La plus grosse poubelle du Québec bientôt pleine

Le compte à rebours est commencé. Le seul centre d'enfouissement de la région de Montréal n'aura plus de place dans 10 ans. Il est urgent de réduire la quantité de déchets que nous enfouissons, disent les autorités régionales, qui font pression sur Québec pour mettre les solutions en place.

C'est un ballet de mastodontes.

Les camions-remorques déchargent leur cargaison d'ordures, aidés par des béliers mécaniques, alors que des compacteurs aux immenses roues dentelées les étalent par couches et les compriment.

Plus de 3500 tonnes de matières résiduelles sont ainsi enfouies chaque jour, en moyenne, au Complexe Enviro Connexions de Terrebonne, dans le secteur Lachenaie.

C'est l'équivalent du poids de 15 trains Azur du métro de Montréal, qui comprennent neuf wagons chacun.

À ce rythme, le site affichera complet quelque part en 2029.

« Dans 10 ans, on va être dans le trouble ! », s'exclame Guillaume Tremblay, maire de Mascouche et membre de la commission de l'environnement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Il est « minuit moins une » pour trouver une solution, car l'ouverture d'un centre de traitement des matières résiduelles nécessite une dizaine d'années de démarches : planification, consultation, autorisations, appel d'offres, plans et devis, construction, rodage, etc.

C'est d'ailleurs le délai qui a caractérisé les plus récentes expériences au pays, de Vancouver au Lac-Saint-Jean, en passant par Toronto, souligne la CMM.

La situation est d'autant préoccupante que le site d'enfouissement de Terrebonne est le seul sur le territoire de la CMM, qui compte 82 municipalités où vit la moitié de la population québécoise.

Il reçoit 47 % des déchets que génèrent ses ménages - le reste est envoyé dans des sites à l'extérieur de la région, principalement ceux de Saint-Thomas et de Lachute.

« Si on ne fait rien, c'est clair qu'on n'aura plus de place où mettre nos vidanges ! »

- Guillaume Tremblay, maire de Mascouche

Guillaume Tremblay, maire de Mascouche... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Guillaume Tremblay, maire de Mascouche

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

La fermeture à venir du site d'enfouissement de Terrebonne n'est pas une surprise pour les élus de la région métropolitaine, mais le sentiment d'urgence est apparu il y a quelques mois, quand l'échéance s'est précisée.

C'est ce qui explique pourquoi la CMM a déposé un projet de modification de son « Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles » (PMGMR), qui appelle à une diminution draconienne de la quantité de matières résiduelles envoyées à l'enfouissement.

« C'est inquiétant, mais si on agit immédiatement, ça peut avoir un impact », poursuit Guillaume Tremblay, disant avoir bon espoir que les citoyens vont adhérer aux solutions que propose la CMM, notamment l'élargissement de la consigne.

Car les consultations publiques menées en mai sur le projet de modification PMGMR ont conforté ses élus : leurs propositions reflètent bien les préoccupations de la population, estiment-ils.

La plupart des mesures proposées relèvent de la compétence du gouvernement provincial, mais Guillaume Tremblay s'attend à ce que le gouvernement québécois aille dans le même sens que la CMM, car la pression citoyenne est forte sur les questions environnementales, dit-il.

Vers le « zéro enfouissement »

Alors que l'échéance de 2029 approche, Enviro Connexions étudie la possibilité d'agrandir son site d'enfouissement de Terrebonne, ou encore de « réexploiter » ses plus vieilles cellules, où la compaction des déchets au fil des décennies a libéré de l'espace.

André Chulak, coordonnateur à la communication du Complexe Enviro... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

André Chulak, coordonnateur à la communication du Complexe Enviro Connexions

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Mais le mieux serait que les citoyens changent leurs habitudes et génèrent moins de déchets ultimes, estime son coordonnateur à la communication, André Chulak, ce qui reporterait de quelques années la fermeture du site.

Or, même en réduisant la quantité de déchets envoyés à l'enfouissement, il y aura toujours une échéance à moyen terme, souligne Michel Allaire, coordonnateur à l'environnement à la CMM.

C'est pourquoi l'organisation doit rapidement penser à la suite des choses.

« Il va falloir s'y mettre bientôt. »

- Michel Allaire, Communauté métropolitaine de Montréal

Deux objectifs, inscrits dans le plan de gestion des matières résiduelles, guideront sa réflexion : autonomie régionale et « zéro enfouissement ».

Pas question, donc, d'« exporter » les matières résiduelles hors de la région métropolitaine, mais, surtout, pas question d'ouvrir un nouveau site d'enfouissement.

La solution passera alors forcément par la « valorisation thermique » des déchets, qui se distingue de la simple incinération, explique Michel Allaire, évoquant la pyrolyse, qui consiste en la décomposition chimique des déchets par la chaleur, ou encore la gazéification ou la production d'électricité.

Mais il faut d'abord générer moins de déchets ultimes, plaide Michel Allaire, afin d'éviter de construire des installations trop grosses eu égard à nos besoins réels, qui vont coûter plus cher et qu'il faudra continuer de « nourrir » lorsque la quantité de déchets diminuera.

« L'urgence, c'est qu'il faut réduire maintenant. Le momentum est là. »

Matières recyclables et compostables enfouies

Ce n'est pas l'odeur qui surprend, quand on visite le centre d'enfouissement de Terrebonne, c'est la quantité de matières pourtant recyclables qui s'y trouvent : des bouteilles d'eau, des sacs en plastique ou encore des boîtes de carton, pourtant en très bon état.

Même des matelas, certains encore dans leur emballage d'origine, y avaient été déchargés, le jour où La Presse s'est rendue sur les lieux.

« Soixante-dix pour cent de ce qui est ici aurait dû être mis dans un autre bac ! », s'exclame sans détour André Chulak, coordonnateur à la communication du Complexe Enviro Connexions.

Les matières organiques, qui auraient pu être compostées, représentent plus de la moitié du lot.

« Ça n'a pas de sens, il faut changer ça », lâche André Chulak, qui explique que son entreprise cherche à ce que le site d'enfouissement dure le plus longtemps possible, pas à le remplir le plus vite possible.

« Si le monde composte, si le monde recycle, on ne fera pas moins d'argent », dit-il.

Car Enviro Connexions se targue d'être à l'avant-garde en matière de valorisation des déchets, au Canada, avec ses installations de compostage, de biométhanisation et de déchetterie.

« La plus grosse poubelle du Québec », selon André Chulak, dispose donc d'installations pour continuer à mener des activités de gestion des déchets quand l'enfouissement ne sera plus possible.

Le site de 3 km2 est exploité depuis 1968.

Si les citoyens ont un rôle central à... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE) - image 7.0

Agrandir

Si les citoyens ont un rôle central à jouer dans la réduction de la quantité de déchets envoyés à l'enfouissement, notamment en recyclant les matières qui peuvent l'être au lieu de les jeter à la poubelle, le gouvernement fait également partie de l'équation.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Un « cri d'alarme » à Québec

C'est un « grand cri d'alarme » à la population que la Communauté métropolitaine de Montréal lance avec son projet de modification de son plan de gestion des matières résiduelles. Il faut réduire de façon draconienne ce qui est envoyé à l'enfouissement. Mais c'est aussi un « message au gouvernement », car les solutions proposées passent par Québec. Aperçu.

Élargir la consigne

La nécessité d'élargir le système québécois de consigne à tous les contenants de boissons, alcoolisées ou non, de verre, de métal et de plastique a été soulignée par une forte majorité des quelque 3000 participants à la consultation publique portant sur le projet de modification du Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). « On se l'est fait dire 20 fois plutôt qu'une », particulièrement à l'égard de la Société des alcools du Québec, illustre le coordonnateur à l'environnement, Michel Allaire. Le Québec devrait imiter l'Ontario ou la Nouvelle-Écosse, qui mettent à la disposition du public des points de dépôt pour le retour des contenants consignés, plaide la CMM. « Allons vers les meilleurs, et non pas vers les pires », affirme M. Allaire.

Forcer l'écoconception

La CMM demande à Québec de légiférer pour réduire la quantité d'emballages, notamment au moyen de tarifs dissuasifs, mais aussi pour interdire carrément certains matériaux qui ne sont pas recyclables au Québec. « Il y a une différence entre ce qui est recyclable et ce qui est recyclable dans nos systèmes », explique Michel Allaire, qui veut ainsi favoriser le recyclage local des matières résiduelles selon le principe de l'économie circulaire. Même l'industrie est d'accord, à condition que les règles s'appliquent à tous et à grande échelle, affirme-t-il. « Vu que le commerce est beaucoup organisé en franchises et en grandes chaînes, on risque d'avoir de meilleurs résultats avec des politiques à grande échelle. » D'où l'importance d'une réglementation panquébécoise.

Faire payer les producteurs

Québec doit aussi allonger la liste des produits assujettis au concept de « responsabilité élargie des producteurs », qui rend ceux-ci responsables de recycler ce qu'ils mettent en marché, estime la CMM. « Quand on est responsables de nos déchets, je pense qu'on s'organise pour en avoir le moins possible », lance Michel Allaire. « On le voit avec l'électronique », ajoute-t-il : les fabricants reprennent désormais leurs produits désuets pour en assurer le recyclage. Une telle mesure amènerait les producteurs à se tourner davantage vers l'écoconception de leurs contenants et emballages, tandis que l'augmentation des tarifs sur les produits à usage unique ou de « courte vie » permettrait de compenser les coûts des services municipaux de collecte et de recyclage.

Instaurer une traçabilité

La réduction de la quantité de matières résiduelles qui finissent à l'enfouissement passe aussi par une modernisation des centres de tri, pas seulement par la consigne, croit la CMM. « C'est tout ensemble », affirme Michel Allaire. Or, il faut impérativement que le Québec se dote d'un mode de traçabilité et de contrôle de la qualité de ce qui sort des centres de tri. « C'est un aspect important, car la reddition de comptes n'existe pas ou est très marginale », constate Michel Allaire. Ces informations permettraient de rassurer les citoyens, au moment où le recyclage traverse une « importante crise de confiance », estime-t-il. Surtout, la CMM croit que ces données permettraient d'évaluer la qualité des matières « du point de vue de leur aptitude au recyclage » et permettraient à l'industrie de s'adapter.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer