Quelques centaines d'élèves du secondaire ont manifesté pour le climat, cet après-midi, à Montréal, prenant ainsi part à un mouvement mondial qui prend de l'ampleur depuis le début de l'année.

Mis à jour le 15 févr. 2019
Jean-Thomas Léveillé LA PRESSE

Partis du parc Jeanne-Mance, dans le Plateau Mont-Royal, ces adolescents ont marché jusqu'au centre-ville afin d'attirer l'attention sur la crise climatique et pour réclamer des actions concrètes de la part des gouvernements pour y faire face.

Exaspérés de «l'inaction» des dirigeants, ils veulent ainsi démontrer leur «mécontentement», a déclaré à La Presse Sara Montpetit, une élève de 5e secondaire de l'école Robert-Gravel, coorganisatrice de la manifestation.

«Nous, les jeunes, on dit aux gouvernements qu'on est prêts pour des changements et qu'on veut des changements», lance-t-elle.

C'est en regardant une vidéo de l'adolescente suédoise Greta Thunberg, qui manifeste tous les vendredis depuis plusieurs mois devant le parlement de son pays pour exhorter les élus à agir pour protéger le climat, que Sara Montpetit et une amie ont eu l'idée d'organiser cette manifestation.

«On s'est dit qu'on avait deux choix: soit juste écouter la vidéo ou faire quelque chose», raconte-t-elle.

À ses yeux, manquer des cours pour manifester un jour de semaine envoie un «signal» aux autorités quant au sérieux de la démarche. «C'est montrer au gouvernement que notre futur passe par l'école, évidemment, mais que malheureusement, ce vendredi, le gouvernement va nous faire manquer nos cours pour notre futur.»

Pour avoir fait l'école buissonnière, Sara Montpetit et ses collègues de classe ayant répondu à son invitation devront toutefois effectuer une heure de retenue, une réprimande qu'elle accepte sans broncher.

Un mouvement d'appui des grèves étudiantes pour le climat est par ailleurs né au sein du corps enseignant, la fin de semaine dernière, avec la création du collectif des Profs pour la planète.

Plus de 2300 personnes ont signé la pétition du collectif, qui appelle à «accompagner les jeunes du Québec à comprendre, dénoncer et se mobiliser face à la crise climatique» et à tenir des «écoles mortes» lors des jours de grève.

Ailleurs dans le monde

Des milliers d'écoliers britanniques ont également débrayé et manifesté dans plusieurs villes du Royaume-Uni pour exiger des décisions politiques contre le changement climatique, ce vendredi.

Sur Parliament Square à Londres, la place qui borde le parlement, des centaines d'adolescents se sont réunis aux cris de «Sauvez notre planète» («Save our planet»), allumant des fumigènes et grimpant sur des statues pour alerter sur la dégradation de l'environnement.

«Nous nous sommes mis nous-mêmes dans cette situation périlleuse, c'est notre responsabilité d'en sortir», a déclaré à l'AFP Hal, 15 ans, scolarisé dans l'est de la capitale.

La manifestation «est autant un message envoyé aux politiciens, qu'un moyen de sensibiliser tout le monde», a ajouté l'adolescent, qui avait conservé sur lui son uniforme pour rappeler qu'il devait en principe être en cours.

Les manifestants ont fièrement brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait notamment lire «Nous défendons ce à quoi nous tenons», «Je vais être collé pour ça», ou «Rendons la planète cool de nouveau» («Make Earth Cool Again»).

Des mobilisations similaires se sont tenues dans des dizaines de villes à travers le Royaume-Uni, notamment à Brighton (sud de l'Angleterre), Oxford (centre), Leeds ou Manchester (nord).

La plupart des élèves ont expliqué avoir obtenu l'autorisation de leurs établissements pour prendre part au mouvement européen «Youth Strike 4 Climate» («La jeunesse en grève pour le climat»), qui a également mobilisé en Belgique, en France, en Allemagne ou en Suède.

Ces manifestations interviennent avant une journée de mobilisation internationale de la jeunesse en faveur du climat le 15 mars, lancée par l'adolescente suédoise Greta Thunberg.

- Avec l'Agence France-Presse

Photo François Roy, La Presse

Sara Montpetit, une des organisatrices de la manifestation.