Couillard aurait dû payer de l'impôt au Québec, dit Drainville

Le candidat péquiste, Bernard Drainville... (Photo Gesca)

Agrandir

Le candidat péquiste, Bernard Drainville

Photo Gesca

Même s'il avait rompu tous ses liens avec le Canada, Philippe Couillard aurait dû payer de l'impôt au Québec à l'époque où il travaillait en Arabie saoudite, estime le Parti québécois.

Les candidats péquistes Bernard Drainville et Simon Prévost ont vertement critiqué cet après-midi le fait que le chef libéral ait possédé un compte bancaire de 1992 à 2000 dans l'île de Jersey, alors considérée comme un paradis fiscal.

« Il aurait très bien pu garder ses comptes de banque ouverts ici, y déposer son argent et payer des impôts. Pourquoi n'a-t-il pas payé ses impôts au Québec? », a demandé le ministre péquiste sortant, Bernard Drainville.

Même si la manoeuvre n'a rien d'illégal, Philippe Couillard n'a pas la « crédibilité » pour lutter contre le problème de l'évitement fiscal, affirme M. Drainville. « Il a mis de l'argent dans un paradis fiscal pour ne pas payer de l'impôt. Quel exemple ça envoie aux citoyens québécois ? »

Philippe Couillard a travaillé quatre ans en Arabie saoudite comme neurochirurgien, de 1992 à 1996. Par la voix de son porte-parole, il a confirmé aux journalistes de l'émission Enquête qu'il avait déposé 600 000$ de ses revenus dans le compte de l'île de Jersey. Couillard dit avoir placé son argent dans une banque étrangère, car il n'était pas résident de l'Arabie Saoudite.

« Je vous rappelle que ça coûte cher former un neurochirurgien. Je pense que c'est une question vraiment légitime, à partir du moment où le bon contribuable québécois a payé plus de 800 000$ pour le former », a souligné Bernard Drainville. « Quand tu décides de prendre la formation et de t'en aller en Arabie Saoudite, il me semble qu'il faut que tu dises merci aux Québécois pour la formation et que tu fasses ta part en payant tes impôts au Québec. »

Bernard Drainville, qui a déjà travaillé comme correspondant à l'étranger au Mexique, assure pour sa part qu'il n'a jamais placé son argent dans un paradis fiscal. Il a toutefois été incapable de dire s'il a payé son impôt au Québec ou au Mexique.

Drainville a aussi défendu sa chef Pauline Marois, qui refuse de révéler son rapport d'impôt, contrairement à Philippe Couillard et à Françoise David.

« Mme Marois n'a jamais bénéficié d'un paradis fiscal. Elle n'est pas allée travailler en Arabie Saoudite et elle n'aurait pas pu, parce que c'est une femme », a dit M. Drainville.




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2512870:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer