Source ID:2e5a6880-31ea-4ac5-94c6-e7404028965b; App Source:alfamedia

Les mirages de la «jeune millionnaire» Éliane Gamache Latourelle

Aidée par la plume et les contacts de... (Photo Caroline Langevin, tirée du site web de la chambre de commerce de Magog-Orford)

Agrandir

Aidée par la plume et les contacts de l'auteur Marc Fisher, Éliane Gamache Latourelle a lancé en 2014 le livre La jeune millionnaire, son histoire, celle d'une pharmacienne, propriétaire de cinq pharmacies, partie avec « moins 20 000 $ » comme elle l'a écrit et répété aux médias, et devenue millionnaire avant ses 30 ans.

Photo Caroline Langevin, tirée du site web de la chambre de commerce de Magog-Orford

Depuis la publication de La jeune millionnaire en 2014, Éliane Gamache Latourelle est une conférencière convoitée. Son histoire, celle d'une pharmacienne devenue millionnaire à 30 ans, a séduit des milliers de personnes. Mais sous les apparences se cachait une femme vivant à crédit et croulant sous les dettes, qui a laissé des associés et des clients déçus et désenchantés par la « fausse représentation » dont ils s'estiment victimes.

C'était à l'automne 2014. La salle de réception du Ritz était bondée de visages connus. Sous les chandeliers, les serveurs chargés de plateaux circulaient parmi les vedettes du showbiz et du monde des affaires ; ici le millionnaire Luc Poirier, là-bas le dragon Serge Beauchemin. Plus loin, Julie du Page, Anne-Marie Losique, Kim Lizotte et Mireille Deyglun souriaient pour les caméras tandis qu'au lutrin sur la petite estrade, l'animatrice Isabelle Maréchal se préparait à présenter l'héroïne du jour : une blonde à peine trentenaire du nom d'Éliane Gamache Latourelle.

Aidée par la plume et les contacts de l'auteur Marc Fisher, elle lançait en grande pompe, ce soir-là, le livre La jeune millionnaire, son histoire, celle d'une pharmacienne, propriétaire de cinq pharmacies, partie avec « moins 20 000 $ » comme elle l'a écrit et répété aux médias, et devenue millionnaire avant ses 30 ans.

L'histoire était séduisante, mais était-elle véridique ? Une douzaine de témoignages recueillis par La Presse démontrent le contraire.

Ariane Leduc, qui a racheté en avril 2017 L'Activatrice, l'entreprise de coaching d'affaires de la pharmacienne, est tombée des nues en ouvrant ses livres. Selon les états financiers consultés, l'entreprise avait enregistré une perte nette de 52 196 $ en 2015, un an après sa création.

« J'ai compris que j'avais acheté une coquille vide, bourrée de dettes, de soldes de crédit impayés et de clients furieux d'avoir déboursé 5000 $ pour des services qu'ils n'avaient pas obtenus », déplore l'entrepreneure.

« UNE FEMME TRÈS CONVAINCANTE ET TRÈS CONVAINCUE »

« J'écris ce livre pour les jeunes femmes talentueuses qui veulent un modèle de réussite autre que des... hommes d'un certain âge », affirme Éliane Gamache Latourelle dans son livre, un argument de vente qui lui a valu de se retrouver aux micros de Benoit Dutrizac et de Denis Lévesque et qui lui a ouvert la porte du monde lucratif des conférences d'affaires.

La jeune millionnaire, d'Éliane Gamache Latourelle et de Marc... (Image fournie par UN MONDE DIFFÉRENT) - image 2.0

Agrandir

La jeune millionnaire, d'Éliane Gamache Latourelle et de Marc Fisher

Image fournie par UN MONDE DIFFÉRENT

La « jeune millionnaire » en a profité pour attirer l'attention d'une clientèle féminine, jeune, inexpérimentée, mais enthousiaste et prête à débourser 5000 $, le prix d'entrée pour un an de coaching à L'Activatrice. Quant à celles qui manquaient de moyens, mais pas d'ambitions, elles pouvaient toujours s'inscrire au programme EDR - Entrez et devenez riche - offert par la femme d'affaires au prix de 150 $ pour la journée.

Ariane Leduc et son conjoint Maxime Lachapelle, deux jeunes entrepreneurs dans la trentaine, ont découvert la pharmacienne à l'émission de Denis Lévesque. Charmés par cette jeune femme pleine d'aplomb, ils l'ont contactée par Facebook et ont payé 350 $ pour la rencontrer pendant une heure. Elle leur a demandé d'ouvrir leurs livres. « On a tout déballé : la valeur de nos REER, nos placements, nos économies. Elle disait que c'était pour faire notre bilan financier, mais on soupçonne que c'était aussi pour voir l'état de nos liquidités », affirme Ariane Leduc.

La première rencontre a été suivie d'une consultation de 500 $ pour trois heures. « Éliane nous a assurés que ce montant serait déduit si on prenait un coaching annuel avec elle. Le coaching coûtait 5000 $. On était flattés qu'elle nous l'offre. On avait une confiance aveugle en elle et on était convaincus qu'elle allait nous aider à faire notre premier million. Les premières rencontres étaient pertinentes, mais plus le temps passait, moins c'était le cas. C'était décevant vu l'argent qu'on avait payé, mais on n'osait pas se plaindre de peur qu'elle ne se fâche », avoue l'entrepreneure.

La clientèle de la jeune millionnaire était constituée, entre autres, de jeunes femmes, en période de transition et souvent vulnérables. Selon sept d'entre elles, la pharmacienne jouait sur leurs faiblesses, leur répétant qu'elles étaient « capables », mais se fâchant si elles ne suivaient pas ses conseils.

Pendant que la pharmacienne conseillait ses jeunes clientes pour les aider à lancer leur entreprise, elle faisait aussi pression sur elles pour qu'elles investissent dans ses projets à elle, soutiennent-elles.

« Éliane parle bien. Elle trouve toujours les bons mots pour te convaincre et comme elle s'adresse à des gens qui veulent vraiment réussir, elle arrive à ses fins surtout quand elle manque de fonds et veut te convaincre d'investir à sa place », dit Amélie Fortin, fille d'un riche propriétaire d'une usine de congélation de bleuets à Chicoutimi.

Sur les conseils de la pharmacienne, Amélie Fortin a déménagé à Montréal et payé 5000 $ pour devenir une Activée. Puis la pharmacienne l'a convaincue d'investir son temps et son argent dans le Shack Santé, un bar à suppléments, ouvert au DIX30 par Joey Scarpellino, l'ex-mari et ex-associé de la pharmacienne.

Mme Fortin y a remplacé, à titre de gérante et d'associée, l'entraîneur Cowan Austrie, chassé de son poste par Éliane Gamache Latourelle, selon un recours déposé au palais de justice de Montréal.

« Stress, pertes financières, chantage émotif, j'étais rendue que ça me stressait rien que de recevoir un texto d'Éliane. Plus le temps passait, plus je me rendais compte de sa mauvaise influence sur moi », affirme Amélie Fortin qui, depuis, est retournée vivre au Saguenay. Elle y a lancé sa marque de produits de beauté à base de fruits tout en demeurant copropriétaire avec Joey Scarpellino du seul Shack Santé existant : celui de Chicoutimi.

« Éliane est une femme très convaincante et très convaincue. Elle donne l'apparence d'être organisée et d'avoir un plan défini. Elle aime se faire passer pour une sauveuse, mais en réalité, elle n'est pas là où elle prétend être. Son grand talent, c'est de repérer des gens qui traversent des périodes difficiles et d'exploiter leur vulnérabilité », affirme une ex-cliente qui tient à rester anonyme en raison d'une entente de confidentialité. Elle se félicite aujourd'hui de ne pas avoir fourni les 20 000 $ que lui demandait la jeune millionnaire pour les investir dans un système de bracelet, inspiré du principe du time-sharing.

Être propriétaire dudit bracelet donnait accès, plusieurs fois par année, à une formule tout inclus dans un complexe hôtelier de luxe en République dominicaine.

SYSTÈME DE BRACELET

La nutritionniste Anne-Josie Roy a investi 13 000 $ dans le bracelet du complexe hôtelier après que la pharmacienne lui a fait miroiter qu'à sa revente, le bracelet vaudrait au bas mot 100 000 $. Lorsque le projet est tombé à l'eau, la nutritionniste n'a réussi à se faire rembourser que la moitié de la somme. « J'ai beaucoup évolué cette année-là », ironise-t-elle.

Marie-Pierre Brien d'Amos a perdu 17 000 $ dans l'aventure du bracelet hôtelier. À l'époque, elle avait 22 ans et rêvait de se lancer dans l'évènementiel.

Elle a suivi les formations d'Éliane Gamache Latourelle pendant un an. « Au début, ça m'a aidée à voir où je voulais m'en aller, mais vers la fin, je sentais énormément de pression de sa part pour que j'investisse dans son système de bracelet que j'ai payé avec ma carte de crédit et que j'ai mis des années à rembourser. »

Entre-temps, la pharmacienne lui a demandé d'organiser l'ouverture du Shack Santé du DIX30 sous prétexte que ça l'aiderait à se faire un nom dans l'organisation d'évènements. La jeune femme était prête à travailler gratuitement. Elle ignorait qu'en plus, elle serait obligée de payer le champagne et le tapis rouge pour la centaine d'invités.

L'auteure et conférencière Marie-Ève Lamontagne n'a subi aucune perte financière, mais admet qu'elle a failli perdre ce qui lui restait d'estime de soi au contact d'Éliane Gamache Latourelle.

En plein questionnement existentiel à la suite d'une dépression, Marie-Ève Lamontagne a offert ses services à la pharmacienne. Elle lui a organisé des dîners-conférences à 150 $ par personne au Ritz, au Toqué ! ou dans des restos du DIX30. « Elle me payait le jour de l'évènement et me donnait 40 % des recettes de la porte, un montant honnête, mais qui ne couvrait pas les 10-20 heures-semaine pendant 8 mois que j'ai mis à appeler tout le monde, à trouver des salles et à faire des réservations jusqu'en Abitibi. »

VIVRE À CRÉDIT

Maude-Andrée D'Amours a eu moins de chance. Au bout de six mois de coaching, elle a été vertement rappelée à l'ordre. « Moi, je ne sers à rien si tu ne changes pas », lui aurait reproché Éliane Gamache Latourelle.

Ébranlée par une critique qui s'ajoutait aux autres servies régulièrement par sa mentore, la mère de deux jeunes enfants a décidé de couper les ponts. 

« Éliane disait que pour réussir en affaires, il fallait tout payer à crédit. J'ai fait l'erreur de l'écouter », raconte Maude-Andrée D'Amours, qui a utilisé les services de coaching d'Éliane Gamache Latourelle et dit s'être endettée de 10 000$ à la suite des consultations.

À ce chapitre, Éliane Gamache Latourelle pratiquait ce qu'elle prêchait. Selon Ariane Leduc, qui a eu accès à ses livres en rachetant L'Activatrice, la jeune millionnaire ne possédait rien et payait tout à crédit : sa BMW X5 à 1684 $ par mois, son penthouse dans le Vieux-Montréal au loyer locatif mensuel de 7000 $ et ses virées dans les restos chics.

« Éliane nous répétait souvent : arrêtez de vous priver, vivez à crédit, vivez au-dessus de vos moyens, de toute façon, une faillite, c'est rien », soutient Ariane Leduc.

Marie-Ève Lamontagne corrobore. « Combien de fois je l'ai entendue dire : tout chez moi est loué, ma table de cuisine, les meubles du salon. Elle disait : on est au Québec et la faillite, c'est pas un problème. Et on la croyait parce qu'elle a vraiment un don de persuasion. On devenait comme envoûtées par ses mirages. »

MILLIONNAIRE OU PAS ?

Danielle Hébert et Sophie Bonaventure sont deux anciennes associées de la pharmacienne. Geneviève Duperron, elle, a été sa patronne alors qu'Éliane Gamache Latourelle était aux études. Les trois affirment que la seule façon de devenir millionnaire avec une pharmacie, c'est de la vendre des années après l'avoir payée et rentabilisée.

Selon elles, Éliane Gamache Latourelle, qui a été copropriétaire de cinq pharmacies entre 2011 et 2016, n'a pas pu les rentabiliser en si peu temps. Elle a d'ailleurs vendu la dernière en 2016 à perte, selon la nouvelle propriétaire, et en devant 57 000 $ à Familiprix, une dette qu'elle a fini par acquitter après plusieurs mises en demeure.

Aucune des trois pharmaciennes n'a voulu lire le livre de la jeune millionnaire.

« Avec un titre pareil, je me doutais bien que l'histoire n'était pas vraie et qu'Éliane avait édulcoré la réalité des pharmaciens, surtout avec les coupures que nous avons subies », affirme la pharmacienne Geneviève Duperron.

Son amie et ex-associée dans une pharmacie de la rue Monk, Danielle Hébert, renchérit.

« J'aimais beaucoup Éliane, mais j'ai été obligée de me dissocier d'elle, d'abord à cause de l'argent. Elle avait promis d'augmenter son investissement dans notre pharmacie et elle n'a pas tenu promesse. Quant à son livre, à mes yeux c'était de la fausse représentation. Cela prend des années et un travail acharné avant qu'un pharmacien devienne millionnaire. La plupart du temps, on se paie une moitié de salaire et on réinvestit dans la pharmacie. Même encore aujourd'hui, je gagne juste de quoi vivre », affirme Danielle Hébert, ajoutant que le livre d'Éliane a fait plus de mal que de bien à la réputation des pharmaciens.

Dans une vidéo sur YouTube où elle donne une entrevue sur la clé de son succès, Éliane Gamache Latourelle raconte qu'elle avait été prévenue que c'était impossible de vendre 1 million d'exemplaires d'un livre au Québec. Elle ajoute : « Je n'en ai pas encore vendu 1 million, mais j'y arrive. » Or, selon l'éditeur Michel Ferron qui a publié ses deux livres, La jeune millionnaire s'est vendu à 13 871 exemplaires, et la suite La jeune millionnaire en affaires à 6093 exemplaires, des chiffres de vente respectables, mais loin du million.

La femme d'affaires Johanne Boivin, chef de marque des sacs Joanel et des sacs de Céline Dion, a signé la préface du premier livre d'Éliane Gamache Latourelle.

« La première fois que je l'ai rencontrée, je l'ai trouvée charmante. Candidement, j'ai voulu l'aider. Je pensais que son livre pourrait être un stimulant pour les femmes, mais je l'ai revue une fois après le lancement. J'ai trouvé son propos vide, superficiel et manquant d'authenticité. On ne peut pas vendre du rêve comme elle le fait sans égard pour les gens. J'ai décidé de ne pas poursuivre ma relation avec elle. »

Quant à Caroline Codsi, fondatrice de la Gouvernance au Féminin qui, par amitié pour Marc Fisher, coprésidait le lancement au Ritz, elle garde un souvenir amer de l'aventure.

« J'ai d'abord vu en elle une femme exceptionnelle, mais j'ai déchanté quand je l'ai vue monnayer à prix fort ses services. Charger un tarif de 500 $ ou de 5000 $ quand tu n'es pas toi-même un modèle de réussite, ça ne se fait pas. Comment peut-elle aider de jeunes femmes à propulser leurs entreprises quand elle a été incapable de le faire pour elle-même ? », fulmine-t-elle.

Message publié sur la page Facebook d'Éliane Gamache Latourelle... (Image tirée de la page Facebook d’Éliane Gamache Latourelle ) - image 3.0

Agrandir

Message publié sur la page Facebook d'Éliane Gamache Latourelle le 17 janvier dernier

Image tirée de la page Facebook d’Éliane Gamache Latourelle 

La question se pose surtout à la lecture des derniers messages de la pharmacienne sur Facebook, qui a écrit : « Et maintenant que l'argent, le succès, le passé, qui j'étais, c'est terminé », suggérant sa ruine financière.

SE MARIER AVEC JUSTIN BIEBER

À l'automne 2016, Ariane Leduc et Maxime Lachapelle se souviennent que la pharmacienne parlait de moins en moins d'affaires et de plus en plus de Dieu. Installés dans le condo voisin du sien au DIX30, ils ont été invités à quelques reprises à des soirées de prière, présidées par le pasteur Steve Rasier, l'agent de Rachid Badouri, en compagnie de Joey Scarpellino et du motivateur David Bernard, connu aussi comme l'ex-valise 34 du Banquier.

Selon eux, la pharmacienne insistait pour que tous les invités se présentent avec leur Bible. Le pasteur Rasier affirme qu'il n'y avait aucune obligation et qu'il s'agissait non pas de rencontres d'affaires, mais de séances entre amis voulant discuter de leur foi.

L'intérêt grandissant de la pharmacienne pour Dieu et le fait qu'elle le mêle à ses rencontres professionnelles commençaient à susciter la méfiance, voire la déception de ses jeunes clientes qui ne comprenaient pas où elle voulait en venir. Éliane Gamache Latourelle leur aurait promis que Dieu était la clé et qu'il allait leur faire voir la lumière. 

L'année 2017 commença très mal pour la pharmacienne : rupture et divorce avec l'acteur Joey Scarpellino, qui prétend depuis qu'ils n'ont jamais été mariés malgré un document de cour qui le prouve. Puis fermeture du Shack Santé à la suite d'une faillite de 240 000 $ du holding qui chapeautait le commerce et qui a valu à la jeune millionnaire une perte sèche de 45 000 $. Face à la tempête et à l'accumulation de dettes, la pharmacienne a décidé de liquider ses affaires et de quitter le pays.

En avril 2017, elle a proposé à Ariane Leduc de racheter son entreprise. « Elle venait d'avoir une révélation de Dieu qui lui avait dit de partir en Californie et de me vendre L'Activatrice. Elle avait aussi un autre plan : se marier avec Justin Bieber. C'était très sérieux. Elle avait un billet pour son concert à Punta Cana et m'a fait lui réserver une chambre dans tous les hôtels où il logeait pendant sa tournée du printemps. »

De la part d'une femme qui a annoncé dans son livre « vouloir posséder 30 pharmacies, être invitée chez Oprah Winfrey et devenir la femme la plus riche du Québec à 50 ans », se marier avec Justin Bieber semblait à peine exagéré.

Ariane Leduc n'a pas osé la contredire. Puis, contre l'avis même de son conjoint, elle a accepté d'acheter L'Activatrice pour la somme de 35 000 $, dont 20 000 $ versés immédiatement. Son couple a failli éclater pendant la transaction. L'entrepreneure a depuis cessé les activités de l'entreprise et poursuit son ancienne mentore à la Cour du Québec.

André Dorais, l'avocat de la pharmacienne, affirme que sa cliente n'a rien à se reprocher et que les accusations portées par Ariane Leduc et son conjoint sont non fondées. Il soutient qu'Ariane Leduc n'avait pas la formation ni ce qu'il fallait pour reprendre l'entreprise de sa cliente. Il confirme que sa cliente n'a plus d'argent et qu'elle traverse une mauvaise passe, mais estime que les reproches formulés dans les témoignages recueillis par La Presse sont le fruit d'esprits jaloux.

***

PRÉCISIONS

Contrairement à ce qui était indiqué dans une version antérieure de ce texte, Eliane Gamache Latourelle n'a pas été interviewée au micro de Paul Arcand.

Dans la première version de ce texte, Maude-Andrée D'Amours affirmait : «J'ai vendu ma maison, quitté mon emploi et "loadé" mes cartes de crédit, moi qui avais toujours payé mes cartes de crédit religieusement.» Mme D'Amours a tenu à préciser cet après-midi que bien qu'Éliane Gamache Latourelle lui ait «demandé» de poser ces gestes, elle n'était pas passée à l'acte. Elle indique toutefois s'être endettée de 10 000$ à la suite de consultations avec Mme Gamache Latourelle.

Sollicitée de nombreuses fois par La Presse

La Presse a sollicité une entrevue avec Éliane Gamache Latourelle pour la première fois au mois de novembre. Une rencontre organisée chez son avocat, André Dorais, a été annulée la journée même. Me Dorais nous a informés que sa cliente souffrait d'ennuis de santé et qu'elle n'avait pas l'énergie pour répondre à nos questions. Ce qui ne l'a pas empêchée de donner deux conférences, une à Laval le 18 novembre, et une à la tour du Stade olympique lors de l'évènement Next Level, le 30 novembre.

La Presse a relancé Mme Gamache Latourelle en décembre, puis au retour des Fêtes, toujours sans succès. Autour du 10 janvier, la pharmacienne a affiché sur son compte Instagram des photos géolocalisées au Panamá. Les photos ont été retirées depuis. Le 16 janvier, son avocat a demandé à La Presse d'« envoyer [les] questions par écrit afin que nous puissions vous répondre par écrit et vous rencontrer par la suite, le cas échéant ».

À moins de circonstances exceptionnelles, La Presse ne fournit pas les questions avant une entrevue à une personne concernée directement par une enquête journalistique. De manière générale, cela serait contraire aux recommandations formulées par la Fédération des journalistes du Québec, pour plusieurs raisons. Notamment, car la personne interrogée pourrait choisir les questions auxquelles elle répond, et qu'une entrevue écrite empêche le journaliste de poser des sous-questions ou de relancer son interlocutrice. La Presse a proposé une entrevue en personne, par voie téléphonique, par vidéoconférence ou messagerie vidéo. L'avocat André Dorais a refusé cette proposition.

Entrevue avec La Presse en 2014

L'argument de vente de son livre lui a aussi valu de se retrouver en entrevue avec La Presse, en 2014.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer