Source ID:9516778d0d223d849ec4d3d0ac29b7af; App Source:StoryBuilder

Enquête

D'ex-élèves d'un prof de yoga dénoncent le «champion de l'utérus»

Une trentaine d'anciens clients - surtout des femmes - affirment qu'un professeur de yoga du Plateau Mont-Royal se servait de son école pour abuser des gens. Les plus accusateurs disent avoir été exploités, violentés, bernés, manipulés sexuellement et pressés de quitter leur conjoint. Tout ça, au nom de leur éveil spirituel.

Luiza Axioti n'avait plus rien - « rien de rien », dit-elle. « Mon lit, c'était un petit sofa dans la salle de yoga. Dans la salle de lavage, il y avait deux tablettes. En haut, j'ai mis mes t-shirts ; en bas, j'ai mis mes pantalons de yoga. C'est tout. »

L'ex-jardinière de 38 ans venait de vendre tout le contenu de son appartement et d'abandonner son poste à la Ville de Montréal. « Patrick voulait que je cuisine gratuitement pour l'école, soutient-elle. En sortant de là, j'avais vidé mes fonds de pension. J'avais 25 000 $ de dettes sur mes cartes et marges de crédit. J'avais quitté un emploi à 60 000 $... »

Une deuxième élève couchait sur la table de massage du studio, dit-elle, tandis qu'une troisième dormait souvent à même le sol, devant la chambre de leur professeur.

L'homme que Luiza accuse de l'avoir exploitée se nomme Patrick Salibi, 40 ans. Professeur de yoga, « guérisseur » autoproclamé et ex-culturiste, friand du marketing sur les réseaux sociaux. 

Depuis 10 ans, des centaines d'élèves ont fréquenté son studio du boulevard Saint-Joseph, dans le Plateau Mont-Royal : Ostéoyoga Montréal. Sa méthode de yoga - censée « permettre d'être son propre ostéopathe » a beaucoup plu à de nombreux élèves.

Mais ses formations et « traitements » complémentaires ont souvent servi à profiter des gens, allèguent 28 ex-clients interrogés par La Presse au cours des dernières semaines.

La chorégraphe Geneviève C. Ferron, la poète Marie-Élaine... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

La chorégraphe Geneviève C. Ferron, la poète Marie-Élaine Guay, 
la chanteuse Ariane-Zita Pouliot Castonguay et la professeure 
de yoga Vanessa DL Dion-Lirette, qui n'ont été ni des élèves ni des victimes de Patrick Salibi, ont créé une page Facebook pour le dénoncer.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le 30 janvier, quatre féministes n'ayant jamais été clientes de Patrick Salibi ont créé une page Facebook - « Safe-Yoga » - pour sonner l'alarme.  Elles étaient indignées par ce qu'il écrivait sur le web. Sur Safe-Yoga, elles le décrivent comme « un être dangereux qui tient des propos haineux et homophobes envers les femmes ». Elles ont ensuite reçu des dizaines de messages, qui ont accentué leur inquiétude.

Six anciens clients nous ont parlé à visage découvert, en plus de Luiza Axioti. Les autres ne veulent pas être nommés, de crainte de représailles de la part de Patrick Salibi ou de son entourage.

Au début de février, le professeur de yoga s'est volatilisé. Son blogue, ses vidéos et ses trois sites internet ont été mis hors ligne. Ses comptes Facebook, Instagram, YouTube et LinkedIn ont disparu. Sa ligne téléphonique professionnelle a été désactivée. Ni lui ni ses proches n'ont répondu à nos nombreux appels et courriels.

Des « bombes »

Par deux fois, le dossier d'Ostéoyoga Montréal a abouti au Collège des médecins, qui a reçu les déclarations de cinq ex-élèves en 2017, puis, cette année, des extraits de ce que Patrick Salibi publiait sur l'internet ou ailleurs.

Le professeur de yoga y prétend être un « docteur », « un homme de médecine », le « seul à pouvoir guérir ». Il écrit que « la maladie n'existe pas ». Mais prédit une « maladie grave » aux femmes qui ignorent les « lois de la nature ».

Le Collège ne peut indiquer à ce stade s'il fera sa propre enquête. Dans un courriel du 19 février - qu'une plaignante a transmis à La Presse -, le responsable des enquêtes en exercice illégal de la médecine, Marc Legault, a répondu ceci : « En tant que policier retraité [...], je suis convaincu que M. Salibi doit être enquêté par la police. »

Luiza Axioti allègue que son professeur l'a battue dans sa salle de bains, la couvrant d'ecchymoses et de morsures. Et qu'elle a dû signer un démenti pour rester dans le groupe. « Après, j'avais tellement honte. J'ai eu des idées suicidaires. Il m'avait fait tant de promesses. Je me disais que je ne valais rien pour qu'il me traite comme ça, que je ne devrais juste pas exister, alors oublie ça, aller à la police... »

Les membres de longue date convainquent les recrues que leur maître agit pour leur bien, affirment de nombreuses élèves. « Patrick appelle ça de la "médecine" et elles le croient à 100 %. Elles pensent appartenir à une élite », affirme l'une d'elles.

Chloé Mercedes, qui a quitté le cégep pour suivre Patrick Salibi, écrit sur Facebook qu'il « est un homme digne et a un coeur immense ».

La femme de 24 ans l'a pourtant poursuivi en 2016, lui reprochant de l'avoir frappée et filmée nue pour la forcer à payer la totalité de sa formation de yoga, alors qu'il l'en avait renvoyée à mi-chemin. (L'affaire a été réglée à l'amiable.)

« On ne frappe pas une femme », lui avait-elle écrit l'année précédente, dans un échange de textos déposé en cour.

« Tu n'auras pas d'excuses. Je "frappe" ma soeur si elle est "messed up" [perturbée] sur les drogues ou perdue », a répondu Patrick Salibi.

Plusieurs femmes soutiennent avoir été souvent humiliées. « Il a convaincu une fille de mimer un strip-tease, pour ensuite nous crier pendant tout l'avant-midi qu'on était toutes des putes et des salopes. J'étais paralysée », affirme l'une d'elles. Deux autres ex-élèves nous ont raconté la même scène.

« Quand les bombes se mettent soudain à sauter, tu es désarmée, expose Luiza Axioti. Ton cerveau espère que ça redevienne comme avant - quand c'était juste du bon vieux yoga et qu'on pouvait se confier. Parce que, oui, c'était comme ça au départ. Si ç'avait été malsain tout de suite, je ne me serais jamais retrouvée là. »

« Respecte le pénis »

« Je suis devenu le champion mondial incontesté de l'utérus. Et rien ne peut m'arrêter. » Patrick Salibi a publié cette phrase sur son ancien compte Instagram.

Luiza Axioti soutient qu'il a eu des relations sexuelles avec elle et avec d'autres élèves. Il clamait que son sexe était « purifiant », dit-elle. « Selon lui, les hommes avec qui une femme a couché lui dictent tous son chemin et elle est confuse. Il faut la libérer de tous ces démons intérieurs. »

Luiza Axioti allègue que le professeur de yoga... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Luiza Axioti allègue que le professeur de yoga Patrick Salibi l'a battue dans sa salle de bains, la couvrant d'ecchymoses et de morsures.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Le soir de ses 37 ans, Patrick Salibi l'a entraînée sur sa table de traitement, affirme la Montréalaise. « Je ne dirais pas qu'il m'a forcée. Mais, la manière dont ça s'est passé, ce n'est pas ce que j'aurais voulu. Il m'a dit qu'il était en train de faire un exorcisme. »

Patrick Salibi a inscrit le thème « magie noir [sic], magie blanche, et sexualité » au programme officiel de sa « formation professorale », que nous avons obtenu.

Sur Instagram, ses publications se terminaient souvent par les mots-clics #respectelepénis (respectthedick), #guérison de l'utérus et #tantrahealing.

Le premier grand « principe » d'Ostéoyoga Montréal est énoncé dans une brochure obtenue par La Presse : la femme doit « être un réceptacle. Écouter. Se laisser pénétrer. Sans contrôler ».

Le même document présente son « Service spécialisé de Guérison et d'activation de l'utérus » à 1170 $ comme un « traitement ostéopathique » permettant « l'activation des énergies [...] vivant dans les profondeurs du corps de chaque femme ».

« Roulé en boule »

Pour se rapprocher de Patrick Salibi, ses recrues devaient tout abandonner, sous divers prétextes, soutiennent d'anciens élèves.

Le couple ? Une prétendue invention des femmes pour asservir les hommes. Au moins deux élèves ont été bannies pour avoir refusé de quitter leur conjoint, affirment l'une d'elles et une demi-douzaine d'anciennes camarades.

Plusieurs affirment que Patrick Salibi leur disait de ne pas lire et que les femmes qui gagnent de l'argent se « prostituent ». « En encourageant les femmes à décrocher ce qu'elles veulent », la société provoque « des maladies hormonales et autres pathologies », clamait le prétendu guérisseur sur l'un de ses anciens sites internet.

Une élève, mère seule, a quitté son poste d'ergothérapeute dans un centre de santé. La directrice adjointe de l'école, l'ex-comédienne Brigitte Pogonat, a renoncé à sa carrière, il y a quelques années, écrivant plus tard sur Facebook : on ne peut devenir star sans « commettre des actions contre nature » et se faire rattraper par « une maladie ou une douleur immense ».

Plusieurs ex-élèves de Patrick Salibi affirment avoir plutôt travaillé d'arrache-pied pour traduire gratuitement son livre de 275 pages, alimenter son site internet, faire rouler son école, recruter des élèves et cuisiner pour lui et tous ses invités.

« Les filles étaient amoureuses et voulaient servir quelque chose de plus grand qu'elles-mêmes », dit l'une d'elles, qui a quitté le groupe après cinq ans.

« Si tu ne te sens pas importante dans la vie, il va jouer avec ça, te donner le sentiment que tu l'es. On devient accro... [Pour garder son attention], il faut que tu en fasses toujours plus. »

Les conférences de Patrick Salibi portaient entre autres sur la douleur, l'anxiété, l'hypersensibilité et la « confusion ». Il y faisait la promotion de ses cours de yoga et « traitements » individuels.

« Pendant les cours de yoga, il y avait du monde qui criait et du monde qui pleurait, roulé en boule, affirme une femme qui est allée à trois séances. On te faisait sentir que tu n'avais rien compris à la pratique si ça ne t'arrivait pas ! Que pour comprendre, il fallait acheter le livre de Patrick, s'inscrire aux conférences de Patrick et participer à des séminaires très chers. »

« Exigences illégales »

Une ex-élève de 46 ans s'est violemment frappé la tête en glissant sur la glace du mont Royal, en 2017. « J'avais une partie de la face bleue. Mais il ne voulait pas qu'on aille voir de médecin ni qu'on prenne de médicaments ou produits naturels : rien », affirme la traductrice, qui avait déboursé plus de 5000 $ pour s'inscrire à l'une de ses « formations professorales » annuelles.

Elle soutient en avoir été renvoyée après sept mois, pour avoir refusé de procéder au lavement du côlon quotidien que Patrick Salibi exigeait d'elle.

Le propriétaire d'Ostéoyoga Montréal faisait signer à tous les participants un contrat lui donnant le droit de les expulser et de garder 100 % de leur paiement s'ils ne transformaient pas leur façon de vivre suffisamment à son goût.

La Presse a obtenu ce contrat : obligation de devenir végétalien. Interdiction d'avaler café ou alcool. Interdiction de mener toute autre pratique spirituelle et d'essayer sans son aval tout autre mode de guérison.

« Ces exigences sont illégales. Notre liberté de conscience et notre vie privée sont protégées par la Charte québécoise des droits et libertés », indique Me Luc Thibaudeau, associé chez Lavery avocats et expert en droit de la consommation.

Dans son contrat, Patrick Salibi précisait par ailleurs que sa formation pouvait « déclencher des souvenirs ou émotions traumatiques ». Et qu'il se déchargeait de toute responsabilité, dans le cas où un participant serait « blessé physiquement, mentalement, émotivement ».

Il y a aussi déjà écrit que ses élèves recevraient une accréditation de « Yoga thérapie Québec ». Or, cette association n'existe pas, affirme le président de la Fédération francophone de yoga, Swami Sai Shivananda.

Après avoir reçu des plaintes, son organisation a radié le centre de Patrick Salibi pour « pratiques sectaires » en 2017. « Son programme était très intolérant », justifie M. Shivananda.

Patrick Salibi demeure toutefois membre de la Canadian Yoga Alliance, qui regroupe près de 2000 professeurs de yoga canadiens. « Nous n'avons reçu aucune plainte à propos de Patrick Salibi ou d'Osteoyoga ou de ses professeurs [...] Ils ont traversé un processus de demande rigoureux et avaient plus que la formation et l'expérience nécessaires pour s'enregistrer chez nous », affirme l'organisme dans un courriel envoyé à La Presse.

« Un génie refoulé »

Sur son ancien site internet, Patrick Salibi disait avoir « soif de destruction » et être habité par un « chaos pur ». Il se présente comme « un génie refoulé », devant « gouverner l'humanité » - qui serait, sans lui, « ennuyeuse et vide ».

« Mon ego est tellement assoiffé... Ça me fait peur, dit-il. Je ne veux pas de gloire si je ne peux pas avoir la gloire absolue. »

À LIRE DEMAIN

La suite de l'enquête - Yoga: une expansion anarchique




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer