Source ID:; App Source:

Jean-François Lisée défend «l'humour noir» de Michelle Blanc

Dans une lettre envoyée le 7 septembre dernier, qui... (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Dans une lettre envoyée le 7 septembre dernier, qui a été rendue publique dimanche par le Parti québécois, B'nai Brith affirme que Mme Blanc « a exprimé publiquement et avec malveillance des sentiments antisémites, racistes et préjudiciables depuis plus de dix ans ».

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

(QUÉBEC ET SAGUENAY) Jean-François Lisée considère que le tweet envoyé par Michelle Blanc en 2011 où elle écrit avoir « oublié de fêter l'anniversaire de Hitler » est de l'humour noir et que son message n'est en rien condamnable.

Le chef du Parti québécois (PQ) a passé la journée dimanche à défendre sa candidate dans la circonscription de Mercier, à Montréal, ciblée par l'organisation juive B'nai Brith Canada pour avoir tenu des propos jugés « antisémites, racistes et préjudiciables ».

Dans une lettre envoyée au PQ, le B'nai Brith a reproché à Mme Blanc un billet de blogue qu'elle a publié en 2007. Dans son texte, elle affirme que la communauté juive hassidique de Montréal fait monter en elle un sentiment d'intolérance.

« [Ils] détournent le regard lorsqu'ils me croisent sur le trottoir et ne retourneront jamais mes salutations, signe de tête bye-bye et autres. » - Extrait d'un billet de blogue de Michelle Blanc

« Si les hassidiques veulent tellement se couper du reste du monde, pourquoi ne font-ils pas comme d'autres sectes extrémistes qui se réfugient dans le milieu des bois, à l'orée de la civilisation ? », demande-t-elle dans son billet de blogue.

En 2011, elle a aussi publié un tweet où elle écrit « Merde, j'ai oublié de fêter l'anniversaire de Hitler la semaine dernière ! (foutage de merde en retard) ». Le contexte entourant cette déclaration n'est pas précisé. 

B'nai Brith réclame désormais que Michelle Blanc se retire des élections.

UNE TENTATIVE D'INTIMIDATION

Pour Jean-François Lisée, la lettre que lui a envoyée l'organisation juive est une forme « d'intimidation » politique.

« Il y a quand même une maudite limite à traiter de racistes des gens qui utilisent leur liberté d'expression pour critiquer des choses qui sont critiquables », a tonné le chef péquiste, dimanche, lors de son arrivée à Saguenay.

« C'est une opinion qu'elle exprime. Est-ce interdit d'avoir cette opinion ? Elle parle d'une communauté qui, par choix religieux, se retire des relations civiles. [...] C'est une conversation qu'on peut avoir entre gens raisonnables », a-t-il ensuite plaidé.

Pour Harvey Levine, directeur régional pour le Québec de B'nai Brith Canada, cette réaction de M. Lisée est « extrêmement décevante ».

« Les autres partis politiques doivent réagir à cette affaire. [...] C'est totalement inacceptable, intolérant, préjudiciable et raciste. » - Harvey Levine, directeur régional pour le Québec de B'nai Brith Canada

Michelle Blanc peut toutefois compter parmi ses alliés une importante organisation juive : le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA). En entrevue avec La Presse, dimanche, son directeur de la recherche et des affaires publiques, David Ouellette, a affirmé qu'il ne voyait aucun antisémitisme de la part de Mme Blanc.

« Son blogue date d'il y a 11 ans. Elle y commet des généralisations regrettables sur la communauté juive hassidique, mais nous n'y voyons rien d'antisémite », a-t-il dit.

OÙ S'ARRÊTE LA LIBERTÉ D'EXPRESSION ?

C'est la deuxième fois depuis le début de la campagne électorale que le passé de Michelle Blanc vient hanter Jean-François Lisée. Il y a quelques semaines, la candidate péquiste de Mercier avait été forcée de s'excuser publiquement après avoir allégué qu'un blogueur critique envers elle pouvait être pédophile.

Or, le chef péquiste n'entend pas demander d'excuses cette fois-ci. « Chaque fois que des censeurs vont vouloir restreindre la liberté d'expression, les mots d'esprit et l'humour noir, ils vont me trouver sur leur chemin », a-t-il dit dimanche.

« Cette affaire-là, je suis content que ça arrive. Ça nous montre jusqu'où [vont] ces tentatives d'intimidation de la parole publique. » - Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

En octobre dernier, quand Luc Lavoie avait comparé sur LCN la chasse aux écureuils à la « chasse aux séparatistes », M. Lisée s'était toutefois montré très sévère envers l'analyste politique.

« S'il avait dit juif, noir, musulman, femme, handicapé, quelle serait la sanction [imposée par TVA] ? [...] La direction de TVA a une décision importante à prendre aujourd'hui face à la nature des propos qui ont été tenus sur son antenne et [on s'attend à ce] qu'elle donne la même réaction que si la phrase avait visé d'autres groupes », avait-il dit, en colère, depuis l'Assemblée nationale.

Cette fois-ci, confronté au blogue de Michelle Blanc, qui a écrit en 2007 qu'elle aurait pu « frapper [...] par intolérance » un juif hassidique qui est décrit comme impoli, Jean-François Lisée juge que la situation est différente.

« Nous défendons deux principes extraordinairement importants : la liberté de religion et la liberté de critiquer la religion. Ce que le B'nai Brith dit, c'est que c'est raciste de critiquer une religion. Je leur réponds qu'ils sont au Québec et que ça fait [par exemple] 50 ans qu'on critique la religion catholique », a dit le chef péquiste.

« C'est clairement une tentative d'intimidation, a-t-il ensuite dénoncé avec vigueur. Je suis en politique et je sais comment jouer ce jeu. »




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2512870:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer