PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC

Mis à jour le 13 août 2012
LA PRESSE

PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC

Réduire la dette brute de 55% à 45% du PIB en 2025

Le PLQ veut poursuivre les orientations des derniers budgets Bachand. Réduire la dette brute du Québec de 55% à 45% du PIB en 2026, soit un peu moins que celle de l'Ontario, qui atteint 41% du PIB actuellement. Rembourser la dette avec les redevances sur l'eau, 25% des redevances minières excédant 200 millions par année, ainsi que le dégel du tarif du bloc d'électricité patrimonial à partir de 2014. À ses adversaires politiques, Raymond Bachand rappelle que la dette brute du Québec était plus élevée (59% du PIB) sous un gouvernement péquiste en 2001 et que le plan de remboursement de la dette de la CAQ ne tient pas la route. «Il n'y a pas de revenus de pétrole actuellement et le plan est basé là-dessus, dit-il. C'est comme dépenser le gros lot avant d'acheter un billet de loterie...»

PARTI QUÉBÉCOIS

Diminuer la dette davantage que l'a fait le PLQ

Le PQ ne veut pas dévoiler son objectif de réduction de la dette (en fonction du PIB) pour 2017, mais ce sera meilleur que les prévisions du gouvernement Charest, affirme le parti. «Les objectifs actuels ne sont pas assez ambitieux», regrette le candidat Nicolas Marceau. Le PQ veut s'attaquer aux deux «éléphants dans le salon des finances publiques du Québec»: le contrôle des coûts en santé et les dépenses d'immobilisations, ces dernières touchant directement le poste de la dette sans avoir d'impact sur le budget annuel du gouvernement. «Nous voulons réduire le coût du programme d'infrastructures, dit M. Marceau. Il y a actuellement une surchauffe, notamment à cause de présomptions de corruption et collusion.» Le PQ veut aussi mettre fin au Fonds des générations, qui serait affecté directement au remboursement de la dette.

COALITION AVENIR QUÉBEC

Diminuer la dette nette de 51,5% du PIB à 35% du PIB (la moyenne canadienne)

La CAQ promet de ramener le Québec à l'équilibre budgétaire en 2013-2014, comme prévu dans le dernier budget Bachand. À long terme, la CAQ veut utiliser les redevances sur les ressources naturelles pour ramener la dette brute du Québec de 50% à 35% de son PIB sur une période de 15 ans. Actuellement, les redevances sur les mines et le projet pétrolier à l'île d'Anticosti permettent de réaliser la moitié de cet objectif, l'autre moitié reposant sur le projet Old Harry, dont les retombées sont incertaines pour l'instant. La CAQ veut aussi cesser d'augmenter la dette en amortissant les dépenses d'infrastructures à l'extérieur du budget de fonctionnement du gouvernement, celui-là assujetti à la loi sur le déficit zéro.

QUÉBEC SOLIDAIRE

«La mauvaise dette [les déficits cumulés] peut passer de 35% à 25% du PIB à long terme en faisant les bons choix économiques et une réforme de la fiscalité», assure le candidat François Saillant.

OPTION NATIONALE

«Il faut arrêter la croissance de la dette, martèle le chef Jean-Martin Aussant. La tendance des dernières années est très mauvaise, mais la dette du Québec n'est pas catastrophique. Il faut regarder la dette nette pour se comparer, car les autres pays n'ont pas des actifs comme Hydro-Québec.»