Source ID:; App Source:

Le PQ promet une taxe «glouton» sur le salaire des hauts dirigeants

Le PDG de Bombardier, Alain Bellemare, était le... (Photo Ryan Remiorz, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le PDG de Bombardier, Alain Bellemare, était le mieux payé du Québec en avril 2018.

Photo Ryan Remiorz, Archives La Presse Canadienne

Le Parti québécois s'attaque aux « ultrariches » et le fait avec une formule qui frappe l'imaginaire : dès la troisième année d'un premier mandat, il promet d'instaurer une taxe «glouton». Cette mesure viserait les entreprises dont la moyenne des 5 plus hauts salaires est plus de 30 fois supérieure à la moyenne salariale de ses employés.

Le Parti québécois s'attaque aux « ultrariches » et le... (Image fournie par le Parti québécois) - image 1.0

Agrandir

Image fournie par le Parti québécois

«Le principe est simple: le salaire moyen, au sein d'une entreprise publique, sera comparé à la moyenne des 5 plus hauts revenus. Si le résultat des hauts salaires est plus de 30 fois supérieur, l'entreprise devra payer la "taxe glouton", soit un pourcentage appliqué sur la portion des salaires des 5 plus hauts dirigeants excédant la norme des 30 fois», explique le PQ par voie de communiqué, mardi. Par «salaire», le PQ calcule la rémunération totale.

«Pour donner le temps aux entreprises de changer leurs pratiques, la mesure ne s'appliquera qu'à la troisième année de notre mandat, à un taux de 10 %. À partir de la quatrième année, le taux sera de 25 %», est-il ensuite indiqué. 

Lors d'un point de presse à l'Université de Montréal, mardi, le chef péquiste Jean-François Lisée a prévenu qu'il avait déjà obtenu un «scoop»: «le Conseil du patronat sera contre!» 

«Je le sais parce qu'ils m'ont écrit lorsqu'on était scandalisés de la hausse de rémunération des dirigeants de Bombardier. Ils m'ont dit d'utiliser la modération, [mais] la modération, ça veut dire ne pas convoiter toujours le maximum», a-t-il affirmé.

«C'est une mesure dont nous savons qu'elle est appuyée à travers le spectre politique. (...) Les Québécois sont unis dans leur indignation. Ce n'est pas une proposition de gauche ou de droite, c'est une proposition d'équité et de bon sens», a-t-il poursuivi. 

Nouveau plafond dans les sociétés d'État  

Le salaire des hauts dirigeants de sociétés d'État sera aussi limité, indique le plan péquiste. Dans un principe «d'équité fiscale», Québec doit «limiter les salaires des dirigeants des sociétés d'État au niveau de celui du premier ministre». En 2018, ce salaire était de 192 345 $ annuellement, en plus de «frais de fonctions» de 800 $ par mois. À titre comparatif, le salaire de base du président-directeur général d'Hydro-Québec était de 559 886 $ pour l'année financière 2017-2018.

«Un premier ministre qui gagne au Québec en 2018 un quart de millions de dollars, c'est très suffisant. [On doit] aller en politique pour servir le public, pas pour se servir soi-même», a dit M. Lisée. 

«Toutes ces comparaisons que font les ultrariches depuis 30 ans (...) pour justifier qu'ils gagnent plus cher parce que le voisin gagne plus cher, (...) c'est scandaleux. On pense que pour un gestionnaire, de pouvoir dire qu'il a géré Hydro-Québec, ça va être la plus grande réalisation de sa vie. (...) Si sa seule détermination c'est de faire en sorte qu'il soit multimillionnaire, qu'il aille dans le privé», a tranché le chef péquiste.

Ce dernier ne s'inquiète pas non plus que la baisse significative des salaires de hauts dirigeants de sociétés d'État mène à un exode des dirigeants vers des États moins contraignants. 

«Ça n'est jamais arrivé qu'un PDG d'Hydro-Québec quitte pour un salaire supérieur. Ce n'est jamais arrivé qu'un recteur d'université soit embauché par une université américaine qui lui offrait davantage. (...) Ces arguments factices qui ont été créés pour ces salaires scandaleux sont de la poudre aux yeux», a dit M. Lisée. 

Recul sur la question de la TVQ 

Sur la question de l'imposition de la taxe de vente québécoise (TVQ) sur les produits achetés en ligne, le Parti québécois réitère sa promesse de l'imposer aux biens tangibles, mais recule sur le fait de ne pas augmenter par le fait même le fardeau fiscal des Québécois.

«Si étendre l'assiette fiscale aux biens tangibles et intangibles donne des revenus supplémentaires, on va baisser le niveau de taxation sur l'ensemble (...) des achats pour que ça ne coûte pas plus cher à une famille moyenne», disait en novembre dernier Jean-François Lisée lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale. 

Or, en cette campagne électorale, cette promesse tombe à l'eau. 

«L'important, c'est ce qu'on fait avec cet argent et cet argent va dans les poches des Québécois les plus défavorisés. On est très content de cette décision-là», a dit M. Lisée.




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2512870:box; tpl:html.tpl:file

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer