Crasseux, dégoûtants, et surtout, hyper polluants : les mégots de cigarettes sont bourrés de produits toxiques et peuvent mettre jusqu’à 10 ans à se décomposer. Au printemps dernier, la Ville de Montréal a lancé une offensive pour les faire disparaître de l’espace public. Nos journalistes se sont penchés sur la question… et sur le trottoir pour mesurer l’ampleur du fléau.

Émilie Bilodeau Émilie Bilodeau
La Presse

Martin Tremblay Martin Tremblay
La Presse

« C’est dégueulasse ! », s’exclame un passant en nous voyant – reporter et photographe – accroupis au sol à ramasser des mégots de cigarettes.

Munis de gants de plastique et d’un grand seau blanc, nous nous sommes fixé l’objectif de ramasser le plus de mégots possible, en cinq heures. Notre parcours de trois kilomètres nous mènera devant le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), dans le Vieux-Montréal, près d’une station de métro et dans le Quartier des spectacles, notamment.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Notre point de départ : la rue Sainte-Catherine, à l’angle du boulevard Saint-Laurent. Rapidement, nous constatons qu’il sera toutefois impossible de ramasser TOUS les mégots qui traînent au sol si nous voulons compléter l’itinéraire en cinq heures. Des cigarettes sont abandonnées sur les trottoirs, dans la rue, sous les bancs publics et même dans les plates-bandes qui sont censées embellir l’arrondissement de Ville-Marie.

La Ville de Montréal n’avait visiblement pas tort quand elle a lancé au printemps une campagne de publicité appelée Mégoïsme, pour s’attaquer à ce qu’elle considère comme un « enjeu environnemental majeur ».

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Après 500 mètres parcourus en « petit bonhomme », on arrive devant un panneau sur le pavillon Hubert-Aquin de l’UQAM qui indique qu’il est interdit de fumer à neuf mètres de la porte principale. Pourtant, une dizaine de mégots sont abandonnés dans la zone proscrite où se trouve aussi un cendrier.

Lyne Laviolette et sa collègue grillent justement une cigarette sur un banc de la rue Sainte-Catherine. Les deux sont employées à l’université. Les femmes discutent quand, soudain, l’une d’elles lance sa cigarette quelques mètres plus loin.

« Tout le monde le fait. Moi, aussi je le fais », se défend la collègue de Mme Laviolette.

« Chez mes amis, j’éteins ma cigarette et je la range dans mon paquet. Chez moi, je l’écrase dans un cendrier. Mais au centre-ville, je la lance par terre », explique celle qui préfère garder l’anonymat.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

En poursuivant notre chemin rue Saint-Denis vers le sud, nous croisons deux employés d’une brigade de la propreté qui s’affairent à nettoyer certains quartiers de l’arrondissement. Tandis qu’ils poussent un gros chariot chargé d’une poubelle et de balais, ils nous regardent, éberlués.

« Qu’est-ce que vous faites ? », demande l’homme.

En entendant notre réponse, les travailleurs sourient.

« On ramasse deux sacs à ordures de mégots par jour », explique Rochelle, elle-même fumeuse. Elle admet qu’elle ne jette plus de mégots par terre depuis qu’elle travaille à la propreté de la Ville.

Son collègue poursuit : « Les fumeurs représentent 20 % de la population, mais ils produisent 80 % des déchets qu’on ramasse. C’est ça, la réalité. »

Nous reprenons notre chemin vers le CHUM où des travailleurs de la construction se sont aménagé un espace pour prendre leur pause et pour fumer leurs cigarettes, mais… il n’y a pas de cendrier. En quelques minutes, 319 bouts de cigarettes seront ramassés.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

« Ouin, faudrait bien qu’on se trouve une vieille boîte de conserve », convient un ouvrier.

Dans les fenêtres de l’hôpital, de gros autocollants mettent en garde les fumeurs : « ton mégot par terre, c’est 102 $ en l’air ». Pourtant, le trottoir et le bord de rue sont infestés de mégots. Entre l’entrée de la rue De La Gauchetière et celle de l’avenue Viger, nous dénombrons 635 mégots, dont 78 qui traînent sur le terrain de l’hôpital, à moins de deux mètres de la porte. Trois cendriers se trouvent sur cette distance.

« C’est trop ! », s’exclame Claude Lapointe, adjoint à la directrice des ressources humaines du CHUM, quand nous lui présentons ces chiffres, au téléphone. « Ça devrait être zéro. »

Au printemps 2018, la Ville de Montréal a installé 23 cendriers autour de l’hôpital universitaire pour éviter que des cigarettes se retrouvent au sol. Des inspecteurs ont aussi visité les pourtours de l’établissement pour remettre des constats d’infraction aux contrevenants. Mais leur présence a eu des effets de courte durée.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

« L’inspecteur est venu, il a donné des amendes, il y a eu un effet de bouche-à-oreille et à partir de ce moment, les gens ont fait plus attention. Puis, ça s’est relâché. »

Claude Lapointe, adjoint à la directrice des ressources humaines du CHUM

« Nos agents de sécurité, même quand ils essaient de demander aux gens de ne pas fumer devant les portes du centre de cancérologie, ils se font envoyer promener. Ce n’est pas tout le monde qui fait ça, mais il y a des purs et durs. »

Des mégots, encore et encore 

À notre surprise, le secteur fréquenté de la rue Notre-Dame dans le Vieux-Montréal compte (un peu !) moins de mégots au sol. Peut-être qu’une brigade de la propreté a balayé juste avant notre passage.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Nous marchons devant les bureaux de La Presse (où deux mégots traînent devant la porte) pour nous diriger vers le métro Place-d’Armes. La grande place devant la station nous donne du fil à retordre. Il y a des mégots, des déchets de toutes sortes et de nombreuses taches de liquide séché.

Un pompier nous voit et sort de sa caserne. Il nous offre un balai et une pelle à poussière. Le luxe !

Quatre heures après notre départ et 4071 mégots plus loin, nous arrivons au complexe Desjardins. La façade du boulevard René-Lévesque arbore 10 cendriers. Mais encore là, plusieurs fumeurs ne s’en servent pas.

D’une pichenette, une femme envoie sa cigarette sur le sol alors qu’un cendrier se trouve à trois mètres d’elle. « Il faudrait que le cendrier soit là », dit-elle en pointant à ses pieds.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Sur le trottoir, dans les plates-bandes et en bordure de la chaussée devant le complexe Desjardins, nous ramassons quelque 600 mégots. En visitant l’espace réservé aux fumeurs du côté de la rue Jeanne-Mance, nous en ajoutons 120 à notre seau et en laissons autant, sinon plus, sur le sol.

« Les mégots, c’est une plaie pour tous les immeubles et probablement pour les villes aussi, souligne Valérie Lamarre, porte-parole du Mouvement Desjardins, propriétaire de l’édifice. Avec l’achalandage qu’on a au complexe, on ne fait pas exception. On est bien au courant que c’est un problème. »

Cinq fois par jour, des employés de l’immeuble ramassent les déchets qui se trouvent aux alentours du bâtiment. Celui-ci abrite des bureaux, des magasins et il donne accès au métro et au réseau sous-terrain de la Ville.

Nous nous dirigeons de l’autre côté du complexe Desjardins, dans le Quartier des spectacles où le Festival de jazz vient de se terminer et où le nettoyage est fraîchement effectué. Nous y trouvons 529 mégots sur le trottoir, côté sud, de la rue Sainte-Catherine, mais aucun cendrier.

Dans son programme intensif de la propreté, l’arrondissement Ville-Marie a ciblé cinq secteurs jugés « prioritaires ». « Le Quartier des spectacles n’en fait pas partie, dit Gabrielle Fontaine-Giroux, chargée de communications à la Ville de Montréal. Il n’est donc pas ciblé dans le projet pilote qui vise l’installation de cendriers urbains. »

Une équipe d’entretien veille toutefois à la propreté des lieux et quand il y a des évènements, c’est le promoteur qui doit nettoyer le secteur.

Mme Fontaine-Giroux rappelle que les mégots représentent 30 % des déchets retrouvés sur le domaine public. « La propreté et l’embellissement [de la Ville] sont une responsabilité commune, chacun doit faire sa part. »

Enfin ! Nous revoilà à notre point de départ. Notre seau est presque rempli. Un, deux, trois… Un par un, nous comptons tous les mégots pour arriver à un total de… 5320 bouts de cigarettes. En cinq heures.

Imaginez une année.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

En chiffres

3 milliards : nombre de cigarettes fumées, annuellement, à Montréal

18,3 % : proportion de fumeurs chez les 12 ans et plus au Québec

30 % : proportion des mégots sur l’ensemble des déchets trouvés au sol

459 719 : nombre de mégots recyclés par la Ville de Montréal entre avril et novembre 2018. Ceux-ci auraient pu contaminer 230 millions de litres d’eau, soit 92 piscines olympiques.

218 : nombre de cendriers dans l’arrondissement Ville-Marie

* Sources : Ville de Montréal, Société pour l’action, l’éducation et la sensibilisation environnementale de Montréal et Direction générale de la santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux.

5320 mégots en 5 heures

10 h : Départ angle Sainte-Catherine et Saint-Laurent

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

466

10 h 35 : Notre journaliste et notre photographe ramassent 466 mégots rue Sainte-Catherine, entre Saint-Laurent et Saint-Denis. Plusieurs d’entre eux se trouvent dans le grillage au pied des arbres.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

651

10 h 55 : Le long du pavillon Hubert-Aquin à l’UQAM, nous ramassons au moins 185 mégots, dont quelques-uns près de la porte principale, un endroit où il est interdit de fumer.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

1416

11 h 20 : Devant le CHUM, il y a au moins 500 mégots (et 3 cendriers !) sur les 110 mètres qui séparent l’entrée de la rue De La Gauchetière de celle de l’avenue Viger. D’ailleurs, 78 bouts de cigarettes traînent juste au pied de la première porte.

1973

11 h 30 : Angle Saint-Denis et Saint-Antoine

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

2863

12 h 15 : Le Vieux-Montréal nous semble un peu plus propre que d’autres secteurs, mais une brigade de la propreté vient peut-être d’y passer un coup de balai. Cela dit, plusieurs mégots sont abandonnés devant le palais de justice. Deux petits bouts de cigarettes sont aussi trouvés près de la porte d’un CPE.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

3928

13 h : Les 350 mètres entre La Presse et le métro Place-d’Armes nous permettent de faire une récolte abondante. Les carrés d’arbres devant le Palais des congrès sont remplis de vieilles cigarettes. La grande place en face du métro est également parsemée de mégots et de déchets de toutes sortes.

4071

13 h 20 : Angle Saint-Urbain et René-Lévesque

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

4791

14 h 15 : Devant la façade du complexe Desjardins du boulevard René-Lévesque, il y a six cendriers. Pourtant, nous y trouvons des mégots par centaines. Même scénario dans la zone réservée aux fumeurs du côté de la rue Jeanne-Mance. À ces deux endroits, nous ramassons un total de 720 mégots et nous en laissons sûrement autant au sol.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

5320

15 h : Lors de notre passage, le Festival de jazz vient de se terminer et le nettoyage du Quartier des spectacles est fraîchement fait. Nous y trouvons pourtant plus de 500 mégots, surtout devant l’entrée du complexe Desjardins, rue Sainte-Catherine. Fait à noter, les cendriers sont rares dans ce secteur très fréquenté.

« Un déchet hyper polluant »

« C’est un chiffre énorme, 5320 mégots », se désole Marie Chatard, porte-parole de la Société pour l’action, l’éducation et la sensibilisation environnementale de Montréal (SAESEM). L’organisme récupère les mégots dans 620 cendriers appartenant à la Ville. Ceux-ci sont envoyés à une entreprise torontoise qui transforme le papier et le tabac en compost industriel et les filtres en mobilier urbain.

Parce qu’un mégot de cigarette, en plus de constituer de la pollution visuelle, ça pollue l’environnement.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Une employée nettoie les cendriers municipaux destinés au recyclage des mégots.

Des études démontrent qu’un mégot à lui seul peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau et peut mettre jusqu’à 10 années à se décomposer (1). Des chercheurs ont également démontré que les mégots, qui se retrouvent souvent dans les égouts et les cours d’eau, sont nocifs pour de nombreux organismes vivants (2).

« C’est un déchet qui est hyper polluant, soutient Mme Chatard. Le filtre en plastique est conçu pour retenir les produits chimiques et toxiques. Quand on jette un mégot par terre, tout ça se retrouve dans l’environnement. »

VOYEZ le site de la Ville de Montréal

LISEZ l’étude (en anglais)