Le président de la Coalition avenir Québec, Stéphane Le Bouyonnec, a annoncé sa démission et le retrait de sa candidature dans La Prairie, mardi.

Mis à jour le 28 août 2018
Martin Croteau LA PRESSE

Il a dit agir pour ne pas nuire aux chances de victoire du parti et de son chef, François Legault. Il cherche ainsi à préserver les efforts qu'il a consacrés à la préparation électorale, au recrutement et à l'élaboration de la plateforme.

« Cet objectif est trop important pour prendre le risque de nuire à la campagne, a indiqué M. Le Bouyonnec dans une déclaration écrite. C'est la raison pour laquelle j'ai pris cette décision difficile. J'ai la conviction profonde d'avoir agi de façon éthique au cours de ma carrière, tant privée que publique. »

Stéphane Le Bouyonnec était non seulement président de la CAQ, mais aussi candidat du parti dans La Prairie. Il faisait encore campagne aux côtés de François Legault lors de son passage en Montérégie en fin de semaine.

L'homme d'affaires s'est retrouvé dans l'embarras au printemps. Il a été forcé de quitter ses fonctions dans une entreprise reconnuepour ses prêts consentis à des taux usuraires.

François Legault avait alors passé l'éponge sur les agissements de son candidat. Il avait toutefois reconnu qu'il a contrevenu aux valeurs de la CAQ.

M. Le Bouyonnec a fait allusion à cet épisode dans sa déclaration.

« Il est hors de question que je laisse nos adversaires politiques se servir de mon parcours professionnel pour faire des amalgames douteux et ainsi nuire aux chances de notre Coalition », a-t-il écrit.



Legault « triste » 

François Legault, s'est dit « triste » de la décision de son candidat lors d'un point de presse en fin de journée à Québec.

« C'est honorable, ce qu'il fait, a déclaré le chef caquiste. Il dit qu'il ne veut pas être une distraction pendant la campagne électorale. Il sent que c'est dur, que c'est dur pour sa famille. Alors j'accepte sa décision et je lui dis un grand merci pour tout le travail qu'il a fait pour la CAQ. »

Il a assuré qu'il ne regrette pas d'avoir pardonné les agissements M. Le Bouyonnec en juin, et qu'il n'a « rien » appris de nouveau à son sujet depuis ce moment.

Dans l'entourage du chef caquiste, on souligne que le Parti libéral préparait une campagne ciblant Stéphane Le Bouyonnec. Le principal intéressé aurait ressenti des doutes après le début de la campagne et en aurait récemment discuté avec M. Legault.

« Pensez à ce qui s'est dit encore dans les dernières semaines, a dit le chef de la CAQ. Je lis ce qui se passe sur Facebook, sur Twitter. On l'accuse de tous les maux. Mettez-vous à la place de ses enfants, à sa place à lui. Ce n'est pas facile. Il préfère se retirer et j'accepte sa décision. »