De nombreux citoyens de Rosemont–La Petite-Patrie se sont transformés en jardiniers au cours des dernières années, un mouvement qui a pris une telle ampleur que l’arrondissement a décidé de les épauler.

Nicolas Bourcier
La Presse

Pour appuyer les jardiniers en herbe, l’arrondissement a créé Faites comme chez vous, un programme avec une carte interactive qui regroupe les initiatives citoyennes : verdure autour des arbres (carrés d’arbres), ruelles vertes, saillies de trottoirs et jardins de rue.

Une version de la carte simplifiée, épurée et accessible sur téléphone intelligent sera lancée au début du mois de juillet. Les citoyens-jardiniers peuvent y choisir l’endroit qu’ils souhaitent verdir et ensuite partager une photo de leur réalisation.

« La plateforme explique quels espaces publics peuvent être verdis et les règles à respecter », dit la porte-parole responsable du projet dans Rosemont–La Petite-Patrie, Marie-Claude Perreault.

Citoyens impliqués, arrondissement en santé

À son arrivée dans le quartier, dans les années 90, les trottoirs étaient asphaltés, se souvient Claude Perreault, citoyen-jardinier impliqué dans sa communauté. La Ville a retiré des segments de bitume pour y mettre du gazon entretenu par les cols bleus. Trop coûteux en entretien, le gazon a été laissé à l’abandon.

Depuis qu’il est à la retraite, Claude Perreault a entrepris d’occuper l’espace public avec de la verdure. Il a transformé sa rue en une pépinière urbaine. Il entretient 51 carrés d’arbres qu’il a aménagés avec plus de 250 espèces de végétaux.

La verdure apaise, croit Claude Perreault. Elle absorbe le bruit et dégage des arômes floraux agréables. Pour lui, les avantages du verdissement sont nombreux.

Les carrés appartiennent à l’arrondissement et n’importe qui peut les utiliser, locataires comme propriétaires.

Claude Perreault, citoyen-jardinier

L’arrondissement ne peut pas utiliser des végétaux qui ont besoin de beaucoup de soins. Ça restreint donc les possibilités, explique M. Perreault. Mais avec l’implication des citoyens, tout est possible.

Ils sont plusieurs comme Claude.

« On n’a rien inventé, c’est parti des citoyens eux-mêmes, a déclaré la porte-parole de Rosemont–La Petite-Patrie. On a décidé d’emboîter le pas et d’encadrer le mouvement avec une plateforme web. »

Coup de pouce (vert)

Les gens inscrits sur la plateforme peuvent recevoir des végétaux gratuitement au printemps, explique Marie-Claude Perreault. Ils indiquent l’espace qu’ils verdissent et le type d’ensoleillement et, en fonction de certains critères, l’arrondissement leur fournit les plantes adéquates. Les citoyens peuvent aussi faire des demandes spécifiques, explique la porte-parole. Ce n’est toutefois qu’un coup de pouce de départ, les gens doivent fournir le reste des végétaux.

Dans le cas d’un projet de ruelle verte, la première année est consacrée au verdissement. « Dans les années subséquentes, on peut leur faire des suggestions de matériel pour l’animer avec des pochoirs au sol, des jeux, etc. », a énuméré la porte-parole de l’arrondissement.

Pour l’aménagement de jardins de rue, l’arrondissement offre une expertise professionnelle et l’équipement requis (conteneur pour l’asphalte, outils, fermeture de rue, etc.).

Il faut que ça perdure, que les gens acceptent de s’en occuper jusqu’à ce que les vivaces repoussent année après année.

Marie-Claude Perreault, porte-parole responsable du projet dans Rosemont–La Petite-Patrie

« Ça a permis de donner une bonne visibilité à ce genre de projet, explique Karine Sanssouci, résidante de l’arrondissement au début du programme, en 2015, qui habite maintenant sur le Plateau Mont-Royal. Il y a vraiment eu un impact sur la rue : les gens se sont mis à planter plus de fleurs et à se parler davantage. En ayant accès à des exemples publiés par d’autres résidants sur la plateforme, plus de gens se sont joints au mouvement. »

« Il y a une prise en charge par la collectivité, c’est vraiment beau à voir ! », conclut Marie-Claude Perreault.

Consultez le site de Faites comme chez vous