La quantité de déchets par habitant y est la plus faible au Canada. Le recyclage, parmi les plus efficaces, notamment grâce à un système de consigne qui ratisse large. Alors que le Québec se demande comment améliorer ses performances en la matière, La Presse est allée constater ce qui fait de la Nouvelle-Écosse la championne du recyclage au pays.

Jean-Thomas Léveillé Jean-Thomas Léveillé
La Presse

Olivier Pontbriand Olivier Pontbriand
La Presse

Une collecte « intense », mais efficace

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Léo et Violette, les enfants de Neige Dupuis-Carbonneau.

Quand ils se sont installés en Nouvelle-Écosse, il y a près de trois ans, Neige Dupuis-Carbonneau, son conjoint et leurs deux enfants ont mis « quelques semaines » à assimiler toutes les subtilités de la collecte des ordures et du recyclage de la province.

Si bien qu’il leur est même arrivé que leurs sacs ne soient pas ramassés par les éboueurs, qui y avaient apposé un papier identifiant les éléments qui n’auraient pas dû s’y retrouver.

« J’ai trouvé sur le coup que [le recyclage] était plus intense », se souvient la musicienne militaire originaire de la région de Québec, qui reçoit La Presse dans sa demeure de Dartmouth, en face d’Halifax.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Neige Dupuis-Carbonneau

Elle dit toutefois apprécier le système néo-écossais, qui « responsabilise un peu plus » les citoyens que le système québécois.

C’est « l’un des meilleurs au Canada et même au monde », clame Robert Kenney, agent de développement du recyclage au ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse, en entrevue avec La Presse.

Force est d’admettre que la Nouvelle-Écosse est un élève modèle en la matière, puisque son taux d’enfouissement de matières résiduelles est le plus faible au Canada, et de loin : 398 kg par personne, annuellement, contre 651 pour le Québec et… 1003 pour l’Alberta, selon Statistique Canada.

Les clés du succès néo-écossais

En Nouvelle-Écosse, l’enfouissement des matières organiques est interdit depuis 1998, si bien que 95 % des ménages de la province ont accès à une collecte des matières compostables, y compris dans les immeubles à logements multiples, s’enorgueillit Robert Kenney.

La collecte sélective des matières recyclables est pour sa part effectuée dans des camions à double compartiment, ce qui oblige les citoyens à faire un prétri : le papier et le carton dans un sac, le reste dans un autre.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

En Nouvelle-Écosse, la collecte sélective des matières recyclables est effectuée dans des camions à double compartiment : l’un pour le papier et le carton, et l’autre pour le reste.

À cela s’ajoutent des frais d’enfouissement particulièrement élevés, qui oscillent entre 65 $ et 75 $ pour la plupart des dépotoirs néo-écossais ; au Québec, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a dit à La Presse ignorer les frais d’enfouissement des matières résiduelles sur son territoire.

Mais l’une des clés du succès du système néo-écossais, c’est la vaste consigne sur les contenants de boissons, l’une des plus importantes au pays.

À l’exception des contenants de lait, tout est consigné : les bouteilles de bière et de boissons gazeuses, mais aussi celles qui contiennent du vin, de l’eau ou du jus, et ce, qu’elles soient en plastique, en aluminium ou en verre.

PHOTO FOURNIE PAR ROBERT KENNEY

« Avoir une collecte séparée pour les bouteilles de verre est une excellente chose. » — Robert Kenney, agent au ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse

Même les Tetra Pak et les contenants de carton sont consignés.

Par conséquent, ils ne sont pas visés par la collecte sélective.

Et, comme les sacs à déchets et à recyclage doivent obligatoirement être transparents, il est plus difficile de tricher.

Loin d’être un fardeau financier, la consigne néo-écossaise permet même de financer une partie de la collecte sélective.

Une « idée géniale »

S’habituer à la consigne néo-écossaise « a été un peu un choc » pour Isabelle Caron, quand elle s’est installée avec sa famille à Bedford, une banlieue tranquille d’Halifax, il y a près de deux ans.

La professeure originaire de Gatineau a vite réalisé son impact sur la facture d’épicerie ; pour les caisses d’eau embouteillée, par exemple, « la consigne est plus chère que le produit », illustre-t-elle.

Elle considère néanmoins qu’il s’agit d’une « idée géniale » qui a été un « bon incitatif » pour changer les habitudes de consommation de sa famille et estime que le Québec devrait « s’inspirer » des façons de faire de la Nouvelle-Écosse.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Isabelle Caron avec ses enfants Gabriel, 16 ans, Benjamin, 11 ans, et Juliette, 14 ans

À l’école, ses enfants sont appelés à trier leurs matières résiduelles entre déchets, compost et recyclage ; « c’est déjà dans les mœurs », confie Gabriel, 16 ans, qui en conclut que « c’est vraiment en retard, au Québec ».

Moins de contamination

Le bruit est assourdissant dans le centre de tri des matières recyclables d’Halifax : le verre qui se brise, le ballet des camions qui viennent y déposer leur cueillette, le ronronnement des machines.

Le bâtiment de quelque 4000 m2 est le plus important de la province, mais « ce n’est rien comparé à ceux du Québec », relativise son directeur général, Steve Copp, qui travaille pour REgroup, l’entreprise qui en a tout récemment obtenu le contrat de gestion.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Le centre de tri des matières recyclables d’Halifax est le plus important de la province.

Construit au début des années 90, le centre de tri permet d’obtenir des matières dont la qualité « est correcte, mais [qui] pourrait être meilleure », estime Steve Copp.

Cette faiblesse est toutefois compensée par les bienfaits de la collecte séparée de la « fibre » (le papier et le carton) et des autres matières, « les sacs transparents » pour la cueillette sélective ainsi que le vaste système de consigne, trois éléments qui font en sorte qu’« il y a moins de contamination ».

Recycler localement… si possible

Même s’il considère la Nouvelle-Écosse comme une « championne » du recyclage, Tony Walker, professeur à l’École d’études sur les ressources et l’environnement à l’Université Dalhousie, à Halifax, estime qu’il y a encore beaucoup à améliorer.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Tony Walker, professeur à l’École d’études sur les ressources et l’environnement à l’Université Dalhousie, à Halifax

« Il faut des usines de recyclage régionales » afin de ne pas « dépendre d’un tiers » et pour réduire la pollution générée par le transport des matières, une remarque qui vaut tout autant pour le Québec, précise-t-il.

La fermeture du marché chinois aux matières recyclables étrangères illustre bien cette nécessité, affirme M. Walker, rappelant que la Nouvelle-Écosse doit exporter son plastique, d’autant qu’elle a interdit l’enfouissement sur son territoire depuis longtemps.

« Nous utilisons des produits qu’il faut envoyer dans d’autres pays [pour qu’ils soient recyclés], ça n’a aucun sens. »

Une consigne autofinancée

La consigne crée de l’emploi, contribue à l’économie et s’autofinance en Nouvelle-Écosse et elle est plus performante qu’au Québec.

L’organisme à but non lucratif Divert Nova Scotia, qui en est responsable, de même que de la gestion des pneus usagés, a généré en 2018 des revenus de 57 millions de dollars, dont 77 % provenant des dépôts sur les contenants consignés.

Car en Nouvelle-Écosse, seulement la moitié du montant de la consigne est remis aux consommateurs qui rapportent leurs contenants ; 10 cents sur une consigne de 20 cents, par exemple. L’autre moitié sert à financer le système.

« C’est essentiellement un système utilisateur-payeur », résume le président-directeur général de l’organisme, Jeff MacCallum, dans un entretien avec La Presse. « On ne reçoit aucun financement gouvernemental. »

PHOTO FOURNIE PAR DIVERT NOVA SCOTIA

Jeff MacCallum, président et directeur général de Divert Nova Scotia

Inversement, Divert Nova Scotia finance en partie la collecte sélective des matières recyclables ; elle a versé 8,6 millions de dollars l’an dernier, ce qui réduit d’autant la facture des municipalités.

La consigne génère 898 emplois en Nouvelle-Écosse, ce qui représentait 31,4 millions en salaires et avantages sociaux l’an dernier, et a permis d’épargner 5,5 millions en frais de collecte et 2,2 millions en coûts d’enfouissement, affirme l’organisme.

Les consommateurs doivent rapporter leurs contenants consignés dans l’un des 75 Enviro-Depot de la province qui, eux, sont des entreprises privées. La Presse en a visité un, près de Halifax.

Taux de récupération des contenants consignés

Type Québec Nouvelle-Écosse

Verre 72 % 87 % Aluminium 70 % 91 % Plastique 70 % 76 % Carton aucun 60 % Tetra Pak aucun 49 % Acier aucun 37 %

Sources : Recyc-Québec (2008-2015) et Divert Nova Scotia (2018)

Libérer Lunenburg du plastique

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

La petite ville de Lunenberg, pittoresque municipalité portuaire située à une heure de route de Halifax, est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995.

Lunenburg pourrait bien adopter la plus vaste interdiction d’articles de plastique à usage unique au Canada, d’ici quelques mois. Fruit d’une initiative citoyenne, le projet de règlement est également le tout premier en Nouvelle-Écosse.

Les rues de Lunenburg sont calmes en ce frisquet matin d’avril, mais les touristes reviendront bientôt par milliers, avec le retour des beaux jours, pour visiter cette pittoresque ville portuaire classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cet « afflux énorme » génère « un immense volume » de déchets constitués principalement d’articles de plastique qui ne « sont utilisés qu’une fois », regrette Teresa Quilty, que La Presse a rencontrée au café Nº 9, le lieu de rencontre « cool » des habitants du coin.

« On sait qu’il y a des microparticules de plastique dans l’eau, ici », et une étude pour en mesurer l’ampleur est en cours, dit-elle, en sirotant un café dans une tasse en céramique.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Teresa Quilty, qui fait partie des instigateurs du groupe Plastic Free Lunenburg (Lunenburg sans plastique)

Avec d’autres habitants du coin, elle a mis sur pied il y a près d’un an le groupe Plastic Free Lunenburg (Lunenburg sans plastique) pour réfléchir aux solutions possibles et sensibiliser ses concitoyens.

« Cette communauté dépend de la viabilité de l’océan », poursuit-elle, évoquant le tourisme et l’industrie de la pêche, encore très importante.

Voulant à tout prix éviter de « remplacer un problème par un autre », le groupe a étudié diverses mesures adoptées ailleurs au pays et dans le monde, dont l’interdiction montréalaise des sacs de plastique… qui s’est traduite par l’apparition de sacs de plastique plus épais.

« On a appris de ça », dit-elle, qualifiant la mesure de « cas qui a mal tourné ».

Avec l’aide d’une avocate, le groupe a rédigé un projet de règlement municipal qui interdirait non seulement les sacs de plastique et les pailles, comme le font déjà certaines municipalités au pays, mais aussi les ustensiles, les gobelets, les bouteilles, les contenants alimentaires en styromousse et les sachets de condiments.

Les commerçants mis à contribution

« On dort debout » avec l’enjeu du plastique à usage unique, s’exclame Lynne MacKay, qui accueille l’idée de l’interdire « avec une grande joie ».

La copropriétaire de la microdistillerie Ironworks, installée dans une vieille forge datant de 1893, s’est d’ailleurs déjà attelée à la tâche d’éliminer le plastique de son commerce.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

La microdistillerie Ironworks, installée dans une vieille forge datant de 1893, s’est déjà attelée à la tâche d’éliminer le plastique de son commerce.

Elle montre fièrement aux représentants de La Presse ce qu’elle utilise désormais pour emballer ses caisses d’eaux-de-vie et élixirs : un distributeur de colle combiné à un rouleau de papier.

« Fini, le ruban gommé en plastique ! » — Lynne MacKay

Remplacer ses petits gobelets de dégustation a été une tâche plus ardue ; ceux à base de matières végétales qu’elle avait trouvés se sont avérés non compostables, contrairement à ce qui était annoncé.

« Ils sont compostables en laboratoire ! », s’indigne-t-elle, qualifiant le produit d’« écoblanchiment ».

Elle en a finalement trouvé en papier, sans cire, qui peuvent donc être compostés… ou utilisés pour faire démarrer « Berghitta », son alambic fonctionnant au feu de bois.

Bill Towndrow, lui, se sent en contradiction avec ses propres valeurs.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Bill Towndrow, propriétaire de la quincaillerie BMR de Lunenburg

Sa quincaillerie a certes cessé d’utiliser des sacs de plastique pour les achats de ses clients, mais elle vend tout de même des « chargements de terre »… en sac.

« Ils sont à moins d’un dollar ! », s’exclame-t-il, bien conscient que « le prix de [leur] enfouissement » n’est pas compté dans cette somme.

Soutien politique

« Je ne vois pas comment qui que ce soit pourrait être en désaccord » avec l'objectif d'éliminer les articles de plastique à usage unique, a déclaré à La Presse la mairesse de Lunenberg, Rachel Bailey.

La municipalité a demandé à ses fonctionnaires de se pencher sur la proposition de règlement du groupe de citoyens.

PHOTO FOURNIE PAR RACHEL BAILEY

« On n’est pas encore dans les détails. À ce stade, on a embrassé l’idée. On veut voir quel rôle on peut jouer. » — Rachel Bailey, mairesse de Lunenburg

Le projet de règlement devrait être déposé au conseil municipal en mai, pour une première lecture, et pourrait être adopté durant l’été.

« Ils craignent les poursuites », pense Teresa Quilty, qui souligne que l’industrie du plastique a contesté, en vain, l’interdiction des sacs de plastique adoptée par la Ville de Victoria, en Colombie-Britannique.

Elle a néanmoins bon espoir que le règlement finira par être adopté, évoquant l’interdiction des plastiques à usage unique adoptée tout récemment par l’Union européenne.

« C’est la direction dans laquelle tout le monde s’en va. »