(Moscou) Un tribunal russe a condamné vendredi une entreprise de pêche à une lourde amende pour avoir capturé illégalement des orques et les avoir entassés dans des bassins surpeuplés en Extrême-Orient.

Agence France-Presse

Cette société, dont l’activité est de vendre des mammifères marins à des aquariums, est l’une des quatre entreprises retenant en captivité depuis 2018 10 orques et 87 bélugas dans des bassins près du port de Nakhodka.

Surnommée la «prison des baleines», cette installation a suscité une vague d’indignation internationale ces derniers mois en raison des conditions de vie de ces animaux et de leur destination prévue, la Chine, où se développe un réseau de parcs à thème marins.

REUTERS

Un des 87 bélugas photographié en avril.

Un tribunal de Vladivostok a condamné l’entreprise Biéli Kit (Baleine Blanche) à une amende 28,1 millions de roubles (environ 576 000 $ CAN), selon les médias et des militants russes.

Pour Dmitri Lissitsyne, à la tête de l’organisation environnementale Sakhalin Watch qui milite pour la libération des mammifères, c’est la première décision de justice confirmant la capture illégale des cétacés. Il espère un jugement similaire concernant les autres animaux détenus.

Face au scandale, le gouvernement russe avait promis en avril de relâcher les mammifères marins, sans donner plus de précisions.

Le ministre russe de l’Environnement, Dmitri Kobylkine, a affirmé cette semaine qu’ils seraient libérés en «juillet ou en août», alors qu’il était précédemment question d’une libération en mai ou juin.

La Russie a longtemps été l’un des seuls pays où les mammifères marins peuvent être capturés en plein océan à des fins «pédagogiques», une faille juridique utilisée par les trafiquants pour vendre des animaux à l’étranger, en particulier en Chine.