Une motion, trois cibles : en enjoignant la Chambre à décréter « l’urgence climatique », le gouvernement veut forcer les conservateurs à s'engager, couper l’herbe sous le pied du NPD et contrer la vague verte.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

La ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, a inscrit au feuilleton une motion prévoyant que la Chambre « déclare que le Canada est en situation d’urgence climatique nationale ».

Le texte stipule également que le gouvernement canadien doit « s’engager à atteindre ses objectifs nationaux en matière d’émissions énoncés dans l’Accord de Paris », soit maintenir le réchauffement planétaire sous la barre des deux degrés Celsius.

La ministre McKenna ne s’en cache pas : la motion vise tout particulièrement à forcer les conservateurs et leur chef Andrew Scheer, qui s’est engagé à présenter son plan climatique d’ici juin, à afficher leurs couleurs.

« Je suis vraiment intéressée de voir ce que l’opposition, en particulier les conservateurs, va dire. Parce que je pense que les Canadiens reconnaissent que nous avons une urgence — nous le voyons avec les inondations », a-t-elle offert en mêlée de presse.

On en sait encore peu sur le plan que concocte l’opposition conservatrice, mais en entrevue avec La Presse, en marge du conseil général conservateur à Victoriaville, M. Scheer a spécifié qu’il contiendrait des cibles chiffrées, sans pour autant préciser lesquelles.

Au Parti conservateur, on veut discuter de la motion libérale en caucus, mercredi. « Mais chose certaine, nous n’allons pas prendre de leçons des libéraux sur la question des changements climatiques », a déclaré une porte-parole du parti, Virginie Bonneau.

Motions concurrentes

Avec cette motion, la ministre McKenna vient aussi enlever des munitions aux néo-démocrates — le chef Jagmeet Singh avait choisi d’utiliser la journée d’opposition du mercredi pour débattre d’une motion allant dans le même sens.

Mais pour les libéraux, il y avait un hic : la motion demandait que l’on « élimine immédiatement toutes les subventions fédérales aux combustibles fossiles » et que l’on ne « donne pas suite au projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain ».

Difficile, donc, pour le gouvernement libéral, de voter pour mettre le holà aux travaux d’un oléoduc que l’on a acquis au coût de 4,5 milliards de dollars.

La motion néo-démocrate doit être débattue mercredi en Chambre. Le lendemain, ce sera au tour de celle des libéraux. Mais déjà, mardi, à la période des questions, Jagmeet Singh a lancé la discussion en demandant à Justin Trudeau s’il allait avaliser la sienne.

Le premier ministre ne s’en est pas laissé imposer. Il est passé à l’offensive en raillant son adversaire, qui a fait volte-face lundi en annonçant qu’il retirait son appui à un important projet de gaz naturel liquéfié en Colombie-Britannique.

Cette opposition au projet de 40 milliards de dollars qu’ont approuvé les libéraux en octobre 2018 « va à l’encontre de 10 000 bons emplois » dans la province, a argué Justin Trudeau, se moquant de Jagmeet Singh qui « a un plan qui change au jour le jour ».

Le chef néo-démocrate adjoint, Alexandre Boulerice, a indiqué que la motion libérale serait discutée en caucus mercredi. Mais « chose certaine, la démarche des libéraux démontre seulement l’hypocrisie de ce gouvernement et non une réelle prise de leadership », a-t-il déclaré dans un courriel transmis par le parti.

Contrer la vague

La ministre McKenna espère possiblement faire d’une pierre trois coups en inscrivant cette motion au feuilleton, car celle-ci pourrait retenir dans le giron libéral les électeurs tentés par l’option de voter vert aux prochaines élections fédérales.

Car ils ont été nombreux à le faire sur la scène provinciale au courant des derniers mois, plus récemment du côté de l’Île-du-Prince-Édouard, où les verts de Peter Bevan-Baker forment l’opposition officielle.

L’engouement s’est matérialisé aussi sur la scène fédérale : la semaine dernière, lors d’une élection complémentaire en Colombie-Britannique, la victoire est allée au vert Paul Manly, qui viendra doubler la députation du parti aux Communes.

La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, estime que sa formation a le vent dans les voiles. Elle tente d’ailleurs de repêcher les ministres démissionnaires Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott.

« Un geste important »

Décréter l’urgence climatique nationale est « un geste important », mais il vient un peu tard, selon Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada.

« Les libéraux se réveillent après quatre ans pour tenter de se sauver la face alors qu’ils ont acheté un pipeline et qu’ils continuent à subventionner les combustibles fossiles […] Ils ont une approche hypocrite », a-t-il fait valoir en entrevue avec La Presse.

De son côté, le président du conseil d’administration du Centre québécois du droit de l’environnement, Cédric Gagnon-Ducharme, parle d’une « petite victoire », car la démarche a le mérite d’« affirmer un état de fait qui est encore nié par certaines personnes ».

Il faudra ensuite, en revanche, que « les bottines suivent les babines » -- car si l’adoption d’une telle motion ne lie pas juridiquement le gouvernement Trudeau, « le plus contraignant, c’est le vote que les électeurs feront à l’automne prochain, alors dans ce sens-là, oui, c’est contraignant », a-t-il relevé dans un entretien avec La Presse.

La motion néo-démocrate doit être débattue en Chambre mercredi, et on enchaînera avec la motion libérale le lendemain. Le vote sur la motion des libéraux devrait avoir lieu la semaine prochaine.