Les élus montréalais ont accueilli avec ambivalence les propositions de François Legault concernant la métropole. Ils ont particulièrement critiqué son intérêt - à leur avis démesuré - pour le «450».

Publié le 13 août 2012
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

«En campagne électorale, il va aller où sont ses votes, comme les autres partis», résume Anie Samson, de Vision Montréal, mairesse de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. «Ils courtisent le 450 parce que c'est là que le vote fait une différence.»

Le métro avant le train

Vision Montréal et Projet Montréal s'opposent tous les deux à l'idée de privilégier le train de banlieue au détriment du prolongement du métro.

«Il met la hache dans tout ce qu'il y a dans le plan de transport de la Ville de Montréal», a critiqué François Croteau, de Projet Montréal, maire de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie. Selon lui, l'importance de prolonger le métro fait l'unanimité dans la métropole.

AMT

Vision Montréal a toutefois félicité la Coalition avenir Québec pour son engagement à réduire le nombre d'élus dans l'île de Montréal. Anie Samson s'est aussi montrée ouverte à l'abolition de l'Agence métropolitaine de transport (AMT).

François Croteau est toutefois beaucoup moins convaincu du bien-fondé de cette idée et affirme qu'elle arrive un peu «comme un lapin sort d'un chapeau».

Hier, Union Montréal n'a pas voulu commenter le dossier.