Source ID:87a0afb26d77307e916e8f19f00350c8; App Source:StoryBuilder

Climat: blocus levé aux bureaux de François Legault

Six personnes du groupe Extinction Rebellion Québec sont... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Six personnes du groupe Extinction Rebellion Québec sont enchaînées aux entrées de l'édifice sis au coin des rues Sherbrooke et McGill Collège, depuis 5 h, ce matin.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Les militants pour le climat qui s'étaient enchaînés à l'entrée des bureaux montréalais du premier ministre du Québec ont levé leur blocus vers 8 h 30, considérant leur mission « accomplie ».

Six militants du groupe Extinction Rebellion Québec s'étaient attachés entre eux ainsi qu'à l'édifice qui abrite les bureaux du premier ministre François Legault, à l'angle des rues Sherbrooke et McGill College, vers 5 h, ce matin.

Leur message « a été entendu », puisque de nombreux médias ont fait état de leur action, a déclaré à La Presse l'un des manifestants, Serge Mongeau, disant avoir la certitude qu'elle s'est également « rendue aux oreilles de François Legault ».

Après s'être détaché, l'homme de 82 ans est allé serrer la main du commandant de la police qui supervisait les effectifs dépêchés sur les lieux pour le remercier d'avoir laissé les manifestants mener leur action.

Puisqu'« ils ont obtempéré » à la demande de la police de libérer les lieux, il n'y a eu aucune arrestation, a confirmé à La Presse Raphaël Bergeron, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Mesures « décisives » et « immédiates » réclamées

Les manifestants réclament « que le gouvernement agisse en fonction de l'urgence climatique » actuelle en mettant en place des mesures « décisives » et « immédiates », a expliqué à La Presse une des personnes enchaînées, Elza Kephart.

« On est des gens [ordinaires], pas des activistes de carrière », poursuit la cinéaste. « Je n'ai jamais fait ça de ma vie ! ».

« On ne nous écoute pas, c'est pour ça qu'on a décidé d'aller plus loin », renchérit Serge Mongeau, à ses côtés, insistant que le caractère non violent de leur mouvement.

« Plus on attend, plus ça va être difficile d'avoir des actions efficaces » pour faire face à la crise climatique, déplore-t-il.

« L'urgence climatique est à nos portes, si ça continue comme ça, il n'y aura plus d'issue », a déclaré à La Presse François Léger Boyer, coordonnateur et porte-parole du groupe, également présent sur place.

Il s'agissait de la première action de désobéissance civile de la section québécoise du mouvement Extinction Rebellion, né en octobre dernier, en Grande-Bretagne, et qui prône des gestes radicaux, mais non violents, pour alerter l'opinion publique et forcer les gouvernements à prendre des moyens draconiens pour freiner le réchauffement climatique et faire face à ses conséquences.

Elle s'inscrit dans le cadre d'une semaine de mobilisation internationale mettant de l'avant la désobéissance civile ; des actions ont ainsi été menées dans plusieurs villes d'Europe et à New York par le mouvement, ces derniers jours.

Extinction Rebellion Québec promet de mener d'autres actions de désobéissance civile tant que les gouvernements ne prendront pas des actions suffisantes à ses yeux pour faire face à l'urgence climatique.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer