Certains comtés sont réputés comme étant des châteaux forts, mais d'autres peuvent très bien changer d'allégeance. Portrait des 13 circonscriptions qui feront les élections 2012.

Mis à jour le 2 août 2012
Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

1. Châteauguay

DÉPUTÉ SORTANT: PIERRE MOREAU PLQ

MARGE: 1,5% sur le PQ

Élu en 2003, puis de retour en 2008 après une brève interruption adéquiste, Pierre Moreau est, depuis, une étoile montante de l'équipe libérale. Déjà, les fédérations étudiantes ont fait savoir qu'elles viseraient particulièrement sa circonscription dans leurs efforts de mobilisation contre le Parti libéral du Québec, car elles l'estiment particulièrement en danger.

Mais la refonte de la carte électorale devrait donner un coup de pouce au ministre des Transports: en transposant sur la nouvelle circonscription les résultats de 2008, le Directeur général des élections constate que son avance été plus que triplée avec les nouvelles frontières. La CAQ lui oppose l'homme d'affaires Denis Leftakis et la candidate péquiste Maryse Perreault tentera aussi sa chance.

2. Dubuc

DÉPUTÉ SORTANT: SERGE SIMARD PLQ

MARGE: 1,9% sur le PQ

L'ancien château fort péquiste qui a tourné au rouge en 2008 pour la première fois en 30 ans devrait encore une fois faire l'objet d'un âpre combat cet été.

Pauline Marois comptera sur un maire local, Jean-Marie Claveau, pour tenter de ravir la circonscription au ministre délégué aux Ressources naturelles, Serge Simard. Ce dernier a notamment piloté plusieurs dossiers miniers pour le gouvernement Charest. Son échec à faire adopter sa nouvelle loi des mines en dépit de mois de travail risque toutefois de donner des munitions à son adversaire.

Le jeune François Tremblay tentera de créer la surprise, sous l'étendard de la CAQ.

3. Vanier-Les Rivières

DÉPUTÉ SORTANT: PATRICK HUOT PLQ

MARGE: 1,38% sur l'ADQ

Le choc entre libéraux et caquistes pourrait être brutal dans Vanier-Les Rivières, même si la refonte électorale donne un peu d'oxygène au député sortant Patrick Huot, peu connu du grand public. La circonscription était tombée aux mains de l'Action démocratique du Québec, dans une complémentaire, suivant la démission du ministre libéral Marc Bellemare, en 2004, bien avant la vague adéquiste de 2007.

François Legault y sera représenté par Sylvain Lévesque, qui a été candidat péquiste. M. Lévesque a été jusqu'à récemment coordonnateur régional de la CAQ.

Il s'agit d'une circonscription peu métissée, avec plus de 96% de ses électeurs dont le français est la langue maternelle.

4. Drummond-Bois-Francs

DÉPUTÉ SORTANT: YVES-FRANÇOIS BLANCHET PQ

MARGE: 1,8% sur le PLQ

Yves-François Blanchet, tête d'affiche du Parti québécois avait remporté sa dernière bataille électorale par seulement 615 voix en 2008. Avec la refonte de la carte électorale, il a décidé de se présenter dans Johnson. Si on transpose les derniers résultats électoraux à la nouvelle circonscription de Drummond-Bois-Francs, il aurait perdu, aux mains du PLQ, par plus de 2000 voix. Sébastien Schneeberger, qui porte les couleurs de la Coalition avenir Québec, tentera de reprendre le siège qu'il avait occupé en 2007-2008. Le PQ y présente Annie Jean, directrice générale de Centraide Centre-du-Québec.



5. Groulx

DÉPUTÉ SORTANT: RENÉ GAUVREAU PQ

MARGE: 1,4% sur le PLQ

Le Parti québécois tente de faire atterrir son président sur une piste assez courte dans les Laurentides. L'ancien journaliste de Radio-Canada, Raymond Archambault, tentera de prendre le siège abandonné par son collègue René Gauvreau, qui avait été réintégré dans le caucus péquiste après en avoir été suspendu pendant un an. Groulx pourrait bien être le théâtre d'une dure lutte à trois avec libéraux et caquistes. La circonscription englobe les villes de Boisbriand, de Rosemère et de Sainte-Thérèse, qui comptent beaucoup de jeunes familles et des milliers de soccer moms, clientèle cible de la Coalition.

C'est l'ancienne députée adéquiste Linda Lapointe qui portera les couleurs des libéraux dans la circonscription, alors que la Coalition avenir Québec sera représentée par une médecin, Hélène Daneault, mairesse de Rosemère.

6. Saint-Hyacinthe

DÉPUTÉ SORTANT: ÉMILIEN PELLETIER PQ

MARGE: 0,7% sur le PLQ

La victoire dans Saint-Hyacinthe, en 2008, est la plus mince inscrite au tableau de chasse péquiste cette année-là.

Libéraux et caquistes n'ont pas encore annoncé qui tenterait de prendre la circonscription aux troupes de Pauline Marois.

7. Laval-des-Rapides

DÉPUTÉ SORTANT: ALAIN PAQUET PLQ

MARGE: 5,1% sur le PQ

La campagne électorale risque de ressembler à un retour dans le temps dans Laval-des-Rapides. S'y affronteront deux protagonistes des événements du printemps dernier. Léo Bureau-Blouin tentera de ravir le siège du ministre délégué aux Finances, Alain Paquet. Les deux hommes se connaissent, puisqu'ils ont négocié ensemble pour tenter de désamorcer le conflit étudiant. De 1993 à 2003, c'est le ministre péquiste Serge Ménard qui régnait sur ce coin de pays.

La CAQ y présente aussi une candidate vedette en la personne de Maud Cohen, ex-présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec. Elle était fréquemment montée au créneau médiatique dans les derniers mois pour défendre ses membres. La circonscription a toujours voté du côté du pouvoir depuis 1981.

8. Taschereau

DÉPUTÉ SORTANT: AGNÈS MALTAIS PQ

MARGE: 14,7% sur le PLQ

Un duel de vedettes aura lieu au centre-ville de Québec. Clément Gignac, ministre libéral, se lance à l'assaut du château fort de la péquiste Agnès Maltais. Le bastion péquiste semble plus vulnérable toutefois avec la nouvelle carte électorale. Les résultats de 2008 transposés au nouveau tracé voient l'avance péquiste réduite de presque de moitié, passant de 3923 voix à 1605 voix, selon la simulation faite par le DGE.

Comme dans l'ensemble de la région de Québec, l'attrait de la Coalition avenir Québec sera à suivre. François Legault y envoie Mario Asselin, spécialiste des réseaux sociaux et du monde de l'éducation.

9. Gouin

DÉPUTÉ SORTANT: NICOLAS GIRARD PQ

MARGE: 9,3% sur QS

Après avoir mis la main sur Mercier en 2008, c'est la circonscription que Québec solidaire aimerait bien ajouter à son tableau de chasse, avec comme candidate la co-chef Françoise David. Québec solidaire y a conclu une entente avec Option nationale - le parti souverainiste de Jean-Martin Aussant ne présentera pas de candidat contre Mme David.

Mais le péquiste Nicolas Girard ne l'entend pas de cette oreille et compte bien garder son fief montréalais, urbain et francophone, situé juste au nord de celui d'Amir Khadir. M. Girard s'est particulièrement fait connaître pour ses attaques contre Tony Tomassi et Michelle Courchesne, dans le dossier de l'attribution des permis de garderie.

10. L'Assomption

DÉPUTÉ SORTANT: SCOTT MCKAY PQ

MARGE: 11,3% sur le PLQ

C'est dans L'Assomption que le chef de la CAQ, François Legault, espère l'emporter, après avoir été, de 1998 à 2009, député de la circonscription voisine, Rousseau. Le député sortant de l'endroit, le péquiste Scott McKay, a opté pour la nouvelle circonscription de Repentigny, qui en reprend une bonne partie.

Mais la refonte de la carte électorale pourrait nuire de façon importante à M. Legault. Le vote adéquiste y sera presque divisé par deux par rapport aux dernières élections, lorsque 19,2% des électeurs se sont tournés vers Mario Dumont. Le chef de la CAQ devra miser sur sa notoriété et la popularité des idées de la CAQ dans le 450, en particulier dans Lanaudière.

11. Fabre

DÉPUTÉ SORTANT: MICHELLE COURCHESNE PLQ

MARGE: 8,7% sur le PQ

Abandonnée par Michelle Courchesne qui y régnait depuis 2003, la circonscription de Fabre pourrait bien offrir une course très intéressante.

Les libéraux enverront l'ex-bâtonnier du Québec, Gilles Ouimet, pour conserver le siège. Il s'agit d'un candidat-vedette jouissant d'une excellente réputation dans les milieux juridiques.

Si le PLQ l'a emporté par une marge importante en 2008, Fabre n'est pas acquise. Ses électeurs ont l'habitude de choisir le parti victorieux. Ce fut le cas pour tous les scrutins depuis 1970. Le péquiste Joseph Facal y a été élu de 1994 à 2003.

12. Arthabaska

DÉPUTÉ SORTANT: CLAUDE BACHAND PLQ

MARGE: 14,4% sur le PQ

Forcée de trouver une nouvelle circonscription, la tête d'affiche caquiste Sylvie Roy a décidé de tenter sa chance dans Arthabaska, après que sa circonscription eut été fusionnée avec Frontenac, où le ministre Laurent Lessard, ancien maire de Thetford, règne sans partage. Elle tentera plutôt de déloger le député libéral sortant, Claude Bachand.

La côte sera difficile à remonter, l'ADQ y est arrivée bonne troisième en 2008. La refonte de la carte électorale donne toutefois un petit élan à Mme Roy, puisque le parti de Mario Dumont se serait classé deuxième dans la nouvelle circonscription essentiellement composée de la ville de Victoriaville.

13. Argenteuil

DÉPUTÉ SORTANT: ROLAND RICHER (PQ)

MARGE: 3,3% sur le PLQ

Une élection partielle s'est tenue il y a moins de deux mois dans Argenteuil. À cette occasion, le péquiste Roland Richer a causé la surprise en battant la candidate libérale, alors que la circonscription était rouge depuis 1966. Claude Ryan y a été élu de 1978 à 1994.

La victoire du péquiste était toutefois assez mince et les troupes de Jean Charest cherchent à regagner leur fief.

Mario Laframboise, pourtant décrit comme une vedette de la Coalition avenir Québec, a été relégué à un lointain troisième rang en juin dernier. Cet ancien député bloquiste tentera de nouveau sa chance dans Argenteuil.