs et laisser la commission parlementaire conclure ses travaux. L’interdiction est envisageable, mais pas maintenant, selon lui.

« On n’est pas rendu là, mais on ne l’exclut pas », a-t-il tranché.

Il se dit entre autres préoccupé de l’effet d’une interdiction potentielle du glyphosate sur la compétitivité des agriculteurs québécois, qui doivent concurrencer des producteurs agricoles d’autres pays qui y ont recours.

L’opposition officielle a quant à elle réclamé jeudi une étude sur les impacts de l’utilisation des pesticides sur la santé.

Par voie de communiqué, la porte-parole libérale en matière d’agriculture, Marie Montpetit, demande ainsi au gouvernement que cette étude répertorie les effets de ces produits des champs jusqu’à l’assiette. La recherche permettrait notamment d’élaborer de meilleures pratiques agricoles, a-t-elle plaidé.

Également, le porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière d’environnement et de santé, Sylvain Gaudreault, a appelé le gouvernement à plus de fermeté.

En mêlée de presse à Salaberry-de-Valleyfield où les élus souverainistes étaient réunis, il a rappelé les liens qui avaient été étudiés entre les pesticides et la mort des abeilles, ainsi qu’entre les pesticides et l’autisme.

M. Gaudreault a appelé le gouvernement à envisager aussi d’interdire certains pesticides, au nom du « principe de précaution » inclus dans la Loi sur le développement durable, qui permet ainsi de prendre des mesures en cas de risques graves même en l’absence de certitude scientifique absolue.

« C’est tout à fait la bonne chose à faire, a-t-il déclaré en commentant la décision de Montréal. Le principe de précaution s’applique dans le cas des pesticides. »